Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Yo Gee Ti : une merveille chorégraphique où les yeux frissonnent du bout des doigts

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Danse Mis à jour : jeudi 26 avril 2018 23:15 Affichages : 1146

Yo Ge tiPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Yo Gee Ti, interprétée par des danseurs français et taïwanais, est la reprise d’une pièce créée en mars 2012 au National Performing Arts Center - National Theater & Concert Hall de Taipei( Taïwan) par Mourad Merzouki, l’un des représentants les plus talentueux du hip hop en France. « C’est à Taïwan en 2012 que ce projet est né avec le National Chiang Kai-Shek Cultural Center. Séduit par l’énergie de ces danseurs qui ont partagé le plateau avec nous ce jour-là. J’ai voulu aller à la rencontre d’une nouvelle culture à la fois empreinte de traditions ancestrales et ancrée dans une modernité extrême » explique le chorégraphe.
Baignés d’or et de pénombre enveloppante, les interprètes de Yo Gee Ti offrent une fresque d’une esthéticité admirable où la qualité des chorégraphies est inextricablement mêlée à la génialité des trouvailles scénographiques …là, tout est ordre et beauté, véritable ballet organique au coeur vibrant d’authenticité ancestrale et de traditions imprégnées, au rythme fluctuant avec sensibilité et grâce avec les émotions portées par la superbe musique originale d’AS’N.
Yo Gee Ti enchaîne des tableaux époustouflants où la danse, portée par des danseurs aussi brillants que physiquement engagés, se fait tantôt acrobatique, jambes et bras araignée qui s’entremêlent et exécutent des figures collectives magnifiques, tantôt intestine et musculeuse, où les corps en tension sont sublimés, tantôt narrative, véritable toile de Pénélope sur laquelle se tissent et se défont des parenthèses d’émotions puissantes.
Yo gee tiPuisant dans l’imaginaire de l’Asie et en complicité avec une composition musicale baignée de mélancolie puissante, Mourad Merzouki marie les fondements du hip-hop à une danse contemporaine pétrie de folklore. Des battles s’improvisent entre ombre et lumière, des éclosions d'êtres hybrides sortant de leur chrysalide investissent le devant du plateau tandis que d’autres jouent de la harpe avec les fils de soie des rideaux, deviennent des prolongements d’élastiques joueurs ou encore fondent en duos fusionnels.

L’expressivité des interprètes, la pluralité des matières dont sont constitués les costumes ( qui se meuvent en rhizomes spectaculaires) , l’inventivité des dispositifs ( ruches suspendues, nattes de fils tombant du plafond, jeux de perspective et de transparence), l’agilité des corps et la technicité des mouvements composent des métaphores inspirées…et le travail sur la lumière de Yoann Tivoli, assisté de Nicolas Faucheux, laisse le spectateur ébahi tant sont épatants les effets visuels obtenus. L’exploitation de la scénographie de Benjamin Lebreton, en collaboration avec Mourad Merzouki, rappelle d’ailleurs par moments le travail du jongleur Jérôme Thomas dans sa création Magnétic. Le tout évoquerait même le mythe de la Toison d’or dans un espace-Colchide réinventé où la danse deviendrait la quête mystique et spirituelle de quelque Grand Khan. 
Véritable métaphore synesthétique, cette création s’entend du bout des doigts, coupe visuellement le souffle et s’avère une sorte d'invitation à une Cérémonie de la Danse fabuleuse où corps-toupie, pointes en suspension, portés envolés sont autant d’étapes essentielles pour savourer l’essence divine de cette alchimie brillante entre tradition et modernité.
Yo Gee Ti ? Une création frémissante de grâce et d’authenticité originelle où la peau, l'oreille, l'oeil et le coeur frissonnent en choeur sur les fils éthérés et joueurs de la frange du ciel…


Yo Gee Ti
Mourad Merzouki – Cie Käfig / CCN Créteil & Val-de-Marne
Pièce chorégraphique
franco - taïwanaise
 
Direction artistique et chorégraphie
 : Mourad Merzouki
Assistante du chorégraphe : 
Marjorie Hannoteaux
Musique originale
 : AS'N
Musiques additionnelles : 
Ludovico Einaudi
, Marc Mellits
, Le Trio Joubran
Lumière : 
Yoann Tivoli
 assisté de Nicolas Faucheux
Scénographie
 : Benjamin Lebreton
En collaboration avec 
Mourad Merzouki
Feutre artisanal: 
Elisabeth Berthon et Chloé Lecoup pour Morse Felt Studio, Johan Ku Design Ltd
Costumes : 
Johan Ku / Production Johan Ku Design Ltd
 
Avec (en alternance) 
Rémi Autechaud dit RMS, 
Kader Belmoktar
, Hung Ling Chen
, Maxime Cozic
, Sabri Colin dit Mucho, 
Manuel Guillaud
, Hai-Wen Hsu
, Hsin-Yu Kao, 
Saief Remmide
, Yui Sugano
, Bi-Jia Yang

Crédits musiques additionnelles :
 Masâr composé par Le Trio Joubran, interprété par Le Trio Joubran © & (p) 2009 Randana harmonia mundi S.A. / world village France
Lady Labyrinth Musique de Ludovico Einaudi © Chester Music Ltd, avec l’aimable autorisation de Première Music Group
Tapas de Marc Mellits pour trio à cordes : Tapas 1, Tapas 5, Tapas 7 – Oeuvre dédiée à Fabrice Bihan interprétée par Fabrice Bihan, violoncelle - Ayako Tanaka, violon - Arnaud Thorette, alto

Dates et lieux des représentations :
- Les 12 et 13 avril 2018 au Théâtre Molière ( Sète - 34) - Scène Nationale de Sète et du bassin de Thau