Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

L'homme de Schrödinger : physique quantique et art vivant

Écrit par Guillaume Chérel Catégorie : Théâtre Mis à jour : samedi 24 novembre 2018 15:44 Affichages : 232

l'homme Par Guillaume Chérel - Lagrandeparade.com/ La pièce commence quasiment par cette phrase qui annonce le ton de L'homme de Schrödinger : « Si vous croyez commencer à comprendre la physique quantique, c'est que vous n'avez rien compris »... Il faut courir voir ce spectacle intelligent, drôle et insolite, sur un sujet a priori pas très sexy, mais d'une belle acuité et subtile acidité sur l'absurdité d'une vie qui se termine par la mort.

Quoique... puisque tout se discute en philosophie, et que tout se calcule en mathématiques : le chat de Schrödinger est mortel, Schrödinger est mortel, donc Schröndinger est un chat, pour paraphraser le syllogisme bien connu du chat et de Socrate (Tous les chats sont mortels. Or Socrate est mortel. Donc Socrate est un chat.). Voici l'histoire (presque vraie) d'un homme qui choisit de s'enfermer dans une pièce, dont il n'a qu'une chance sur deux de sortir vivant. Et qui y séquestre sa bien-aimée... Une histoire d'amour drôle et bouleversante, inédite et scientifique, musicale et rocambolesque, d'après l'expérience quantique du chat de Schrödinger, revue par Samuel Sené, avec l'aide d'Eric Chantelauze, à l'écriture, et des excellents acteurs-chanteurs-danseurs que sont Juliette Behar et Julien Ratel, alias Sacha et Sacha dans la pièce intitulée : « L'homme de Schrödinger » ? Sans oublier le (vrai) chat chouchouté pendant le spectacle.
Pour la petite histoire, en 1935, le physicien Erwin Schrödinger imagine l'expérience de pensée dite du « chat de Schrödinger ». C'est l'expérience absurde de physique quantique la plus populaire, donnant lieu à tout un pan de la pop-culture contemporaine : tant que la boîte dans laquelle le chat est enfermé n'est pas ouverte, le chat est « mort et vivant à la fois ». Au fil des décennies, scientifiques et philosophes ont joué avec ce concept, jusqu'à créer le concept de suicide quantique, de roulette russe quantique, d'immortalité quantique, et même d'amour quantique. Nous assistons à un jeu intellectuel et musical sur le thème de la physique quantique, à mi-chemin entre comédie dramatique et expérimentation théâtrale. Car L'Homme de Schrödinger parle d'enjeux humains, de ces questions universelles qui hantent l'humanité depuis la nuit des temps : Qui suis-je ? Comment le sais-je ? Comment faire les bons choix ? Même si ici le personnage masculin de Sacha souffre de Toc et quasiment d'autisme, comme le sont souvent des génies de maths, perchés dans des hautes sphères qu'ils sont rares à comprendre. Prendre avec soi... Les auteurs ont choisi le théâtre musical, champ (et chant) de tous les possibles, où musique, jeu et danse (hip-hop notamment) se mélangent pour ne faire plus qu'un.
L'Homme de Schrödinger raconte l'histoire de Sacha et Sacha, tous deux en mal d'amour, pétris de doutes, campés par des comédiens qui jouent, dansent, et s'accompagnent eux-mêmes aux claviers, aux guitares, etc... Cela donne un spectacle d'une grande liberté artistique, résolument contemporain, à contre-courant, parfois dérangeant mais surtout drôle : « N'est-ce pas le rôle de l'artiste d'ouvrir des portes, de créer un « théâtre de Schrödinger » où, le temps d'une représentation, tout est possible, tout n'est que probabilités et, quand le rideau se ferme, chaque spectateur expérimente sa propre réalité, sa décision, son choix » demande Samuel Séné. Poser la question en ces termes, c'est y répondre. Equation réussie. Les vrais bonnes œuvres d'art posent les bonnes questions mais c'est au spectateur d'y répondre.

L'homme de Schrödinger
De Eric Chantelauze et Samuel Sané
Mise en scène :  Samuel Sané, assisté d'inès Amoura
Avec Juliette Behar et Julien Ratel
Décor et costumes : Isabelle Huchet
Chorégraphie : Amélie Foubert
Création vidéo : Harold Simon
lumières : François Cabanat

Dates et lieux des représentations: 

- Jusqu'au 5 janvier 2019 à l'Artistic Théâtre (45, rue Richard Lenoir – 75011 Paris) Tel : 01 43 56 38 38 / www.artistic-athevains.fr