Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Canine Jaunâtre 3 : le « beau sourire avec une dent moche » de Marlène Monteiro Freitas et la Batsheva Dance Company

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Danse Mis à jour : dimanche 1 juillet 2018 10:46 Affichages : 347

BatshevaPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ «  Un beau sourire avec une dent moche », « quelque chose qui tient de la force et de la beauté puis quelque chose qui tient de la maladie et de la saleté », qui condense «  pulsion de vie et pulsion de mort » : voilà comment Marlène Monteiro Freitas, chorégraphe originaire du Cap Vert - qui interpelle tout autant qu’elle séduit dans chacune de ses créations - qualifie « Canine Jaunâtre 3 ».

Son travail - qui tourne souvent autour de la métamorphose - avec la Batsheva Dance Company, installée à Tel Aviv et confiée à Ohad Navarin depuis 1990, s’est brillamment adaptée aux spécificités de cette troupe de danseurs et leurs noces offrent 1h30 de folie chorégraphique jubilatoire.
Sur le plateau, un groupe de "sportifs" - menton blanchi, lèvres vermeilles, tenues noires, chaussettes blanches remontées et gants violets - s’encouragent avant l’effort avec la chanson de Nick Cave « The weeping song ». Scénographie de terrain de sport avec ses affichages du temps écoulé, du score de l’équipe qui reçoit et celui des guests. Coups de sifflet récurrents. On s’apprête à découvrir un match pour le moins atypique.

Difficile face à un spectacle de Marlène Monteiro Freitas de définir avec assurance ce que l’on a sous les yeux…contentons-nous donc d’exposer notre « vision » de cette création déjantée qui fait montre d’une imagination chorégraphique virtuose. Jeux de lumière capricieux, bande-son au répertoire éclectique - d’Amy Winehouse au Lac des cygnes, de Rihanna à Gustav Malher etc.- utilisation d’accessoires souvent détournés de leur premier usage, Canine Jaunâtre 3 expose un travail corporel impressionnant et il faut immédiatement applaudir la performance physique des interprètes qui s’impliquent avec une énergie prodigieuse dans ce ballet d’une intensité explosive. Sans cesse, sont offerts des toiles vivantes fascinantes sur lesquelles s’animent des groupes épars qui ont leurs logiques et leurs mouvements propres et tout est si fort qu’on ne sait plus où donner de la tête!
Les danseurs ont des airs de pantins hallucinés aux démarches mécaniques, sortes de robots dont l’expressivité est souvent tordante. Toutes les parties du corps deviennent de la matière chorégraphique : yeux écarquillés ou plissés, cheveux longs écartelés ou tombant en rideaux, langues pendantes ou joueuses, bouches écartelées, crachant ou proférant des onomatopées, des chansons ou des mots slamés, coudes-becs, mains-pattes…parfois il semble que le spectateur ait été convié à un ballet d’oiseaux tant le plateau prend des airs d’écosystème vitupérant de vie. Un remake de Fantasia à la sauce Monteiro Freitas, un match de cricket au pays des merveilles en compagnie de dodos et autres bêtes à plumes excentriques, une fantaisie cubiste aux variations de rythmes permanentes, un ballet de clowns surréalistes qui déclinent avec autant d’espièglerie que de fureur tragique des manières de marcher, de courir, de siéger…en somme d’exister. Ce bestiaire imprime des mouvements instinctifs qu’il répète à l’envi. On garde en mémoire des tableaux étonnants : une version peu conventionnelle du Lac des cygnes, une danse du « grattement » et encore une foule de d’expressions, de postures, de chaînons dansés passionnante. La conclusion est aussi déstabilisante que porteuse de sens, aussi libératrice qu’ouverte.
Canine jaunâtre 3 donne l’envie impérieuse de n’employer que des superlatifs laudatifs parce qu’il y ressort à tout instant une implication physique épatante, un travail chorégraphique de génie et une métaphore fulgurante de ce qu’est la vie, tout à la fois mystère étourdissant d’inventivité et beauté et course haletante dont la souffrance et la laideur ne sont malheureusement pas exemptes. WONDERFUL!

Batsheva & M.M. Freitas
Canine Jaunâtre 3
Chorégraphie : Marlene Monteiro Freitas
Avec 17 danseurs de la Batsheva Dance Company : Etay Axelrod, Billy Barry, Yael Ben Ezer, Matan Cohen, Ben Green, Hsin-Yi Hsiang, Chunwoong Kim, Rani Lebzelter, Hugo Marmelada, Eri Nakamura, Nitzan Ressler, Yoni (Yonatan) Simon, Kyle Scheurich, Maayan Sheinfeld, Amalia Smith, Imre Van Opstal, Erez Zohar
Assistant : Andreas Merk

Espace : Yannick Fouassier, Marlene Monteiro Freitas
Lumière : Yannick Fousssier
Création sonore : Dudi Bell
Recherche : Marlene Monteiro Freitas, João Francisco Figueira
Musique : Amy Winehouse, Back to Black ; Little Big, Big dick ; Heitor Villa-Lobos, Cantilena ; Chico Buarque, Construção ; Salif Keita, Folon ; Uri Caine, Goldberg Variations (J.S. Bach) ; Rihanna, Man Down ; Sergey Mikhalkov, My Edem Edem Edem ; Steve Reich, Music for Pieces of Wood ; Grace Jones (Edited by Marco da Silva Ferreira), Nightclubbing ; Nina Simone, Sinnerman ; Joy Division, She’s Lost Control ; Piotr Ilitch Tchaikovsky, Swan´s Theme ; Gustav Mahler, Symphony No.5 (Adagietto) ; Teresa Teng, The Moon Represents my Heart ; Nick Cave & The Bad Seeds, The Weeping Song ; Edited by Tiago Cerqueira, Rain et Storm

Production : Batsheva Dance Company / Direction artistique : Ohad Naharin / Direction générale : Dina Aldor
Coproduction : Festival Montpellier Danse 2018, Julidans Festival Amsterdam 2018
Remerciements : P.OR.K – Bruna Antonelli, Sandra Azevedo, Key Performance – Koen Vanhove, Marco da Silva Ferreira
Première mondiale : 31 mai 2018, Israel Festival, Jérusalem
Caninejaunatre3 - Crédit-photo: Ascaf
Spectacle organisé dans le cadre de la Saison France-Israël 2018
Durée : 1h30

Dates et lieux des représentations:
- Les 28,29 et 30 juin 2018 au Théâtre de l’Agora - dans le cadre du festival Montpellier Danse
- Du 11 au 14 juillet 2018 au Suzanne Dellal Centre, Tel Aviv

canine