Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Dans les yeux de Jeanne : Bourvil chanté par sa femme

Écrit par Guillaume Chérel Catégorie : Théâtre Mis à jour : mercredi 30 janvier 2019 13:09 Affichages : 368

jeannePar Guillaume Chérel - Lagrandeparade.com/ Il y a un peu plus d'un siècle, le 27 juillet 1917, naissait André Raimbourg, dans le pays de Caux, près de Bourville (Seine-Maritime). Il avait une femme, Jeanne, qui l'a soutenu à ses débuts jusqu'à la fin. De leur rencontre, en 1936, « les yeux au fond des yeux », au petit bal perdu de Fontaine-le-Dun, jusqu'à la mort du chanteur et comédien, le 23 septembre 1970, des suites d'un cancer, Jeanne et André Raimbourg ont vécu trente-quatre années de bonheur intense et discret. C'est ce que nous raconte, en chansons notamment, « Dans les Yeux de Jeanne », spectacle « librement inspiré de la vie des deux amoureux », avec Benoit Dupont au piano.

Le public voit se créer le couple d'amoureux timides, joués par Apolline Andreys et Guillaume Sorel (qui ressemble au jeune Bourvil), lequel a écrit les textes, puis avancer dans la vie : en fait la carrière de Bourvil, que l'on savait gentil mais pas si peu confiant en son talent. Ils se sont connus très jeunes, à 19 et 18 ans respectivement, dans une boulangerie. Ils se sont mariés en 1943, discrètement, à l'image du couple. À travers les musiques qui ont marqué le succès de l'éternel naïf, ce spectacle nous replonge dans les airs que tout le monde connaît sans vraiment savoir d'où ils viennent : « Salade de fruits », « La tactique du gendarme », etc... Plus une surprise à la fin.
Jeanne est décédée accidentellement, en 1985, dans un accident de voiture, en allant sur la tombe de son mari. C'est émouvant de se replonger dans ses souvenirs, ses peines, ses joies, qui nous transportent et nous racontent son soutien sans faille pour l'homme de sa vie. "Dans les yeux de Jeanne" est un spectacle émouvant. Comme le personnage de Bourvil, car à plusieurs tiroirs, lui qui n'était pas si couillon qu'il en avait l'air... La courte scène du Petit Gymnase, située dans une cave-grotte, sur les Boulevards, est l'écrin idéal pour planter le décor de l'époque. Les deux interprètes sont parfaits de justesse et de simplicité. Apolline Andreys est une petite pomme (normande) bourrée d'énergie, qui chante merveilleusement juste, et Guillaume Sorel, qui incarne Bourvil, est un peu en dedans quand il joue mais parfait également en chansons. Ils font un beau duo touchant de vérité. Tout y est : décor avec buffet d'époque, et vêtements des années 60. Un bon moment en perspective. Pour preuve : les chansons de Bourvil trottent dans la tête longtemps après le spectacle certifiée « Production Artistique Équitable »...

Dans les yeux de Jeanne : l'incroyable destin de Bourvil
Texte : Guillaume Sorel
Mise en scène : Juliette Boucher
Décors : Bastien Forestier
Costumes : Salomé Brussieux
Arrangements musicaux : Benoit Dupont
Au piano, ou Simon Froget-Legendre
Avec Apolline Andreys (Jeanne) et Guillaume Sorel (Bourvil)

Dates et lieux des représentations:
- Jusqu'au 31 mars 2019 Petit Théâtre du Gymnase (38, boulevard Bonne Nouvelle – 75010 Paris) Métro Bonne Nouvelle. Résa : 01 42 46 79 79