Mourir sur Seine : le dernier tome d'une docu-Bd polar fort pertinente!

Écrit par Valérie Morice Catégorie : Bande-dessinée Mis à jour : mercredi 5 juin 2019 20:08 Affichages : 472

mourir sur seinePar Valérie Morice - Lagrandeparade.com/ Dans le Tome 1 de « Mourir sur Seine », l’adaptation en Docu-BD du roman de Michel Bussi aux Editions Petit à Petit, nous restions sur notre faim. C’est d’ailleurs le motif même de l’élaboration d’une oeuvre en plusieurs parties : nous tenir en haleine et susciter l’envie. Le lecteur avait donc laissé le commissaire Paturel et la très sexy journaliste Maline Abruzze à la gare de Rouen, sur le point d’accueillir en renfort, un spécialiste tout droit venu de la PJ Parisienne, dans l’espoir de débloquer une enquête stagnante.
Le premier meurtre d’un marin Mexicain, Aquilino (membre d’équipage du bateau Cuauhtémoc), suivi de celui de deux autres matelots officiant sur des équipages différents « à quelques jours du grand rassemblement de l’Armada », dans des circonstances très étranges, laissent les enquêteurs dans l’incertitude.
Ajoutée à cela, la légende d’un trésor englouti, il n’en fallait pas plus au meurtrier présumé pour donner du fil à retordre à la dynamique équipe du Commissariat du 9 rue Brisout-de-Barneville de Rouen.
Dans ce Tome 2, toujours sous l’égide de Gaet’s au scénario, et Salvo au dessin, les mystères et incohérences liés aux meurtres, ainsi que leur mobile (la quête d’un trésor), sont enfin révélés (et de manière plutôt efficace) par la « super star du Quai des Orfèvres » Joe Roblin (un petit côté Lou Reed gothique qui n’est pas piqué des hannetons, le lecteur en restera seul juge), faisant ainsi passer l’équipe du commissaire « pour des ploucs ».
C’est également l’occasion de retrouver Marine et de lever le voile sur la mort (accidentelle ?) de sa mère, 25 ans plus tôt, tandis qu’elle faisait de la plongée en compagnie de son père (épisode qui introduisait les premières pages du Tome 1).
Il en reste néanmoins qu’un trésor, convoité depuis des siècles (celui du Télémaque potentiellement…), laissant un paquet des cadavres derrière lui, reste toujours enfoui sous la Seine, et que « tout individu qui chercherait à découvrir le butin des pirates de la vallée de la Seine serait maudit ».
L’atout majeur de cette BD, c’est justement que ce n’en est pas une, car il s’agit plus précisément d’une « Docu-Bd », leitmotiv et ligne de conduite de cette maison d’édition Rouennaise. Ce principe d’allier la bande-dessinée au documentaire en est le principal moteur et le résultat est percutant.
L’intérêt ici étant que le récit se déroule à Rouen (ville dont est originaire l’auteur Michel Bussi tiens tiens !!) il n’est donc pas étonnant que cet album offre, en plus de passages extraits du texte original paru aux Editions des Falaises, des photographies historiques illustrant certains lieux du récit. Une belle façon de réunir la littérature, la bande-dessinée, l’histoire et l’image.
Si d’aventure vous souhaitiez en savoir plus sur le sujet, laissez-vous charmer par la Docu-Bd entièrement consacrée à l’Armada : « L’Armada, des navires et des hommes » ou suivez le lien consacré à cet évènement qui se tiendra du 6 au 16 Juin à Rouen : https://www.armada.org/armada/

Mourir sur Seine
Tome 2
Adaptation du roman de Michel Bussi - Scénario de Gaët’s, Dessins de Salvo
Editeur : Petit à Petit
Date de parution : 24 mai 2019
Prix : 15,90€
80 pages

A lire aussi :

 Mourir sur Seine : le mystérieux pacte de la piraterie !