Trois songes. Un procès de Socrate : le sage est celui qui sait qu’il ne sait rien

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Théâtre Mis à jour : mercredi 17 juillet 2019 07:39 Affichages : 724

3 songesPar Julie Cadilhac - lagrandeparade.com/ En 399 avant J-C, le philosophe Socrate est accusé par le tribunal d’Athènes d’inventer de nouveaux dieux, de troubler l’ordre de la cité et de corrompre la jeunesse. Lors de son procès, ce dernier, ne cherchant nullement à se défendre, invite plutôt les juges à réfléchir sur ce qu’est la justice et sur ce que nous sommes prêts à lui sacrifier. Son dernier enseignement sera le suivant : la mort du corps ne doit pas être redoutée, la corruption de l’âme est bien davantage à craindre. Il acceptera donc son sort et boira la Ciguë en homme libre et fidèle à sa pensée.

Mettre à mort pour justifier votre façon de vivre.


Olivier Saccomano a écrit une pièce intelligente. Initialement conçue pour jouer dans les lycées, sa structure usant de redondances, son écriture fluide et au vocabulaire accessible, rendent le propos philosophique très intelligible. La teneur du propos en fait en outre un travail pertinent pour tous les publics.
Les trois « songes » successifs font intervenir sur le plateau le philosophe en personne, le politicien Alcibiade, le religieux Euthyphron et un juge. Olivier Coulon-Jablonka a imaginé une mise en scène dotée d’un dispositif scénographique "léger" et adaptable aux divers lieux possibles des représentations. Ici, à l'Entrepôt à Avignon, quelques chaises forment un demi-cercle à l’intérieur duquel Jean-Marc Layer et Guillaume Riant s’échangent tour à tour le rôle de Socrate et sont simplement accompagnés de deux écrans sur lesquels s’affichent en contrepoint goguenard des clins d’oeil à notre contemporanéité. Les deux comédiens séduisent par leur complicité discrète et leur jeu pétillant dans cet exercice socratique passionnant.

Doxa? Epistémé? Socrate n’a cessé de poser des questions pour prouver les limites de notre connaissance. « Je ne sais qu’une chose c’est que je ne sais rien », explique-t-il avec une sage humilité. Il faut s'efforcer de rechercher toujours la vérité pour traquer la suffisance et l’ignorance.
Lorsque le procès s’achève, le spectateur sourit jaune à l’ironie socratique qui fait écho à sa réalité. Comme pour les jurés du procès de cet illustre philosophe hellène, aujourd’hui, sur les questions essentielles, le gouvernement ne demande pas au peuple de répondre aux questions, dé débattre…mais de simplement voter et de s’exposer au risque de laisser tous ceux qui se laissent guider par la peur de la mort, cette obscure boussole, de faire de mauvais choix. A méditer, à voir et à conseiller à tous ceux qui aiment les pièces qui offrent jusqu'à satiété une nourriture spirituelle de qualité.

Trois songes. Un procès de Socrate.
Metteur en scène : Olivier Coulon-Jablonka
Interprète(s) : Jean-Marc Layer, Guillaume Riant
Scéno, Images : Anne Vaglio
Regisseuse : Marianne Pelcerf
COMPAGNIE MOUKDEN THÉÂTRE
COPRODUCTION : THÉÂTRE DE SARTROUVILLE

Dates et lieux des représentations:
- DU 5 AU 28 JUILLET 2019- RELÂCHES : 9, 16, 23 JUILLET à 11h40 à l’ENTREPÔT ( 1 TER BOULEVARD CHAMPFLEURY, 84000 - AVIGNON) - Festival Avignon Off 2019