Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Qui va garder les enfants ? : Quand la politique se conjugue au féminin

Écrit par Christian Kazandjian Catégorie : Théâtre Mis à jour : dimanche 27 janvier 2019 20:51 Affichages : 288

enfantsPar Christian Kazandjian - Lagrandeparade.com/ "Qui va garder les enfants ?"donne à voir, avec humour et empathie, le parcours de combattante auquel sont confrontées les femmes entrant en politique.

Ca démarre comme un « seul en scène » (on dit plutôt « one woman (man) show ») ; on craint le pire : qu’on essaie de faire rire la salle avec les petits travers des mecs, des nanas, des politiques. Mais dès que le micro se tait le ton change. Le comédien, seul en scène, nous conte des histoires de femmes, d’hommes, de politiques, sans caricature, mais non sans humour. Nicolas Bonneau est tour à tour Yvette Roudy, Ségolène Royal ou Angela Merkel, mais aussi Michel Rocard et lui-même, car il n’omet pas de faire honnêtement son autocritique quant à ses relations avec la femme.
S’appuyant sur les témoignages recueillis pendant deux ans auprès de femmes politiques, l’auteur-acteur égrène le long chapelet des discriminations, vexations, conneries qu’ont à subir les femmes, qu’elles soient engagées en politique ou non. Il en va de même dans tous les domaines. Seulement la politique est encore majoritairement considérée comme une affaire de mâle, et les femmes n’y trouvent leur place qu’après de rudes échanges : elles doivent sans cesse faire preuve de leurs capacités à diriger et quand elles le font, elles se trouvent accusées d’autoritarisme excessif et autres défauts. Gagner sa place dans l’arène politique est difficile, même et surtout dans son propre camp. Le titre du spectacle renvoie à une de ces petites phrases dont est jalonnée la politique. Nous ne rappellerons pas le nom de ce ministre auteur de cette réflexion digne d’un bêtisier afin de ne pas accrocher une casserole supplémentaire à une batterie déjà bien fournie. Les épisodes de la scène politique sont ponctués d’un récit haletant : la traque d’une jeune femme avec son enfant au sein dans une forêt hostile. Il s’agit de l’odyssée d’une militante qu’on veut faire taire : Christiane Taubira. Elle aura, ensuite, durant son passage au gouvernement à essuyer les attaques racistes, sexistes les plus infâmes.
Le spectacle nous convie dans les coulisses, là où se nouent intrigues et coups tordus, là où, loin des caméras, un homme politique peut débiter les pires insanités à l’encontre d’une collègue. Et on suit, au grand jour, la journée d’une maire d’une petite ville : les mains qu’on serre, les tics inhérents à la fonction, mais aussi l’attitude de vieux birbes d’une communauté de communes qui ne daignent pas laisser la parole à une femme, fût-elle élue par ses pairs. On rit et sourit souvent, mais sous le rire perce la gêne : on mesure alors que nos sociétés continuent de verser des salaires moindres aux femmes à travail égal, que les dirigeantes de grandes entreprises se comptent sur quelques doigts, que seulement 16% de pays sont gouvernés par des femmes, qu’en France elles ne représentent que 16% du nombre de maires et qu’à l’Assemblée nationale elles sont 224 sur 577 parlementaires.
Le décor dépouillé –quelques sièges empilés à l’envers- soutient le propos Gagner un siège électif, pouvoir s’assoir dans un fauteuil, pour une femme demande plus d’efforts qu’à un homologue masculin. Il convient donc de remettre sur pieds ces fauteuils renversés pour que le monde cesse de marcher de guingois, car trop souvent privé, dans sa réflexion et son organisation, de sa moitié d’humanité. Avec ce spectacle, fruit d’un travail de collecte de témoignages, d’oralité et d’écriture mené depuis des années, Nicolas Bonneau réhabilite le théâtre citoyen, celui qui divertit et donne à penser.

Qui va garder les enfants ? de Nicolas Bonneau et Fanny Chériaux
Mise en scène :  Gaëlle Héraut

Dates et lieux des représentations: 
- Jusqu’au 31 mars 2019 - Théâtre de Belleville, Paris 11e (01.48.06.72.34.)