Pauline

Un sentiment de solitude : un ouvrage qui sert à point d'alerte

Écrit par Catherine Verne Catégorie : Essais, société et bien-être Mis à jour : vendredi 3 novembre 2017 21:27 Affichages : 1140

sentiment solitudePar Catherine Verne - Lagrandeparade.fr/ La solitude rend malade. De récentes études scientifiques la désignent comme à l'origine de déficiences immunitaires et autres pathologies cardio-vasculaires. Ce constat de la médecine sociale amène à prendre au sérieux une souffrance souvent assimilée à un des symptômes de la dépression alors qu'il a toute son importance en lui-même en tant que phénomène de société. Cette place prépondérante, la psychanalyste Monique de Kermadec entreprend de la lui donner dans le cadre de son métier et a souhaité lui consacrer un ouvrage qui sert à point d'alerte en relayant la parole analytique d'experts comme Anzieu ou Bowlby. De quoi souffre un solitaire outre les problématiques biologiques citées plus haut, qui relève de la psychothérapie? Il a tendance entre autres à tout voir en négatif, développer une hypersensibilité à l'échec dans tous les domaines, par exemple la relation amoureuse; à se méfier excessivement des autres, voire jusqu'à la paranoïa, tout en frôlant l'addiction aux moyens de s'hyperconnecter; à douter de ses capacités à prendre sa vie en mains faute de confiance en soi; à devenir indifférent au monde, quitte à se réfugier dans l'irréel notamment à l'âge adolescent. Inconscient des ravages de la solitude sur son état de santé, il accueille la plupart du temps de tels symptômes avec honte mais sans estimer que son sentiment de solitude destructeur appelle une consultation, ou bien il redouble d'hyperactivité anxieuse comme font les surdoués qu'a suivis l'auteur. Or c'est bien par la démarche individuelle d'une thérapie qu'il convient de se sortir de la solitude quand elle est devenue invalidante, tant la société moderne génère de facteurs qui l'aggravent, via l'individualisme ou le culte de la consommation. Et puisqu'il vaut mieux prévenir que guérir, puissent les parents éduquer au mieux leur progéniture, happée par l'angoisse de la séparation dès ses huit mois, à la plus épanouissante des solitudes, celle qui répond à l'exhortation philosophique "connais-toi toi même", et qui fera des adultes responsables et capables de lien.

Un sentiment de solitude
Auteur: Monique de Kermadec
Editeur: Albin Michel
Parution: 2 novembre 2017
Prix: 16 €