Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Usure : Brahim Bouchelaghem fait du temps qui épuise une muse chorégraphique inspirante

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Danse Mis à jour : mercredi 20 février 2019 20:54 Affichages : 311

UsurePar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.com/ Brahim Bouchelaghem est un enfant du hip-hop : Farid Berki, Mourad Merzouki ou Kader Attou l’ont fait danser, c'est dire... Son premier solo Zahrbat, remarqué, devient aussi le nom de sa compagnie.
Usure est une chorégraphie pour 7 danseurs dans laquelle son démiurge s’interroge sur le corps et l’usure qu’il subit. L'usure...non pas abordée dans une perspective négative mais mettant en valeur, justement, la résistance et la persistance dont l’organisme est capable. “Ce qui reste résiste !” affirme Brahim Bouchelaghem. L’usure, impact du temps qui épuise le corps et devient un vecteur de transformation...peut-on la transcender dans l’art? En faire même une nouvelle ressource du procédé créatif?
L’usure devient ici une nouvelle source d’inspiration chorégraphique et une contrainte artistique permettant d’aborder le processus créatif autrement.

En terme chorégraphique, cela (entraîne) la lecture à différents niveaux d’une phrase chorégraphique, la structuration sur la base de l’accumulation ou encore la répétition du mouvement faisant apparaître une nouvelle forme polie de la forme ou l’énergie du mouvement.

Brahim Bouchelaghem

Accompagnée de la musique engageante de Nicolas de Zorzi, d'une troupe de danseurs de grande qualité - une mention toute spéciale pour la seule interprète féminine, à l’endurance impressionnante et à la présence captivante -, d'un beau travail travail des lumières qui illustrent le fond de scène et le sol d’effets visuels qui donnent tout à la fois une ambiance urbaine et onirique au plateau, « Usure » s’ avère tout à la fois une performance physique à applaudir et une proposition esthétique fort intéressante. Variant les perspectives, jouant de contrepoints, mélangeant le hip-hop à la danse contemporaine, utilisant l’espace de manière pertinente, Brahim Bouchelaghem sait mettre en valeur l’énergie de cette troupe…Certains minutes sont presque hallucinées, en suspension durant lesquelles les corps se tendent vers un état second…d’autres sont tonitruantes de vivacité, sortes de battles où la souplesse et l’art de rebondir se concurrencent… les sauts s’enchainent, les breacks fascinent…puis les corps vacillent.
De nombreuses séquences harmonieuses restent en mémoire: lorsque les interprètes masculins, à terre, improvisent avec leurs jambes en extension des figures tandis qu’Ismaera se déploie dans la lumière ou encore la scène frontale finale durant laquelle les gestes du hip-hop se déclinent en leitmotivs heureux, épatante de technicité, de résistance à l’effort, de coordination et de cohésion.
Figures empruntant de nouveaux rhizomes d’expressivité, arrêts ne se positionnant pas là où on les attendait, choeur dansant s’accordant par impulsions….Brahim Bouchelaghem use assurément d’une singulière grammaire du hip-hop…sur laquelle il va falloir compter. Bravo!

Usure
Chorégraphie : Brahim Bouchelaghem
Interprétation : Fouad Atzouza, Link Berthomieux, Ismaera, Chinatsu Kosakatani, Admir Mirena, Sacha Vangrevelynghe et Brahim Bouchelaghem
Musique originale : Nicolas de Zorzi
Lumières et scénographie : Adrien Hosdez
Régie Générale : Philippe Chambion

Production : Compagnie Zahrbat
Coproduction : Espace Culturel Ronny Coutteure – Ville de Grenay
Avec le soutien de : Montpellier danse (accueil en résidence) ; Atelier à Spectacle de Vernouillet ; FLOW, Centre Eurorégional des Cultures Urbaines – Ville de Lille ; Pôle en Scènes / Albert Camus (accueil en résidence), Théâtre des 4 saisons Gradignan
Avec le soutien de : La ville de Roubaix, de la Région Hauts-de-France et de la DRAC Hauts-de-France
Première dans le cadre du Festival Karavel #12 - 16 octobre 2018
La compagnie Zahrbat est subventionnée par la Ville de Roubaix, la Région Hauts-de-France au programme d’activité et par la DRAC Hauts-de-France dans le cadre de l’aide à la structuration ; et en résidence à l’Espace Ronny Coutteure Ville de Grenay.

Durée : 1h
Usure © Frederic Lovino

Dates et lieux des représentations:
- Le 14 février 2019 à 20h - Le Kiasma (Rue de la Crouzette, Castelnau-le-Lez), un co-accueil avec Montpellier Danse ( 34)
- Le 14 mai 2019 à l’Espace André Lejeune, Guéret.