Pauline

Le poids du monde : une tragédie intense au sud des Appalaches

Écrit par Nicolas Bodou Catégorie : Romans étrangers Mis à jour : mardi 16 octobre 2018 18:19 Affichages : 205

David JoyPar Nicolas Bodou - Lagrandeparade.fr/ Thad Broom et Aiden McCall, deux amis d'enfance à qui la vie n'a rien épargné, que ce soit Aiden, qui à douze ans, a vu son père se faire sauter la cervelle après avoir abattu sa mère ou Thad, traumatisé par les champs de bataille du Moyen-Orient...

Deux rescapés de la vie, appartenant à une Amérique dont tout le monde se fout, celle de la survie au jour le jour et des mobil-homes...Un jour de galère comme les autres, ils se retrouvent avec le cadavre de leur dealer qui vient de se tuer accidentellement, et qui laisse, malgré lui, comme héritage une quantité de drogue et d'argent que les deux amis n'avaient jamais osé espérer... Peut-être une opportunité de changer leur destin ...

Il y avait dans ce monde une cruauté qui occultait toute la lumière, une noirceur à laquelle on ne pouvait répondre que par la noirceur.

C'est une tragédie intense, écrite de main de maître par David Joy. Au Sud des Appalaches, où fourmillent des paumés en tout genre, l'ambiance crasse et les sales coups dégoulinent de ce roman à la noirceur incandescente. Leurs histoires, leurs vies et leurs conditions sont toujours au bord de l’abîme, car il en est ainsi dans cette partie du monde.
Joy nous plonge littéralement dans le quotidien misérable de ces oubliés du rêve américain, sans jamais perdre le rythme, la lecture s'exerce comme une danse macabre servie par une écriture remarquable. Avec ce roman, Joy sonde l'âme de ces damnés de la terre.
Une œuvre percutante, pleine de souffle, qui place David Joy, pour son deuxième roman, parmi les nouveaux grands noms de la littérature américaine qui explorent cette partie de l'Amérique, comme Donald Ray Pollock.

Je n'écris pas des livres sur le comté de Jackson. Ni sur les Appalaches. J'écris des histoires qui parlent de désespoir. J'écris de la tragédie. J'écris le genre d'histoires que j'aime lire, des histoires où le moindre soupçon de privilège est effacé si bien que tout ce qui reste, c'est une amère humanité, des histoires de vies qui oscillent d'un extrême à l'autre car il n'y a rien à part la survie pure et simple. C'est la condition humaine, et c'est au bout du compte ce que j'essaie de capturer.

David Joy

Le poids du monde
Editions : Sonatine
Auteur : David Joy
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Fabrice Pointeau
311 pages

Prix : 21 euros