Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Weird and wonderful tales : liberté de tons, de sons et d'expressions

Écrit par Dominique Flacard Catégorie : Lyrique Mis à jour : dimanche 25 novembre 2018 20:49 Affichages : 702

weirdPar Dominique Flacard - Lagrandeparade.com/ Liberté de sons, liberté de tons, liberté d'expressions : un même chant se décline dans plusieurs langues : anglais, français, grec ! Nous sommes plongés dans un univers étrange et onirique qui abolit les frontières, tisse des liens entre les instruments à cordes : luth mongol, banjo, guitare, viele mongole, qui relient l'Asie à l'Afrique puis aux États Unis en passant par l'île d'Ithaque. 

Chaque chant, dont le texte, le plus souvent rédigé par Gautier Degandt, est inspiré par des personnes, des situations ou des lieux existants, est composé à la manière d'un conte ou d'un mythe. Écrit dans un présent de vérité générale, il prend vie et couleur grâce aux arrangements musicaux issus de styles aussi différents que le Blues, les sons longs de la musique mongole, la musique traditionnelle grecque ou méditéranéenne et est souvent issu d'éléments simples et répétitifs qui vont évoluer vers la variation, variation de timbres, de rythme, d'expression. L'auditeur va de surprise en étonnement. Son oreille est toujours en alerte tant les sonorités instrumentales ou vocales offrent une vaste gamme de découvertes. La voix de Maria Laurent, claire, aérienne, légère contraste avec celle de Gautier Degandt, grave, rude, puissante, au timbre mat. Cette alchimie vocale se nomme bâton bleu, bâton comme la terre, l'appui, l'empreinte, bleu, comme l'air, la magie, la légereté. Des jolies polyphonies contribuent à accroître le caractère étrange et irréel des ces chansons.

Maria Laurent est nourrie au Blues dès son plus jeune âge et chante dans des groupes de musique du monde « Meîkhâneh », « Amou Daria » où elle explore différentes techniques vocales. Son appropriation d'instruments tels que le banjo, le luth mongol apporte énergie et couleurs expressives à leur duo. Gautier Degandt, nourri de cultures grecque et médittéranéenne, commence sa carrière en tant que chanteur et fondateur d'un groupe post punk tribal chanté en grec ancien. Passionné par le Blues, il sera influencé par Seth Augustus pour qui il écrit le très beau texte de la chanson «  Buffalo 7 »  où il raconte l'histoire de ce musicien comme un mythe.

Du Blues primitif «  Harry Smith » aux sonorités magiques du glockenspiel «  Sick Ship », des incantations grecques en homophonie «  Sarakino » aux polyphonies subtiles « Buffalo 7 », de l'introduction interrogative au tovshuur ( luth mongol) « Yourgo » au chant polyphonique a capella «  Mark twain », chant de travail sur les bateaux à roue, la magie musicale opère, les chants s'enchaînant telle une histoire aux multiples rebondissements. L'auditeur, captivé par cet imaginaire aux sonorités assez brutes, proches du land art navigue dans un univers où le temps semble arrêté ou suspendu. Un premier album, après cent vingt concerts et neuf tournées dans neuf pays d'Europe, tout en finesse, estampillé au sceau de la liberté !

Weird and wonderful tales
Bâton bleu
Parution:  le 2 novembre 2018