Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Anima : une poétique mise en scène du moi et de son ombre

Écrit par Catherine Verne Catégorie : Théâtre Mis à jour : mercredi 15 août 2018 10:04 Affichages : 188

AnimaPar Catherine Verne - Lagrandeparade.fr/ La comédienne Isabelle Carré s'avance pour lire Cocteau. En parallèle, la danseuse Magali Lesueur s'élève lentement du sol où elle était lovée, en gestes dévoilés. On n'a pas levé le rideau tout à fait bien que le spectacle "Anima" commence, car il en est un qui demeure, central et permanent, prêt à recevoir les impressions et formes via des jeux de lumière, qu'y déposera chaque artiste. Ce drap mobile les sépare et les relie, déplaçant les lignes. C'est que l'une répond à l'autre, sans jamais la rejoindre.
Une poétique mise en scène du moi et de son ombre captive aussitôt les spectateurs et les happe dans sa giration vertigineuse pendant près de trois quart d'heure. On retient son souffle. Celui qui anime les mouvements de danse articule aussi la voix qui récite, en miroir : il s'agit de la même force de vie traversant l'espace et la durée du spectacle. L'une songeuse, dit des poèmes quand l'autre muette, vibre de tout son corps avec l'autre versant du monde, de la présence, de l'être. L'une se détache dans sa combinaison sombre sur des fonds clairs, tandis que l'autre, immaculée de blanc, désigne les reliefs d'un "théâtre obscur".
Par-dessus elles, en voix off, Jean Cocteau révèle un peu du mystère de la création et du rêve, de l'étrangeté surtout du double intérieur qui habite chacun, et met en garde contre la tentation de l'intelligence d'y croire maîtriser quoi que ce soit. Ce qui nous est donné à voir ce soir sur scène, avec une élégance sobre et troublante a lieu dans le for intérieur et ne se montre généralement pas; il ne se dit pas non plus, sinon via la magie de la poésie qui sait faire advenir l'ineffable. C'est une rencontre interdite à laquelle l'être épris de lui-même tend et son élan, traduit par le jeu remarquable de ce duo d'artistes, s'évanouit sans cesse en vain.
Une très émouvante illustration du divorce intime du moi qui, servi par la mécanique onirique comme par une machinerie théâtrale ici presque métaphorique, outre quelque soubresaut étonné qui le jette presque dans ses propres bras, désespère jamais de se retourner sur lui-même pour s'étreindre tout à fait.

Mon Âme est une zone d'ombre où le réalisme ressemble à l'absurde rigueur du rêve, une zone d'ombre où l'intelligence, notre pire ennemi n'exerce pas son contrôle et ne gâche pas le meilleur de nous-mêmes.

Jean Cocteau

Anima
Chorégraphe et auteur : Magali Lesueur -Compagnie Magali Lesueur.
Interprètes: Isabelle carré, Magali Lesueur

Dates et lieux des représentations :
- Les 10 et 11 juillet 2018 à l’ALBATROS ( 29, rue des Teinturiers, 84000 - Avignon) et les 16 et 17 juillet 2018 au Théâtre de l’Ourle ( Avignon)