La Nuit du Cerf : un moment circassien inoubliable...pour se sentir plus léger l'espace d'une représentation!

Écrit par Guillaume Chérel Catégorie : Cirque Mis à jour : samedi 19 octobre 2019 19:52 Affichages : 1116

LerouxPar Guillaume Chérel - Lagrandeparade.com/ La Nuit du Cerf (A deer in the Headlight), c'est le genre de spectacle qui vous rabiboche avec la vie, quand vous avez des soucis et que vous broyez du noir.

Dès le lever de rideau, on oublie tout, de ce qu'on croit connaître du cirque, par exemple, et la poésie est là, à portée de lancer de corps. Car ce sont bien des corps qui volent, valsent, s'élèvent et glissent sur le plateau, sur fond de décor somme toute classique mais ingénieusement agencé : une porte d'entrée, vue de l'intérieur d'une maison, deux chambres sur les côtés, et une sorte de grande table au milieu. Six artistes circassiens, tous aussi beaux et bons les uns que les autres, vont y évoluer avec maestria. Deux colosses, un chevelu, un blond aux épaules de bûcheron (ils lancent, portent et rattrapent leurs collègues artistes), deux hommes de petit gabarit (un chevelu, un blond qui assure le rôle de M. Loyal), et deux femmes, petites et légères, mais grandes par le talent. Et en plus ils et elles ont de l'humour, les bougres. Car ils sont aussi acteurs. Ils parlent... crient, menacent, rient et se mettent en colère.

Difficile de résumer et/ou qualifier un spectacle du cirque Leroux. Après un premier spectacle, dans l'esprit cabaret des années 1930 (The Elephant in the Room), ces interprètes multi-talents nous plongent dans l'ambiance du début des années 70. Deux frères et sœurs, et leurs conjoints respectifs, se retrouvent dans la maison de famille. Un intrus, from Los Angeles, s'incruste, semant le trouble dans les couples. Les guns (ambiance western) vont sortir, une balle partir. Quelqu'un va mourir... Le narrateur raconte en flash-back. Le show commence comme un film de cinéma, en extérieur, et se poursuit en combinant l'esthétique et l'excellence des équilibristes (main à main) voltigeurs, cadre aérien, fil, etc... Le tout joué à la manière d'un dessin animé de Tex Avery, ou un film muet de Charlot et/ou Buster Keaton (les interprètes semblent en caoutchouc). Les numéros se succèdent sans temps mort et le publie reste bouche bée en retrouvant la fraicheur de l'enfance.

Le cirque Leroux nous offre à nouveau un voyage acrobatique surprenant, fascinant (les superlatifs manquent), mixant humour, amour, poésie, situations absurdes et burlesques en allant crescendo dans l'exploit physique, sans donner une once d'impression d'effort. Il y a des semaines, des mois, des années de travail derrière cette impression de légèreté et de souplesse. Impossible de deviner ce qui va se passer, après chaque numéro. Parfois le clown surgit puis la grâce, enfin la force et la finesse, l'absurde et le burlesque. La Nuit du cerf est un spectacle singulier, donc rare, à part... L'humanité toute entière y transparait, l'air de rien, partagé entre lourdeur, bêtise, maladresse, bassesse, grandeur (apesanteur) et perfection miraculeuse. Recréer un univers, c'est le but de tout artiste digne de ce nom. Celui du cirque Leroux est incomparable. Vous sortirez de là en ayant l'impression d'avoir rêvé. En direct-live... Les yeux ouverts. On se sent vivant. Capables d'équilibrisme et de voltige. Excessif, décalé, et surtout spectaculaire, le Cirque Leroux combine la magie du cirque moderne aux autres arts narratifs que sont le cinéma, la peinture (on croit voir des tableaux parfois) et la littérature. N'en jetez plus (des fleurs) : que dire de plus ? Courez voir ce spectacle interactif, et surtout pas virtuel, vous vivrez plus légers l'espace d'une représentation. Ce qui est déjà beaucoup.

Cirque Leroux : la Nuit du cerf
Equipe artistique
Auteurs / Interprètes : Lolita Costet, Valérie Benoît, Grégory Arsenal, Philip Rosenberg, Yannick Thomas, Mason Ames
Mise en scène: Charlotte Saliou
Musique originale: Alexandra Stréliski
Chorégraphie: Cirque Le Roux avec Colin Cunliffe
Costumes: Cirque Le Roux avec Clarisse Baudinière
Scénographie: Cirque Le Roux avec MOA et Benoit Probst & Art&Oh
Création Lumière: Cirque Le Roux avec Pierre Berneron
Création Son: Cirque Le Roux avec Jean-Marie Canoville

Dates et lieux des représentations: 
- Jusqu'au 2 février 2020 au Théâtre Libre (anciennement Le Comédia) ( 4, boulevard de Strasbourg – 75010 Paris) www.le-theatrelibre.fr / Tel : 01 42 38 97 14
- 07 et 08 MARS 2020 - CALUIRE-ET-CUIRE (69) – LE RADIANT-BELLEVUE
- 10 et 11 MARS 2020 - SAINT-GENIS-POUILLY (01) – THÉÂTRE DU BORDEAU
- 14 MARS 2020- CAUDRY (59) – THÉÂTRE
- 17 et 18 MARS 2020 - ANTIBES (06) – ANTHÉA ANTIPOLIS THÉÂTRE D’ANTIBES
- 24 MARS 2020 - ARGENTAN (61) – LE QUAI DES ARTS, FESTIVAL SPRING
- 27 et 28 MARS 2020 - LOUVAIN-LA-NEUVE (BE) – ATELIER THÉÂTRE JEAN VILAR
- 31 MAR et les 3 et 4 avril 2020- BLAGNAC (31) – ODYSSUD
- 10 AVRIL 2020 - OYONNAX (01) – CENTRE CULTUREL ARAGON
- 16 et 17 avril 2020 2020 - VESOUL (70) – THÉÂTRE EDWIDGE FEUILLÈRE
- 21 et 22 AVRIL 2020 - ALBI (81) – SCÈNE NATIONALE D’ALBI
- 05 MAI 2020 - OSTWALD (67) – LE POINT D’EAU
- 16 MAI 2020 - SOUSTONS (40) – ESPACE CULTUREL ROGER HANIN
- 19 MAI 2020 - MELUN (77) – L’ESCALE
- 30 MAI 2020- FLEURY LES AUBRAIS (45) – CENTRE CULTUREL LA PASSERELLE

 

Le site de la compagnie