A Quiet Evening of Dance : une soirée de danse pure et épurée

Écrit par Justina Zilyte Catégorie : Danse Mis à jour : samedi 20 juillet 2019 13:24 Affichages : 275

A quiet eveningPar Justina Zilyte - Lagrandeparade.com/ Une soirée de danse pure et épurée. Un ballet sans tutus, décors, chaussons ou orchestre. Un ballet mis à nu. Deux actes.

Acte I, rideau, silence.

Scènes de danse se succèdent dans la seule musique des corps en mouvement, des respirations qui s'intensifient et de menus bruits de la salle. Parfois un chant d’oiseaux parvient à nos oreilles et on se surprend à guetter le moindre changement sonore. Une musique instrumentale surgit furtivement, baroque. Le temps est suspendu, il épouse la mécanique des corps et une atmosphère printanière règne sur la scène. Les danseurs sont volatiles. C'est un ballet guilleret d’oiseaux de toutes plumes. Ils s'amusent, se provoquent, se courtisent. Tout le premier acte semble être la jubilation du geste qui s'installe et dévoile sa structure en « contre point » de la danse classique.

Acte II, rideau, musique.

Scènes de danse se succèdent dans la pure tradition de la musique classique. Le geste du ballet est plus soutenu, la chorégraphie et le rythme prennent de l’ampleur et les corps s'envolent. Toute l'architecture du ballet classique est là, dépouillée de ses apparats. Intense.

William Forsythe, chorégraphe américain de renommée internationale travaille avec ses danseurs depuis de nombreuses années et son approche particulière de la danse le pousse ici à revisiter son propre répertoire. En effet, A Quiet Evening of Dance est une réécriture de deux œuvres précédentes qu'il explique ainsi :

« Oui, je suis parti de deux pièces a cappella que j’avais déjà créées, DUO2015 et Catalogue. Elles sont toutes les deux basées sur la notion de contre point. DUO2015 évoque le contre-point classique, à partir de fondements académiques, tandis que Catalogue remonte à Diderot. Au XVIIIe siècle, il y a eu une vague néoplatonicienne, et les diagrammes étaient une manière de se rapprocher de l’idéal platonicien. Cela vient de mes lectures sur le corps, sur la manière dont on rend l’invisible visible au XVIIIe siècle grâce à l’anatomie, en ouvrant le corps humain et en allant de plus en plus loin à l’intérieur de celui-ci. C’est ce que fait Catalogue: il s’agit de maîtres de ballet du XVIIIe siècle, vus aujourd’hui. La pièce souligne les fondements diagrammatiques de la danse classique, à partir desquels une structure a été construite. DUO2015 et Catalogue font sens ici parce que je les encadre avec de la danse classique : le ballet classique est l’héritier de cette sensibilité du XVIIIe siècle, ce que je trouve fascinant. »

La promesse d'une soirée de danse calme, silencieuse n'est qu'à moitié tenue, car si l'on assiste bien à un moment de danse où le silence et le dépouillement jouent un rôle majeur, la soirée est loin d'inspirer la quiétude. C'est sur une émotion intense, vive que tombe le rideau nous laissant grisés.

William Forsythe - A Quiet Evening of Dance

Une production Sadler’s Wells London
Chorégraphie : William Forsythe et les danseurs Brigel Gjoka, Jill Johnson, Christopher Roman, Parvaneh Scharafali, Riley Watts, Rauf “RubberLegz“ Yasit, Ander Zabala
Interprètes : Brigel Gjoka, Jill Johnson, Christopher Roman, Parvaneh Scharafali, Riley Watts, Rauf “RubberLegz“ Yasit, Ander Zabala
Conception costumes : Dorothee Merg and William Forsythe
Conception sonore : Niels Lanz
Production : Sadler’s Wells London
Directeur artistique et chef exécutif : Alistair Spalding CBE
Producteur exécutif : Suzanne Walker
Chef de production et de tournées : Bia Oliveira
Producteur principal : Ghislaine Granger
Coordinateur de production et de tournées : Florent Trioux
Directeur Marketing : Daniel King
Responsable presse : Caroline Ansdell
Superviseur costumes : Miwa Mitsuhashi
Équipe technique :
Directeur de production : Adam Carrée
Régisseur général : Bob Bagley
Régisseur lumière : Pete Maxey
Ingénieur du son : Simon Lambert
Coproduction : Festival Montpellier Danse 2019, Théâtre de la Ville - Paris, Théâtre du Châtelet et Festival d’Automne à Paris, Les Théâtres de la Ville de Luxembourg, The Shed - New York, Onassis Cultural Centre - Athens, deSingel international arts campus (Anvers)
William Forsythe est lauréat du prix FEDORA - VAN CLEEF & ARPELS pour le ballet 2018.
Durée : 1h40 dont un entracte


ACTE 1
Durée: 45 minutes
Prologue
Danseurs : Parvaneh Scharafali & Ander Zabala
Catalogue
Danseurs : Jill Johnson & Christopher Roman
Epilogue
Danseurs : Jill Johnson, Christopher Roman, Parvaneh Scharafali, Rauf “RubberLegz” Yasit, Ander Zabala
Compositeur, musique : Morton Feldman,
Nature Pieces from Piano No.1. from First Recordings (1950s)- The Turfan Ensemble, Philipp Vandré © Mode
Dialogue (DUO2015)
Danseurs: Brigel Gjoka & Riley Watts


ACT 2
Durée : 35 minutes
Seventeen / Twenty One
Danseurs: Brigel Gjoka, Jill Johnson, Christopher Roman, Parvaneh Scharafali, Riley Watts, Rauf “RubberLegz” Yasit, Ander Zabala
Compositeur, musique: Jean‐Philippe Rameau, Hippolyte et Aricie : Ritournelle, from
Une Symphonie Imaginaire, Marc Minkowski & Les Musiciens du Louvre © 2005 Deutsche Grammophon GmbH, Ber

Dates et lieux des représentations: 

- Les Mar. 2, Mer. 3, Jeu. 4 et Ven. 5 Juillet 2019 à 20h à l'Opéra Comédie dans le cadre du Festival Montpellier Danse 2019

A quiet evening