Pauline

Il y a quelqu’un dans la maison : Patricia Darré, vagabonde des étoiles

Écrit par Guillaume Chérel Catégorie : Essais, société et bien-être Mis à jour : samedi 3 mars 2018 16:16 Affichages : 522

patricia DarréPar Guillaume Chérel - Lagrandeparade.fr/ « Tout est signe et tout signe est message » disait Marcel Proust. « Nous ne sommes jamais seuls », avance Patricia Darré, journaliste à France Bleu Berry et médium a son corps défendant… Elle l’a raconté dans "Un souffle d’éternité". A la fin de  l’année 2010, elle est contactée par l’éditeur Michel Lafon, pour écrire un livre sur ses connaissances de l’Au-delà. L’éditeur souhaite donner suite à un article paru dans VSD, dans lequel elle s’exprimait au sujet des guérisseurs et sorciers du Berry. Elle accepte et rédige donc son premier livre basée sur sa propre expérience : une nuit, une voix intérieure lui a dit d’écrire afin d’être en contact avec des défunts… Nous y revenons plus loin. Ce livre devient vite un best-seller et s’accompagne d’un autre livre publié début 2013, "Les lumières de l’invisible". Patricia Darré passe à la télé, où elle est régulièrement sujette à des moqueries, mais elle ne se démonte pas – elle aussi fut sceptique – et continue à témoigner et à rendre service, sans se faire monnayer.

Après quatre livre à succès, elle récidive avec "Il y a quelqu’un dans ma maison"… Sous-titré : Lieux hantés, emprises, présences bénéfiques : les visiteurs de l’après-vie. Brrrrrrrrrrr, âmes sensibles s’abstenir parce que c’est parfois flippant, car : « Tous les lieux sont « habités » affirme-t-elle. Les forêts, les montagnes, mais aussi les maisons. Qui d’entre nous n’a pas été pris d’angoisse dans certains paysages, ou au contraire s’y est senti à l’aise, enchanté ? Dans les demeures que nous avons choisies, anciennes fermes, forteresses ou châteaux, errent parfois des âmes qui s’en croient encore propriétaires et attaquent les nouveaux occupants. Patricia Darré nous raconte ici les fascinantes expériences qu’elle a vécues dans ces endroits « hantés », qu’on lui a demandé de venir libérer de leurs forces maléfiques. Elle n’y arrive pas avec un crucifix et de l’eau bénite. Elle y passe une journée, une nuit ou plusieurs et observe les manifestations. Meubles déplacés, coups dans les portes, souffles, odeurs, cris, pleurs… et habitants terrorisés, perdant leur équilibre physique et parfois mental. Puis elle enquête : qui a vécu ici ? Que lui est-il arrivé ? Et elle cherche à entrer en contact. Pour « négocier », libérer, non pas la maison, mais l’âme en peine de la souffrance qui la retient prisonnière. C’est un travail de compassion et d’amour, et les résultats sont surprenants.
Cela dit, nul besoin d’aller chasser les fantômes pour apprendre à sentir la « matière psychique » d’un lieu. L’auteure nous explique comment faire pour y parvenir. Elle nous apprend aussi à ne pas avoir peur de certaines présences que l’on sent, ou même voit dans un demi-sommeil. Ce sont peut-être des êtres chers qui viennent nous visiter, ou des inconnus inspirés qui ainsi nous protègent, nous conseillent, nous avertissent d’un danger.
Tout a commencé peu de temps après la naissance de son premier enfant, en juin 1995, elle entend une voix pendant son sommeil. Celle-ci lui demande de se lever de son lit et d’aller écrire. Elle s’exécute, et sa main s’est mise à écrire sur le papier sans que sa pensée ne dicte les mots. Elle se croit devenue folle et consulte alors un psychologue, qui lui annonce qu’elle est médium. Agnostique, comme son mari très rationnel, elle accepte néanmoins de recevoir des messages de personnes disparues. Ses « missions » sont principalement de deux ordres : la première consiste à aider les esprits désincarnés à entrevoir l’au-delà… Certains restent, en effet, attachés à leur vie terrestre, certains sans même se rendre compte qu’ils sont morts. Sa deuxième mission consiste à recevoir des messages qu’elle doit faire passer aux familles endeuillées.
Dans ses précédents livres, elle racontait avoir été mise en relation avec des personnages historiques comme Napoléon Bonaparte, Jeanne d'Arc, ou Gilles de Rais et l’écrivain Oscar Wilde. Dans ce nouveau livre passionnant parce qu’il se lit comme un recueil de nouvelles, il s’agit d’aider des gens simples, des couples avec enfants, et des petites mamies inoffensives. La plupart des « fantômes » évoqués sont bienveillants ou alors des sujets agressifs mais pas méchants parce qu’ils souffrent d’avoir été trahis ou violentés. Non sans humour, et beaucoup d’amour, Patricia Darré les aide à poursuivre leur chemin vers l’éternité radieuse. Sachant bien que tout ceci est difficile à croire et comprendre, elle se contente de témoigner, tout en confessant continuer à apprendre, voire à appréhender certains contacts venus de l’au-delà. Elle nous donne même quelques pistes pour éviter les lieux « chargés ». Après avoir lu ce livre on se remémore des maisons où nous avons plus ou moins bien vécus, et on il fait réfléchir à deux fois avant d’envisager s’installer dans certaines maisons sombres et froides et humides… comment souvent en Angleterre, le pays des fantômes.

Il y a quelqu'un dans la maison
Editions : Michel Lafon
Auteur: Patricia Darré
264 pages
Prix : 17, 95 €