Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Vania : une famille sous influence

Écrit par Christian Kazandjian Catégorie : Théâtre Mis à jour : vendredi 11 octobre 2019 08:34 Affichages : 607

VaniaPar Christian Kazandjian - Lagrandeparade.com/ Une adaptation d’Oncle Vania de Tchekhov qui va à l’essentiel dans le monde d’aujourd’hui.

C’est la fin de l’été. Une table où s’aligne tout ce qu’il faut pour l’apéritif. Marina, la vieille nourrice devenue servante-gouvernante, attend les convives. Ils arrivent enfin. Ivan dit Vania ; Sonia qui gère le domaine avec l’oncle Vania ; la mère de Vania, Maria, un livre à la main, le docteur Astrov ; Ilia dit La gaufre, un voisin un peu pique-assiette ; Alexandre, professeur à la retraite, père de Sonia, pater familias hypocondriaque. Et puis y a Eléna « belle comme un soleil » dirait Brel, une « sirène » selon Vania, échouée à la campagne, seconde et jeune épouse du professeur. Les esprits et les corps échauffées par les libations, tournant bientôt à la beuverie, s’affrontent lorsque le professeur lance les hostilités parlant de sa « répugnante vieillesse », du sentiment de dégoût qu’il suscite. Pour que rien ne change La boîte de Pandore ouverte, toutes les rancœurs, les reproches vont pouvoir s’épancher, crûment, cruellement. Et les passions cachées, tues trop longtemps et avouées enfin. De ce jeu de massacre, nul ne sortira indemne, sauf peut-être Eléna que son inconstance carapace et aussi la vieille nounou, pieds bien ancrés dans la terre. Le docteur Astrov retournera à ses malades et ses forêts, le professeur et sa jeune épouse fuiront vers la ville. Vania et Sonia continueront à trimer et à envoyer sa rente au professeur, hypocondriaque et tyrannique, Maria plongée dans ses livres, ne cessera pas de vouer son admiration à son gendre, le professeur. Tout sera donc comme avant. Rien n’aura vraiment changé. Chacun retournera à son amertume, ses vices cachés, ses désillusions. Peut-on après cela commencer une nouvelle vie ? Une brûlante actualité.

La troupe By collectif a adapté Oncle Vania de Tchekhov fidèlement, dans la mesure où la trame, les dialogues sont conservés. Cependant le travail de toilettage d’un des plus grands succès de Tchékhov, a permis de resserrer l’action en une journée, d’exporter la scène hors de la Russie tsariste pour lui donner une résonnance actuelle. Ce n’est pas que le texte initial en manque, loin de là. Qu’on en juge avec cette tirade du docteur Astrov : « Les forêts, il y en a de moins en moins, les rivières tarissent, le gibier a disparu, le climat est détraqué, et chaque jour, la terre devient plus pauvre et laide. (…) L’homme n’a, jusqu’à présent, pas créé, il a détruit. (…) J’ai conscience de ce que le climat, lui aussi, est tant soit peu en mon pouvoir, et que si, dans mille ans, les hommes sont heureux, ce sera, un tant soit peu, à cause de moi ». Vania est en creux une pièce sur le bonheur, sur la recherche du bonheur, sur les voies tordues qu’il faut emprunter pour y parvenir. Sur les entraves qu’il faudrait surmonter ; l’égoïsme (chez le professeur), la pusillanimité (chez La Gaufre), la soumission (chez Maria), la frivolité (chez Eléna), la fatalité (chez Sonia). Seuls le médecin – Tchekhov l’était - dont le dessein est de sauver ceux qui souffrent (nature ou êtres humains) et Vania, - il a l’honneur du titre de la pièce – entier, sincère dans ses comportements, y échappent quelque peu. La compagnie By collectif a su tirer la quintessence de l’œuvre débarrassée de ses références historiques, l’ancrant davantage dans l’universel contemporain. Ainsi proposée la pièce vise à l’essentiel du propos. Le décor est ramené à une table où s’alignent les bouteilles de vin et d’alcool, quelques chaises dépareillées ; les costumes sont ceux que l’on voit tous les jours dans nos villes. Au final, une belle réussite que ce Vania revisité.

Vania, une même nuit nous attend tous
D’après Tchekhov
Adaptation collective de By collectif
Mise en scène : Julien Sabatié-Ancora
Jeu : Lucile Barbier, Delphine Bentolila, Stéphane Brel, Nicolas Dandine, Magaly Godenaire, Lionel Latapie, Laurence Roy, Julien Sabatié Ancora
Lumière : Michaël Harel 
Son : PolCast & Friends
Scénographie : Nico D
Aide à la dramaturgie : Dr Anne Marie Merle Béral (Psychiatre)

Dates et lieux des représentations :
- Jusqu'au 27 octobre 2019 au Théâtre de Belleville, Paris 11e (01.48.06.72.34.)