« En chanteur » : Frédéric Zeitoun, la vie qui va…

Écrit par Serge Bressan Catégorie : Lyrique Mis à jour : mardi 25 septembre 2018 20:38 Affichages : 2308

Frédéric ZeitounPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / On en connait certain.e.s qui prônent le remède à la mélancolie. On en connaît un autre qui, lui, connaît le remède au blues du dimanche soir. Quand il arrive sur scène, Frédéric Zeitoun offre d’emblée son immense sourire. Ce n’est pas feint, juste bienveillant… Oui, on sait, Frédéric Zeitoun, c’est le garçon à lunettes et à la chevelure ébouriffée d’un Jean-Paul Farré et grise d’un Léo Ferré ; oui, c’est aussi le journaliste qui, à la télé, vient causer musique et paroles avec toujours précision, élégance (rien à voir avec les freluquets et autres petits courtisans !!!). Mais, voilà Frédéric Zeitoun est avant tout chanteur. Et le prouve, cet automne encore, avec la saison 2 d’« En chanteur », son troisième spectacle (après « Toutes les chansons ont une histoire »- 2012, et « L'histoire enchantée du petit juif à roulettes »- 2013) sur la scène du bel Alhambra parisien. 

La chanson, Zeitoun, ça le connaît. Déjà adolescent, il écrivait des textes. Et en 1983, à 22 ans, il sort son premier 45-tours avec, en titre vedette, « Ces matins ». Des textes, il en écrira encore et encore- des chansons pour Enrico Macias, Frédéric François, Michelle Torr, Hugues Aufray, Charles Dumont, Antoine, Annie Cordy, Louis Bertignac et aussi Lorie et Zaz, des parodies pour Laurent Gerra. Et puis, « tous ces autres textes dont personne n’a voulu, alors je m’y suis mis, je les chante », dit le chanteur- en chanteur avec une pointe d’humour sucré- salé.
Zeitoun, sur scène, c’est une leçon de vie, diront les peu imaginatifs et autres coincés du col. C’est surtout une ode étourdissante, un enivrant hymne à la vie. Cette vie qui va, avec ses hauts et ses bas, cette vie où on a plus ou moins chaud et toute la vie devant soi- peut-être qu’on en veut trop et qu’on a même eu ce qu’on ne voulait pas… En une grosse heure et demie, il déroule une bonne vingtaine de chansons, alterne paroles et musique et petits textes d’humour et d’humeur. Frédéric Zeitoun a l’œil vif et, tel un Zorro avec son épée, il signe d’un Z des textes pétillants, émouvants, tendres, caustiques, réalistes, poétiques… Peintre, il se promènerait dans son atelier devant ses toiles avec une palette XXL de couleurs.
Dans cette vie qui va, il y a la politesse du désespoir sur une musique du guitariste Bruno Bongarçon. Des souvenirs des années 1970, aussi, quand les Français passaient « Les vacances chez Franco » et éprouvaient un sentiment de liberté avec sangria et castagnettes dans un pays qui en était immensément privé. La vie qui va version Zeitoun en chanteur, c’est « Bien au contraire », une chanson habillée par une composition offerte par Charles Aznavour, une chanson qui rappelle que « seule l’absence ne meure jamais », c’est aussi un pot de départ à la retraite, les rapports humains et le « bal des faux-culs », le chanteur de la télé (pétillante et joyeuse mélodie de Marie-Paule Belle), la fatalité, l’identité, le handicap, l’adoption (« c’est fou comme le temps a changé depuis que tu m’as adopté ») et même, soyons fous, « fromage et dessert »… Oui, « la vie continue, il y a des gens plein la rue. Chacun a fait comme il a pu ».
Tous ces mots, tous ces maux sont habillés par des musiques joyeuses, ensorcelantes, émouvantes- énergisantes, aussi. Et, en fin de concert, généreux profondément, en chanteur toujours, Frédéric Zeitoun offre un cadeau aux spectateurs. Un duo (qui annonce un album à venir en février 2019)- ce jour-là, ce fut Yves Duteil (belle chanson toute en émotion: « Les beaux jours ont un prix surtout quand ils s'en vont »), suivront Sanseverino et d’autres (belles) surprises… Les (en)chanteurs se ressemblent, se rassemblent- comment en serait-il autrement avec Frédéric Zeitoun en chanteur de la vie qui va ?

« Frédéric Zeitoun En Chanteur »
Collaboration artistique : Gersende Michel et François d’Epenoux
Durée : environ 1h30

Dates et lieux des représentations : 
- Jusqu' au 31 décembre 2018. Dimanche, 18h à L’Alhambra ( 21 rue Yves Toudic - 75 010 Paris)  Tél. : 01 40 20 40 25