Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Mouvoir : Attention! Objet Chorégraphique Non Identifié remarquable!

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Danse Mis à jour : dimanche 19 mai 2019 17:32 Affichages : 535

mouvoirPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.com/ La chorégraphe allemande Stephanie Thiersch, au travail reconnu internationalement pour sa poésie extravagante et son mélange des arts, réunit huit danseurs et le Quatuor Asasello, pour construire un ballet noir qui souhaite évoquer «la voracité et l’absence de mesure dans la société, où chacun est constamment confronté à une machinerie de séduction visuelle. Les images véhiculées par les médias donnent un sentiment de pouvoir ou de beauté qui entretiennent un désir bien réel d’images fabriquées.» Partant de ce constat, la chorégraphe a pris pour point de départ la "Musique pour le souper du Roi Ubu" du compositeur Bernd Alois Zimmermann, qui mêle musique baroque et moderne.  

Comment? En réinventant des « tableaux vivants », un distraction à la mode au 18e siècle et qui consiste à incarner des compositions célèbres mais également en jouant avec la mémoire d’images issues des médias, du théâtre et de nos vies quotidiennes. À peine installé, chaque tableau s’anime peu à peu dans une chorégraphie qui joue sur les décalages en élargissant sa signification.
Le premier tableau est assez déconcertant ; la musique et la danse s’y répondent en gesticulations perchées, l’atmosphère sonore joue de dissonances et a des airs expérimentaux qui ne sont pas du goût de tout le monde…aussi l’on invitera le spectateur à ne pas se laisser désarçonner et renoncer en quittant son siège car, dès le second tableau, toute la poésie singulière et hypnotisante du travail de Stéphanie Thiersch s’exprime en notes visuellement désopilantes. Sur le plateau se meuvent alors des créatures aux silhouettes étonnantes, feu d’artifice de couleurs acidulées. Une vision tout à la fois futuriste et perché à mi-chemin entre le concours de bonhommes Michelin et de figurants pour le Cinquième Elément…Sont-ce des super-héros que le ridicule ne tue pas, des insectes délirants, des extraterrestres cinglés? L'alliage habile des chorégraphies, des costumes délicieusement excentriques, de la musique enlevée et des lumières s’avère en tous cas superbe et l’on contemple avec bonheur ce ballet à la logique délirante…La suite n’est qu’une longue récréation jubilatoire. L’atypique y règne en maître, la danse y est tout aussi investie qu’espiègle, la singularité de chaque interprète est cultivée. On se souviendra d’une chorégraphie de la respiration aux robes de plastique surprenantes et aux bras qui fendent l’air…de ces performers talentueux qui forment un choeur toujours fascinant à regarder…et même à écouter ( car l’on chante aussi parfois!).

Mouvoir, c'est un spectacle espiègle d’une synesthésie étonnante où les sons, les couleurs et les gestes se répondent. Dynamique à couper le souffle, truffée d’inventivité et engagée, cette création de Stéphanie Thiersch révèle de l’artiste un sens du plateau remarquable et une originalité exquise. On applaudira l’orchestre Les Siècles qui se fond avec talent dans cette Folie lyrico-théâtro-chorégraphique ( vous y verrez même le chef d’orchestre danser!), les danseurs d’une expressivité percutante, les costumes extraordinaires de Sita Messer et les lumières sculptées par Begona Garcia Navas. Le final à la luminosité entre chien et loup post-apocalyptique reste une image saisissante, cortège-monstre aux bras tendus vers le ciel qui s’achève en une sorte de Radeau de la Méduse mélancolique et fédérateur. A voir!

MOUVOIR- BATAILLES D’IMAGES
CHORÉGRAPHIE ET MISE EN SCÈNE : STEPHANIE THIERSCH
DIRECTION MUSICALE, COMPOSITION : BRIGITTA MUNTENDORF

AVEC L'ORCHESTRE LES SIÈCLES,
DIRIGÉ PAR BENJAMIN SHWARTZ
QUATUOR ASASELLO, QUATUOR À CORDES
8 DANSEUSES ET DANSEURS INTERNATIONAUX
COMPOSITION : BERND-ALOIS ZIMMERMANN MUSIQUE POUR LE SOUPER DU ROI UBU (1968), BRIGITTA MUNTENDORF SIX MOODS TO STAND KINGS UP (2018/19)

ASSISTANCE CHORÉGRAPHIQUE : MARCELA RUÍZ QUINTERO
REGARD EXTÉRIEUR : STAWRULA PANAGIOTAKI, FABRICE RAMALINGOM
CRÉATION LUMIÈRES ET DIRECTION TECHNIQUE : BEGOÑA GARCIA NAVAS
CRÉATION COSTUMES : SITA MESSER ASSISTÉ DE JOAO LAMEGO
SON : MAXIMILIEN JOHANNSON
PHOTOGRAPHIE : MARTIN ROTTENKOLBER
MANAGEMENT : TANJA BARAN, BÉLA BISOM
DIRECTION DE PRODUCTION : KAROLIN HENZE, ANNA-MAREEN HENKE

PRODUCTION – COPRODUCTION : MOUVOIR/STEPHANIE THIERSCH, THÉÂTRE DE NÎMES – SCÈNE CONVENTIONNÉE D’INTÉRÊT NATIONAL – ART ET CRÉATION – DANSE CONTEMPORAINE, BEETHOVENFEST BONN, TANZHAUS NRW DÜSSELDORF, ENSEMBLENETZWERK FREIHANDELSZONE.

Dates et lieux des représentations:
- LES JEUDI 9 MAI 2019 20H et VENDREDI 10 MAI 2019 20H au THÉÂTRE BERNADETTE LAFONT - Nîmes
- Le Dimanche 22 septembre 2019 à Bonn, BeethovenFest
- Le Mardi 24 septembre 2019 à Düsseldorf, Tanzhaus NRW