Pauline

Sex & Rage : Eve Babitz, L.A. Woman

Écrit par Serge Bressan Catégorie : Romans étrangers Mis à jour : mercredi 31 octobre 2018 10:13 Affichages : 143

BabixPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Près de quarante ans après sa parution aux Etats-Unis, voici enfin la traduction française de « Sex & Rage » d’Eve Babitz. Et c’est un des meilleurs romans de l’année ! Mais d’abord, il convient de rappeler quelques éléments biographiques. Elle a eu « des affaires » (comme dit avec élégance la presse nord-américaine) avec Jim Morrison- le chanteur des Doors, Glenn Frey (chanteur- guitariste des Eagles) ou encore les acteurs Harrison Ford et Steve Martin. Et surtout, elle est connue dans le monde pour une photo fixée par Julian Wasser : avec Marcel Duchamp, elle dispute une partie d’échecs, nue… Eve Babitz est née le 13 mai 1943 à Los Angeles où elle a grandi. Plus tard, sur cette côte Ouest américaine des dernières années 1960, elle réalise les couvertures des albums de Linda Ronstadt, Buffalo Springfield ou encore The Byrds, devient dans la cité des anges l’égérie du monde bohême, rock et littéraire et le modèle pour des photographes comme Ed Ruscha ou Annie Leibovitz. En 1972, elle commence à écrire, donne de nombreux articles à des magazines (« Rolling Stone », « Esquire », « Vogue »,…), se lance dans l’écriture romanesque parmi lesquels « Sex & Rage », paru outre-Atlantique en 1979 et traduit enfin en français…

Près de quarante ans d’attente donc pour découvrir, en VF, un roman que l’éditeur parisien a ceint d’un bandeau rouge où est inscrit : « Quand la vie n’était qu’un long rock’n’roll ». En L.A. Woman magnifique qu’elle a toujours été, Eve Babitz nous glisse dans le sillage de Jacaranda Leven, la fille d’un violoniste qui « se produisait pour l’orchestre de la Twentieth Century Fox » et qui connaissait bien Igor Stravinsky. Et là, promis, ça va déménager, ça va secouer. On nous a promis une cousine éloignée des héroïnes aussi flamboyantes que fêlées de Francis Scott Fitzgerald ou Truman Capote, et on ne sera pas déçu. Parce que, jeune femme californienne et solaire, Jacaranda n’a d’autre philosophie de vie que goûter aux plaisirs de l’existence. L’école, elle n’en a que faire, elle préfère le surf, s’enfiler des cocktails Pink Ladies au Château Marmont avec des milliardaires blasés et revenus de tout et glisser d’amours passagères en amours passagères. La belle vie, en quelque sorte…
Et puis, à 28 ans, Jacaranda a un flash. Elle se réveille, réalise qu’elle n’a pas de job, pas d’horizon. Pis peut-être : les hommes de sa vie ne sont vraiment pas au niveau de ce qu’ils laissent paraître, et le monde n’est rien d’autre qu’un miroir aux reflets d’illusions et de trahisons. Alors, elle ne trouve pas d’autre solution que partir. Un temps, elle a pensé au Mexique et finalement passe de la côte Ouest à la côte Est. Direction New York, avec, peut-être, la perspective d’autres mirages. Mais Jacaranda ne cesse de se dire, de se répéter, (de se convaincre ?) que là est son destin…
Chez cette pétroleuse des sixties, il y a de la banalité et de la gouaille. De la sensualité, aussi. Ce qui fait de « Sex & Rage » (joli sous-titre : « Conseils à l’attention des jeunes demoiselles avides de prendre du bon temps ») un des romans les plus enthousiasmants de l’année !

Sex & Rage
Auteur : Eve Babitz
Editions : Seuil
Parution : 4 octobre 2018
Prix : 20 €