Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Cold Blood : une merveille de paume de peau de grâce et d'émoi

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Danse Mis à jour : mercredi 23 janvier 2019 15:44 Affichages : 4207

ColdBloodPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Comment ne pas être tenté de citer Louis Aragon et d'exprimer déjà au plus près ce qui nous traverse, bouleverse, transperce et envahit durant la représentation du fantastique "Cold Blood" de Michele Anne de Mey et Jaco Van Dormael?

Pourtant, ô combien cela semblait enjeu ardu de succéder à "Kiss & Cry", objet scénique surprenant et novateur qui avait fait l'unanimité à sa création en 2011. "Cold Blood" cependant outrepasse les "balbutiements" ( entendez ce mot avec toute la plaisanterie qui s'impose : "Kiss & Cry" fut un succès international) du premier opus, démontrant la capacité de ses créateurs à jouer- avec davantage de génie encore -avec les mêmes procédés techniques et narratifs. Le principe est en effet à l'identique : les lumières s'éteignent, les caméras s'éveillent et virevoltent, les performers sont tout à la fois techniciens et interprètes...et, tandis que l'écran nous conte une fable mettant en scène des doigts personnifiés, l'œil assiste en simultané et en direct à la fabrique des effets. "Cold Blood" se révèle de nouvelles noces brillantes de la nano-danse et la cinématographie.

Accompagnée d'une bande-son délicieuse, de Ravel et Schubert à David Bowie ou encore à Janis Joplin, une voix - pas toujours off - invite les spectateurs à un rêve sous hypnose "là où aucun voyageur ne revient". Les mots de Thomas Gunzig mêlent poésie et humour avec une finesse et une délicatesse de main de maitre ; c'est qu'il en fallait du doigté littéraire pour aborder le thème de la mort sans basculer dans le pathos, l'ironie saillante ou la noirceur. Or point de tout cela ici : on est éclaboussé au contraire par le vivant qui reste l'autre côté du miroir dont on n'oublie jamais les reflets nostalgiques. Parler de la mort pour mieux parler de la vie : voilà l'essence géniale de ce texte à l'écriture fluide et musicale, au processus de surenchère pertinent.

Et puis il y a évidemment Jaco Van Dormael, Michèle Anne De Mey et leurs inventions visuelles époustouflantes. "Cold Blood" est un spectacle qui se vit avec la peau. Si les chorégraphies superbes des mains sensibilisent par essence le spectateur au toucher, on invite aussi les yeux à devenir les conducteurs de frissons épidermiques récurrents. Ballets de doigts, étirements, adages, assemblés, battements et "main de deux". Le collectif Kiss & Cry finira par inventer une terminologie originale! "Ce parler muet des sens animaux" est transcendé dans cette promenade mélancolique au coeur des mystères de la Grande Faucheuse : quelle vérité plus simple et plus criante que celle-là? la naissance, l'amour, les émotions passent par la peau. La mort piège et enferme dans une transparence sensible terrifiante. Sept morts -idiote, météorologique, érotique, pressurisée...- pour réaliser notre réalité charnelle. Sept morts donc six occasions de se réincarner, non?

"Cold Blood" donne ses mains pour que l'âme du narrateur y dorme éternellement, et l'on s'y laisse bercer, nous, juste le temps d'une représentation. La pièce se fait par la même occasion hommage vivace et brillant à la magie du théâtre qui a le pouvoir de tout faire renaître et même de mêler la réalité à un rêve en ut majeur...

"Un après-midi qui sentait la vanille". Une chaise à bascule au balancement à pulpe, des phalanges vieillissantes et une canne, une maison de poupée. Un numéro de claquettes-dés à coudre. Du pop-corn et un ciné en plein air. Un peu d'hémoglobine pour la couleur. Beaucoup de noir et blanc. On the road souvent ou en balade à pied au creux de la ville endormie. Ciseaux de doigts sur les planches. Coquelicots, coton et neige. Eau tremblotée, rougeoiements et la pâleur des noyés. Doigts qui patinent plus vite que leur ombre. Une dernière danse...Et puis ceux qui résistent à tout. "Un petit espace froid sur votre joue". Soudain un goût salé. La tête dans la lune et les doigts en fusée. La fin en un éclaboussement de soleil. Ou en poussière d'étoiles.

