Pauline

Dévotion : Patti Smith entre fiction et dérive…

Écrit par Serge Bressan Catégorie : Romans étrangers Mis à jour : samedi 17 novembre 2018 14:10 Affichages : 624

DévotionPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / La question est posée : « Pourquoi est-on poussé à écrire ? » La question qui hante tout écrivain. On a une réponse, signée Patti Smith, la rockeuse américaine de 71 ans qui nous glisse en cet automne Dévotion, son nouveau livre après, entre autres, « Just Kids » (2010), « Glaneurs de rêves » (2014) et « M Train » (2016) : « Pour se mettre à part, à l’abri, se plonger dans la solitude, en dépit des demandes d’autrui. Virginia Woolf avait sa chambre. Proust, ses fenêtres aux volets tirés. Marguerite Duras, sa maison silencieuse. Dylan Thomas, sa modeste cabane. Tous cherchant un vide pour s’imprégner de mots. Les mots qui pénétreront un territoire vierge, inventeront des combinaisons inédites, exprimeront l’infini. Les mots qui ont formé « Lolita », « L’Amant », « Notre-Dame-des-Fleurs ». Des tas de carnets témoignent d’années d’efforts avortés, d’euphorie découragée, de planchers arpentés sans répit »… Depuis toujours (et même si elle est considérée comme la marraine du punk, Neil Young en étant tenu pour le parrain), elle s’est toujours défendue d’être chanteuse. Elle préfère le qualificatif « performeuse », elle avoue son obsession d’être écrivaine… Au hasard des pages du précédent « M Train », on pouvait lire aussi : « Ce n’est pas si facile d’écrire sur rien »…  

Avec « Dévotion », livre émouvant et bref (à peine 150 pages), l’interprète de « Because the Night », « Horses », « Frederick » ou encore « People Have the Power » propose une belle glissade entre fiction et dérive. Le prétexte ? Un passage à Paris pour la promo d’un de ses textes. Elle est à l’affût. Voit tout, regarde tout. Consigne tout, note encore plus. Des impressions pour alimenter ce texte, ce Dévotion en quatre temps, ce « Dévotion »- nouvelle ample au long cours et partie pivot de ce recueil. Dans une introduction efficace titre « Esprit, mode d’emploi », on y croise parmi d’autres Patrick Modiano, le prix Nobel français de littérature. Patti Smith s’interroge, explique, affirme : « L’inspiration est la quantité imprévue, la muse qui vous assaille au creux de la nuit. La flèche vole et on n’est pas conscient d’avoir été touché, on ignore qu’une multitude de catalyseurs étrangers les uns aux autres, nous ont clandestinement rejoint pour former un système à part… » Elle se laisse alors porter, va même jusqu’à revisiter « Faust » de Goethe et en proposer un conte poétique et féminin… et boucler ce « Dévotion » par un ultime chapitre intitulé « Un rêve n’est pas un rêve ».
En alchimiste de la chose écrite et de la littérature, Patti Smith n’a pas sa pareille dans l’art de la pratique du « crosswind ». à l’image des fondeurs de métaux, elle tente (et réussit) le mix de la perfection circulaire des œufs au jambon du Flore à Paris et le film de Martti Helde- « Risttuules. La Croisée des vents », de « la torpeur énergisée » et du « calme anxieux » d’« Accident nocturne » de Patrick Modiano et de l’« adrénaline dangereusement familière » que lui suggère la philosophe Simone Weil… Et que dire de ces rapprochements improbables entre le jardin des éditions Gallimard à Paris et cette patineuse russe aperçue par hasard à la télévision, un soir de décalage horaire ? Et que penser de la vue d’une tombe du Cimetière marin et de la découverte du dernier manuscrit d’Albert Camus ? Explication de Patti Smith : « Le plus souvent, l’alchimie qui produit un poème ou une œuvre de fiction est dissimulée dans l’œuvre elle-même, voire incrustée dans les stries enroulées de l’esprit ». Réflexion sur le processus d’écriture, « Dévotion » constitue une réflexion pertinente sur le besoin d’écrire- et rappelle que Patti Smith est maîtresse dans l’art de déconstruire puis de reconstruire, encore et toujours…

Dévotion
Auteur : Patti Smith
Editions : Gallimard
Parution : 1er novembre 2018
Prix : 14,50 €