La sémantique c’est élastique : « Au commencement est le sujet… »

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Bande-dessinée Mis à jour : lundi 4 mars 2019 22:40 Affichages : 455

elastiquePar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.com/ "La Sémantique c’est élastique" est une rubrique emblématique de La Revue Dessinée depuis le premier numéro; elle s’intéresse, avec une bonne dose d’humour, à l’évolution du vocabulaire au fil du temps.
« Qui maîtrise le langage domine le monde » affirme le personnage incarnant dans les vignettes l’auteur James. Si ses conclusions et son propos encyclopédique se heurtent souvent aux moues dubitatives de ses interlocuteurs - sans doute est-il souvent trop ambitieux : convaincre un adolescent en pleine âge ingrat relève de l’impossible ! -, ses démonstrations sont toujours tout simplement délicieuses. James est en effet le roi du néologisme, joue sans cesse avec l'étymologie, l'évolution de la langue et s'amuse à insérer tout au long de ses raisonnements des clins d’oeil verbaux au sujet évoqué.
"La Sémantique c’est élastique" est l’occasion de réviser ses notions de vocabulaire oubliés depuis le lycée…du pléonasme à l’antonomase, du sujet grammatical au mode impératif...et non, non, James, assurément, vous n'avez rien d'encyclopédant! On vous rassure! Tout est pertinent...et drôle...de la battle de mots courts avec un cruciverbiste à la preuve que l’anglais n’envahit absolument pas notre langue, du pourquoi le fils du roi est appelé dauphin à la légitimité du mot barbare, du pourquoi l’on déjeune le midi et l’on dîne le soir à la dinde en questions géographiques, du GPS déboussolé à la prochaine chronique sur la notion de décence…ou encore à la question aujourd’hui tranchée de la féminisation des noms de métiers!

Un petit livre à offrir et/ou à s’offrir…et à lire - seul ou en compagnie - d’un mojito défiscalisé ou d’un crétin des Alpes des Pyrénées, d'une tartiflette bien salée ou de Josiane, histoire de profiter de tous ces jeux de mots spirituels! "La Sémantique c’est élastique", c'est pas pour les "snoob" mais pour tous les amoureux d'un humour fin qui se dévore sans fin!

Le mot « gratin » vient de la façon de cuisiner le plat. Le gratin, c’est ce qui remonte à la surface, ce qui croustille. Les Anglais parlent de l’uppercut Crust, la croute supérieure, pour parler de l’élite…Ce qui est assez ironique puisque, à l’origine, le premier sens de gratin veut dire l’inverse. Initialement, le gratin, c’est ce qui reste accroché au fond du plat, ce qu’il faut gratter pour réussir à l’enlever. Gratin est ce qu’on appelle un déverbal, dérivé de gratter. Ça explique sans doute pourquoi nombre de personnes qui font partie du gratin sont de parfaites raclures.

La sémantique c’est élastique
Editions : Delcourt
Collection: Pataquès
Auteur : James
Parution : 27 février 2019
Prix : 13,95€

semantique