In lake : Thomas Howard Memorial plonge au fond du lac de Guerlédan pour en ressortir un album planant et atemporel

Écrit par Virginie Gossart Catégorie : Lyrique Mis à jour : lundi 30 mai 2016 05:34 Affichages : 2207

Thomas howardPar Virginie Gossart - Lagrandeparade.fr/ Avec un nom comme celui-là (l'un des pseudonymes de Jessie James), les Thomas Howard Memorial s'inscrivent volontairement en dehors des codes musicaux du moment. A la fois album-hommage et signature toute personnelle, "In lake", sorti le 29 avril 2016, intrigue et séduit immédiatement par la puissance de mélodies à la fois énergiques et vaporeuses.

Impossible de ne pas penser aux Pink Floyd, à la pureté d' "Echoes" et au "Live at Pompeii". Les membres du groupe ne s'en cachent d'ailleurs nullement – Yann Ollivier, le leader de THM, est un grand fan -  et poussent même la comparaison encore plus loin. Après avoir enregistré leur album en 2015 (et confié le mixage à Sylvain Carpentier, ingénieur du son de Saez ou Scénario Rock), les Thomas Howard Memorial ont fait le pari de le réenregistrer en intégralité, en live, et sans public, au fond d'un lac exceptionnellement asséché pendant quelques mois, le Lac de Guerlédan. Le tout filmé en une nuit par le réalisateur Nicolas Charles. Un voyage visuel et auditif au sein d'un paysage lunaire, apocalyptique, forcément poétique. Cette nature transformée, laissant apparaître un instant les vestiges engloutis par le lac, semble entrer en parfaite résonance avec la musique sans âge de cet album hors format.
Difficile de ne pas être emporté très, très loin par "Bad Things", "Murder for fun", ou "In Lake" -  qui a donné son nom à l'album - , titres calibrés pour un road trip sombre et nerveux à souhait, pour une errance initiatique d'une cinquantaine de minutes. Malgré une certaine linéarité, le charme opère et  on se sent très vite immergé dans l'atmosphère triste et dépouillée des tableaux sonores qui se succèdent. Neuf morceaux denses, oscillant sans cesse entre ombre et lumière, mélancolie et force. Si l'influence des Pink Floyd est perceptible dès les premiers morceaux (sons cristallins de guitare, mélodies lancinantes, riffs répétitifs et nappes de claviers aériens), on pense aussi au meilleur de Radiohead (dans la manière d'expérimenter sur les sonorités jusqu'à leur distorsion) et à l'époque où la voix de Craig Walker était le plus bel atout d'Archive. Mais les comparaisons, si elles permettent d'établir certaines filiations et affinités dans  la musique des THM, ne sauraient retranscrire le dépaysement que procure cet album. Pendant ces cinquante minutes, nous sommes, avec eux, au fond de ce lac asséché. Comme eux sans doute, on ne sait si on en ressortira indemne... Parce que c'est bien souvent à ce sentiment de fragilité ou de perte que sait nous conduire la belle musique.

- IN LAKE - Thomas Howard Memorial - Upton Park Publishing - Sortie le 29 avril 2016

En concert:

- 27 avr. 2016 Le Réservoir Paris,
- 28 avr. 2016  Pop In Paris, F
- 29 avr. 2016 FESTIVAL UNIS SONS Loperhet,
- 15 mai 2016 ART ROCK (Scène Fut Chantant) Saint Brieuc, Fr
- 20 mai 2016 elektron libre Trévoux
- 1er juin 2016 INTERNATIONAL Paris
- 02 juin 2016  LE SILENCIO (LIVE + PROJECTION DU FILM)
- 03 juin 2016 Pub Folette Gomené
- 04 juin 2016 CELLIER Boqueho
- 16 juin 2016 MONDO BIZARRO Rennes
- 21 juil. 2016 JEUDIS DE L'ETE Plouha
- 22 juil. 2016 VENDREDIS DE L'ETE Pontrieux