Le Bourgeois Gentilhomme de Jérôme Deschamps : une comédie aux apprêts extravagants et drôles à souhait!

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Théâtre Mis à jour : dimanche 9 juin 2019 09:11 Affichages : 1017

bourgeoisPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.com/ Qui n’a pas d’affection pour cette « truffe » de M.Jourdain? Figure cocasse par excellence du comique de caractère, délicieusement caricaturée par l’écriture lucide et saillante de Molière, ses entretiens avec ses divers maîtres de danse, de musique, d’escrime et de philosophie, sa séance d’essayage de costume d'apparat, sa volonté opiniâtre de faire épouser sa fille à un gentilhomme, ses génuflexions ridicules devant la marquise Dorimène…ou encore son sacre comme Mamamouchi…sont autant de scènes hilarantes, réminiscences nostalgiques des années d’études dans le secondaire.

M. Jourdain, complexé depuis toujours de son éducation imparfaite, de ses titres fleurant trop le tiers état et flatté de côtoyer ces aristocrates dont ils idéalisent les qualités, a tous les atouts pour être le dindon de la farce... et pourtant Jérôme Deschamps en propose un portrait plus indulgent. Choisissant notamment d’exprimer une forme de complicité dans la grivoiserie entre le bourgeois et la Marquise et d’accentuer la préciosité de Dorante, le metteur en scène réhabilite quelque peu Monsieur Jourdain et fait de lui davantage une victime de sa naïveté extrême et de son incapacité à s’accepter tel qu’il est qu’un sot ambitieux poursuivant les honneurs. Qui ne rêve pas, en effet, d’être tenu.e pour un être «  de qualité »?  Ne sont-ce point, en vérité, des « douceurs exquises que des louanges éclairées »? 

Jérôme Deschamps a conçu un Bourgeois Gentilhomme digne de Versailles…et même jusqu’à ses fontaines! Dans une scénographie teintée de couleurs chaleureuses et jouant de machineries inventives et espiègles, accompagnée de costumes, de chapeaux et de perruques à l’excentricité jubilatoire de Vanessa Sannino mais aussi d’un bel orchestre honorant les airs de Lully, cette mise en scène à la pâtine classique sait toutefois user d’originalités charmantes. Elle a des airs de farce, s'appuyant en effet sur les stéréotypes hérités de la Commedia Dell’Arte ( les amoureux sont de rose et bleu parés, pleurnichent à souhait et s’épanchent en atermoiements excessifs; le philosophe a une coupe de cheveux digne d’Einstein; on tire du cochon toute une panoplie désopilante de produits dérivés…et tous les types de comiques ( situation, geste, personnage, langage…) sont délibérément mis en exergue...)

theatreApplaudissons les intermèdes dansés orchestrés par Natalie van Pary et qui enchantent par leur dynamisme et leur pétillance cette comédie-ballet, le travail de Vanessa Sannino qui crée des connivences entre les personnages en les assortissant par le truchement des couleurs et des matières employées ( la couleur de la perruque du bourgeois est la même que celle des deux serviteurs Covielle et Nicole…un clin d’oeil rappelant d’où vient M.Jourdain?) et la récréation délicieusement exotique et extravagante qu’est l’épisode turc.

Le Bourgeois Gentilhomme de Jérôme Deschamps? Une fantaisie théâtrale à la facture classique explosant de couleurs! Une comédie-ballet qui se porte merveilleusement bien sur ses deux jambes et qui célèbre l’impertinence des valets et la lucidité des femmes ! Un rendez-vous incontournable avec Molière où l’on prend plaisir à voir les gens honnêtes et sensés récompensés, où l’on réalise encore et encore l’avant-gardisme éclairé de Jean-Baptiste Poquelin qui savait dépeindre les choses de ce monde tout aussi bien « par derrière que par devant »! Une parenthèse avec Lully attrayante…dont la pastorale initiale est cependant un peu longuette - mais il faut bien un bémol! - et à laquelle il ne manquait peut-être qu’une trompette marine…!

bourgeoisA VOIR ASSUREMENT!

Ô la belle chose que de savoir quelque chose!

Le bourgeois gentilhomme
Comédie-ballet de Molière avec la musique de Lully
Mise en scène de Jérôme Deschamps
Avec : Flore Babled, Jean-Claude Bolle, Reddat , Sébastien Boudrot, Vincent Debost, Jérôme Deschamps, Pauline Deshons, Aurélien Gabrielli, Guillaume Laloux, Josiane Stoleru, Pauline Tricot
Avec les solistes et l’Académie des Musiciens du Louvre, en partenariat avec le Jeune Orchestre Atlantique de l’Abbaye et les chefs (en alternance) Marc Minkowski et Thibault Noally, ainsi que les chanteurs Sandrine Buendia (soprano), Paco Garcia (haute-contre), Lisandro Nesis (ténor), NN (basse), et les danseurs Anna Chirescu (en alternance), Pierre Guilbault, Maya Kawatake Pinon, Léna Pinon Lang (en alternance), Antonin Vanlangendonck
Décor : Félix Deschamps
Costumes : Vanessa Sannino
Chorégraphie : Natalie van Parys
Lumière : François Menou
Assistants à la mise en scène : Sophie Bricaire, Damien Lefèvre
Illustration ©Cie Jérôme Deschamps + Crédit-photo : MARIE CLAUZADE
bourgeoisNos remerciements à Richard Peduzzi.
3h avec entracte
Production : Compagnie Jérôme Deschamps | Coproductions : Printemps des Comédiens Montpellier, Opéra Comique, Opéra National de Bordeaux, Opéra Royal – Château de Versailles Spectacles, Les Musiciens du Louvre, Célestins - Théâtre de Lyon, Théâtre de Caen |
La Compagnie Jérôme Deschamps est soutenue par le Ministère de la Culture et de la Communication | Les Musiciens du Louvre sont subventionnés par le Département de l’Isère, la Région Auvergne Rhône-Alpes, le Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC Auvergne Rhône-Alpes)

Dates et lieux des représentations: 
- Du 7 au 9 juin 2019 à l’Opéra-Comédie - Montpellier - dans le cadre du Printemps des Comédiens
- Les 14 et 15 juin 2019 au Théâtre de Pau
- Du 19 au 23 juin 2019 à l’Opéra de Versailles
- Du 13 mars au 15 mars 2020 à la Comédie de Clermont
- Du 18 au 21 mars 2020 à Odyssud Blagnac
- Du 27 au 29 mars 2020 au Grand Théâtre d’Aix
- Du 8 au 11 avril 2020 à l’Espace Malraux Chambéry
- Du 27 au 29 avril 2020 - MC Amiens
- Du 12 au 16 mai 2020 au Théâtre de Caen
- Du 25 au 29 mai 2020 à Lyon Célestins au Radiant
- Du 16 au 20 et du 24 au 28 juin 2020 à l’Opéra Comique - Paris

 

bourgeois