Pauline

Profession romancier : le travail d’écriture selon Haruki Murakami

Écrit par Serge Bressan Catégorie : Essais, société et bien-être Mis à jour : vendredi 8 novembre 2019 09:12 Affichages : 206

romancierPar Serge Bressan - Lagrandeparade.com / Hum, qu’on aime Haruki Murakami ! A 70 ans, l’écrivain japonais revient à nous régulièrement. En cet automne, il nous envoie « Profession romancier »- en un recueil, douze essais autobiographiques tous consacrés à ce métier qui consiste à écrire, encore et encore. D’emblée, seigneur et sincère, il nous prévient : « Ecrire un roman n’est pas très difficile. Ecrire un roman magnifique n’est pas non plus si difficile. Je ne prétends pas que c’est simple, mais ce n’est pas non plus impossible ». Ainsi, le maître japonais, l’écrivain contemporain superstar au Pays du Soleil levant (et aussi dans le monde entier des livres !) se lance dans un sacré exercice de démystification. Auteur de grands textes comme « La Ballade de l’impossible », « Kafka sur le rivage », « 1Q84 », « Autoportrait de l’auteur en coureur de fond » ou encore « Le Meurtre du Commandeur » (roman fleuve de plus de 1000 pages publié en deux tomes), il entretient le mystère, apparaissant peu en public, accordant quasi pas d’entretiens aux médias, il assure que cette discrétion est justement la condition nécessaire et indispensable à sa production littéraire. Ce qui ne l’empêche pas de fréquenter les clubs de jazz et de participer, encore ces temps-ci, à des marathons. Alors, avec un petit sourire, lui qui a écrit son premier roman à 29 ans alors qu’il tenait un club de jazz à Tokyo, il glisse également que le plus ardu est d’écrire des romans encore et encore- « tout le monde n’en est pas capable », ajoute-t-il. Grand amateur de jazz et de base-ball, Murakami sait parler et écrire sur cette « profession romancier » et sur l’avenir du livre avec intelligence et humour. Et même s’il ne livre pas les clés du succès et les secrets de fabrication d’un best-seller (si, toutefois, il existe !), lui qui est traduit dans une cinquantaine de langues à travers le monde invite tout un chacun à passer à l’écriture. Toutefois, à la lecture de « Profession romancier », on a droit également au discours de la méthode Murakami : par jour, une heure de course à pied et cinq heures d’écriture pour dix pages rédigées à la main. Pour le romancier japonais, le calcul est très simple : à ce régime, c’est l’assurance de 300 pages écrites en un mois, soit un roman de 1 800 pages en six mois- comme ce fut le cas pour « Kafka sur le rivage ». Ensuite, c’est le temps de la relecture- généralement, au nombre de trois ! Et alors, Haruki Murakami ne manque pas d’ajouter, en compétiteur patenté qu’il est : « Bienvenue sur le ring ! »

Profession romancier
Auteur : Haruki Murakami
Traduit par Hélène Morita
Editions : Belfond
Parution : 3 octobre 2019
Prix : 20 €

Et chaque fois que je lis un article dans un journal ou que j'écoute des informations à la télévision, je reste ébahi par la rapidité avec laquelle des jugements sont énoncés. Dans le monde d'aujourd'hui, ne cherche-t-on pas à émettre trop vite des avis manichéens ? Bien entendu, on ne peut pas, sur toute chose, remettre à plus tard les décisions. Il y a sans doute des situations pour lesquelles il faut trancher d'emblée. (...) Mais il n'est tout de même pas si fréquent que nous soyons ainsi acculés. Le temps qui s'écoule entre la collecte des informations et l'énoncé de la conclusion a tendance à se raccourcir toujours plus, et, si chacun se met à commenter les nouvelles ou à se prendre pour un critique, on court le risque de se retrouver dans un monde froid et inhospitalier. Ou très dangereux.

A lire également: 

Rééditions
« La course au mouton sauvage » (1990) de Haruki Murakami. Belfond. Parution : 7 novembre 2019. Prix : 22 €.
« La fin des temps » (1992) de Haruki Murakami. Belfond. Parution : 7 novembre 2019. Prix : 22 €.
« Danse, danse, danse » (1995) de Haruki Murakami. Belfond. Parution : 7 novembre 2019. Prix : 22 €.

Poches
« Le Meurtre du Commandeur. Tome 1- Une idée apparaît » de Haruki Murakami. 10/18. Parution : 3 octobre 2019. Prix : 9,60 €.
« Le Meurtre du Commandeur. Tome 2- La métaphore se déplace » de Haruki Murakami. 10/18. Parution : 3 octobre 2019. Prix : 9,60 €.
« De la musique. Conversations » de Haruki Murakami et Seiji Ozawa. 10/18. Parution : 3 octobre 2019. Prix : 8,10 €.

A lire aussi:

Le Meurtre du Commandeur : Haruki Murakami et le tableau miraculeux

Birthday Girl : une parabole onirique d’Haruki Murakami

Des hommes sans femmes : Haruki Murakami, le maître d’écriture

Haruki Murakami : deux premiers romans inédits dont l'ordinaire est le héros