Cold Blood ? Une dernière danse dont vous vous souviendrez longtemps! Des applaudissements à deux mains kaléidoscopiques!

 

Cold blood
Michèle Anne de Mey / Jaco Van Dormael / Collectif Kiss & Kry

Un spectacle de Michèle Anne De Mey, Jaco Van Dormael et le collectif Kiss & Cry
Textes de Thomas Gunzig
En création collective avec Grégory Grosjean, Thomas Gunzig, Julien Lambert, Sylvie Olivé, Nicolas Olivier et la participation de Thomas Beni, Gladys Brookfield-Hampson, Boris Cekevda, Gabriella Iacono, Aurélie Leporcq, Bruno Olivier, Stefano Serra
Mise en scène : Jaco Van Dormael et Michèle Anne De Mey
Textes : Thomas Gunzig
Scénario : Thomas Gunzig, Jaco Van Dormael et Michèle Anne De Mey
Cinématographie : Jaco Van Dormael et Julien Lambert
Chorégraphie : Michèle Anne De Mey et Grégory Grosjean
Danseurs : Michèle Anne De Mey, Grégory Grosjean et Gabriella Iacono
Image : Julien Lambert (création), Juliette Van Dormael (tournée) assisté de Aurélie Leporcq (création), Pierre de Wurstemberger (tournée)
Décors : Sylvie Olivé
Assistée de François Roux, Juliette Fassin, Théodore Brisset, Brigitte Baudet, Daniella Zorrozua
Constructeurs : Jean-François Pierlot (Feu, métal), Walter Gonzales (Triline)
Costumes : Béa Pendesini et Sarah Duvert
Création lumière : Nicolas Olivier assisté de Bruno Olivier (création) et Antoine Gianforcaro (tournée)
Création sonore : Boris Cekevda
Interprètes et manipulations en scène : Michèle Anne De Mey, Antoine Gianforcaro, Grégory Grosjean, Gabriella Iacono, Bruno Olivier, Stefano Serra, Jaco Van Dormael, Juliette Van Dormael et Pierre de Wurstemberger
Régisseur général (création) : Thomas Beni
Régisseur général (tournée) : Thomas Dosbruszkès
Déléguée de Production & Diffusion : Gladys Brookfield-Hampson, Hélène Dubois (tournée)/Astragale asbl
Responsable de tournée : Meryl Moens/ MoDul cie
Diffusion : Le Manège.Mons Bérengère Deroux
Photo : Julien Lambert
Durée : 1h15

Dates des représentations:

Au théâtre Jean-Claude Carrière au Festival du Printemps des Comédiens 2016 les 9 , 10 et 11 juin 2016 - PREMIERE EN FRANCE

- Du 16 septembre au 24 septembre 2016 au KVS - Bruxelles

- Du 15 au 22 décembre 2016 au Théâtre de Namur ( Belgique)
 
- Du 8 au 17 février 2017 au Théâtre des Célestins ( Lyon)
 
- Du 8 mars au 17 mars 2017 au KVS - Bruxelles
 
- Les 19 et 20 octobre 2017 à 20h au Théâtre du Blanc-Mesnil
 
- Du jeu. 23/11/17 au ven. 24/11/17 à Annecy Bonlieu Scène nationale - réservation Tel. +33 (0)4 50 33 44 11

- Du jeu. 07/12/17 au ven. 08/12/17 à Sartrouville Théâtre Sartrouville Yvelines CDN  - Tel. +33 (0)1 30 86 77 79
- Du mar. 06/03/18 au jeu. 08/03/18 à Lieusaint Théâtre-Sénart, Scène nationale - Tel. +33 (0)1 60 34 53 60

- Du 6 au 26 janvier 2019 à La Scala - Paris 

- Du ven. 15/03/19 au sam. 16/03/19 - Le Channel - Calais - Tel. +33 (0)3 21 46 77 00

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer