Pauline

« Au début tout va bien » : sept nouvelles sensibles, lyriques et émouvantes de Jean-François Laguionie

Écrit par Félix Brun Catégorie : Beaux-Livres Mis à jour : samedi 14 janvier 2017 17:24 Affichages : 838

Au début tout va bien Par Félix Brun - Lagrandeparade.fr/ 7 nouvelles, 7 histoires…comme le chiffre 7, symbole d’esprit, d’absolu, de vie intérieure, d’originalité, de solitude, de renoncement. Le 7 est le chercheur de la vérité : c’est un esprit fin, perspicace, qui se consacre à travers les réponses aux mystères de la vie. Jean-François Laguionie est un 7, avec ce regard poétique, son sens de l’observation, son oeil de cinéaste. On lit son livre comme on regarde 7 courts métrages dont il a seul le secret, la maîtrise, la maestria.
Avec le drame de l’écrivain qui ne pouvait pas écrire et se faire publier "La vie d’Arnold se déroulant ainsi, de premiers pas en beaux débuts. Il connut de belles et brèves ébauches. Si brèves qui lui voulut un soir, par extraordinaire, en savourer la fin." Avec ce chien qui parle de sa maîtresse qui l’a abandonné : "Elle écrivait elle aussi…Elle m’a laissé une lettre pleine de mots…des mots d’une lumière atroce, acérés, flamboyants." Dans un parc public, où "chaque statue est reliée à une autre statue PAR LE REGARD", ces regards puissants et figés qui se posent d’un individu à l’autre dans le tram. A travers "Les fleurs oranges" d’une tapisserie aperçue à travers une fenêtre de l’autorail en marche, l’auteur nous invite dans l’imaginaire, l’illusion et la mystification. Ou encore on découvre une page de vie de village, à Montmartre, "Place des abbesses" où "Toutes les trois minutes, le métro vomit sa meute.[…]La place bat comme un cœur, on se retrouve, on a le temps de boire un verre en vitesse, d’acheter un journal…".
Un recueil surprenant, lumineux, riche de bons mots, d’une écriture subtile, sensible, émouvante, lyrique, touchante. A lire et relire sans retenue.

Au début tout va bien
Auteur : Jean-François Laguionie
Editions : Delatour - 15€

A lire aussi :

Louise en hiver : de la solitude et de la délicatesse par Jean-François Laguionie