Olga Esther : les princesses rebelles d'une peintre féministe espagnole d'immense talent

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Illustration Mis à jour : vendredi 12 avril 2019 12:03 Affichages : 1355

olga estherPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.com/ 2 janvier 1975…naît Olga Esther sur le berceau de laquelle une fée espiègle se penche et promet un talent incontestable pour la peinture.
Après une enfance à la campagne où elle a pu observer à loisir la beauté de la nature et s’imprégner de l’état d’esprit activiste et engagé de ses parents, Olga part étudier les beaux-arts à l'Université polytechnique de Valence mais cet art conceptuel et l'abstraction dominante qu’on y enseigne ne la séduisent pas. A cette époque, par contre, elle découvre le travail de l'anthropologue féministe Marcela Lagarde en assistant à plusieurs de ses ateliers. Une révélation à titre tout autant personnel qu’intellectuel et créatif. Deux bourses l'amènent ensuite en République tchèque et au Mexique. À Prague, le mouvement antimondialisation, au Mexique, la caravane autochtone zapatiste, lui laisseront un souvenir marquant.

Nous avons découvert le travail d’Olga Esther via Instagram. La virtuosité de son trait, d’un réalisme époustouflant, la qualité extraordinaire de son traitement de la couleur, l’élégance mêlée à la gravité de ses sujets enfantins, la touche féministe percutante de son travail nous ont immédiatement séduits. Chacune des créations d’Olga Esther interpelle autant qu’elle fascine le regard. D’ailleurs son travail séduit de plus en plus à l’international et elle est invitée dans des expositions collectives au côté des plus grands du mouvement lowbrow. Nous sommes donc très heureux qu’elle ait répondu à nos questions et vous invitons à découvrir le travail de cet artiste espagnole d’immense talent !

pirateOn peut lire dans votre biographie que vos parents étaient des militants du mouvement antifasciste, des défenseurs des libertés et de la justice sociale ... Dans quelle mesure cela a-t-il influencé votre art ?

J'admire profondément mes parents; j'admire leurs valeurs, leur combat pour la justice, leur engagement, leur générosité ... Alors bien sûr, mes parents m'ont influencé et bien sûr, s'ils l'ont fait en moi, cela a aussi eu un impact dans ma peinture. Mon art c'est moi, ce n'est pas une chose étrangère ou séparée, cela fait partie de moi et reflète tout ce que je suis.
Quand je peins, je ne garde rien à l'intérieur, je ne me cache pas, je me donne avec toute la vérité que j'ai. Mes peintures parlent de moi, de ma personnalité, de ce qui me touche, de ce que j'aime et de ce que je n'aime pas. Nous sommes entourés d'injustices, d'enfants qui meurent de faim, de personnes noyées dans les mers, fuyant la misère, l'inégalité, le féminicide, la destruction de la nature... Je ne peux rester impassible à ce sujet ni regarder de l'autre côté et rester tranquille. La peinture me permet de dénoncer tout cela, peut-être que cela n’aide en rien mais c’est ma façon de contribuer un peu.

We are surrounded by injustices, children who die of hunger, people who die drowned in the seas fleeing from misery, inequality, feminicide, destruction of nature ... I can not remain impassive about this or look the other way or stay quiet. The painting allows me to denounce all this, maybe it does not help at all but it is my way of contributing a little bit.

broken heartDeux influences importantes de votre enfance: le cadre bucolique dans lequel vous avez grandi ... et la lecture. Rêviez-vous éveillée? Et dessiniez-vous quand vous étiez petite?

Oui, j'ai toujours dessiné depuis mon enfance. La peinture et la lecture ont toujours été des mondes extraordinaires et inconnus où je pouvais me plonger. Je pense que les deux m'ont permis exactement ce que vous décrivez : rêver.
Quant à la vie à la campagne, je pense que cela m'a influencée de deux manières différentes. D'une part, cela m'a permis d'être en contact avec la nature et de vivre avec de nombreux animaux, ce qui est merveilleux pour une petite fille. Vivre avec des animaux vous apprend beaucoup de choses car il est très important d’apprendre que les êtres humains ne sont au centre de rien, ils ne sont qu’une petite partie d’un monde incroyable que nous mettons en danger en raison de l’arrogance et de l’orgueil de notre espèce.

La deuxième chose que j'ai apprise en tant qu'enfant vivant à la campagne, dans une maison loin de tout et enfant unique, c'est que je n'aimais pas la solitude. Je suppose que c'est ce sentiment de solitude qui m'a poussée à me plonger dans mes livres et mes dessins.

Science fiction et fantastique sont vos genres littéraires préférés? des œuvres à citer qui vous ont marquée?

Oui, j'ai lu toutes sortes de genres littéraires et j'ai aimé des livres de toutes sortes…; cependant, ce n'est qu'avec la fantasy et la science-fiction que je me sens vraiment chez moi ; le sentiment de retourner en terre familière. Cela m’arrive depuis que je lis et, bien que j’ai pensé que cela changerait avec le temps, cela n'a pas évolué.

I have enjoyed books of all kinds and, however, only with fantasy and science fiction I feel really at home, it is a feeling like returning to the place where I belong. It happens to me since I started reading and although I thought it would change over time, that has not happened.

corazonLa vérité, c’est que si je commence à penser à certains livres en particulier, ceux qui me viennent à l’esprit, je les ai découverts au cours de mon adolescence. Je suppose que c'est un moment où nous sommes absolument ouverts et impressionnables. La plupart d'entre eux, je les ai lus plusieurs fois. Quelques exemples: Le jeu d'Ender d'Orson Scott Card, Stranger in étrange de Robert A. Heinlein, Dune de Frank Herbert, Le nom du monde est forêt ou La main gauche des ténèbres d'Ursula K. Le Guin. Hors du genre, une série de livres qui m'a profondément influencé était Las Enseñanzas de Don Juan de Carlos Castañeda. Aussi Así me nació la conciencia de Rigoberta Menchu. Il y en a beaucoup plus, mais si je continue, cela ne finira jamais.

Avez-vous déjà créé des œuvres picturales à partir de lectures? Et si non, cela pourrait-il être un projet?

Eh bien, la vérité est que ce n’est pas le cas, mais ce serait sûrement intéressant, je vais y réfléchir.

Vivez-vous à Valence? L’Espagne et votre ville en particulier encouragent-elles la création picturale contemporaine? Quelle est la politique artistique actuelle? Recevez-vous de l'aide? Y a-t-il des lieux de résidence et d'accueil à créer?

Oui, je vis à Valence, mais pas en ville. Je vis dans une petite maison en montagne. Vous me demandez s'il y a une aide pour les personnes qui se consacrent à l'art? La réponse est simple: non.
En Espagne, la crise internationale gérée depuis des années par une politique au service des puissants et des corrompus a abouti à un pays où les inégalités se creusent: contrats au rabais, salaires honteux, drame des personnes expulsées de leur domicile par les banques, familles qui ne peuvent pas se payer l’électricité pour se réchauffer en hiver, un taux de chômage très élevé et de plus en plus d’enfants vivant sous le seuil de pauvreté. C'est la réalité que nous vivons en Espagne. Vous pouvez imaginer la situation des artistes avec ce panorama.

mulanJe dois dire qu'une initiative très intéressante a récemment vu le jour face à la précarité du travail culturel appelée « Statut de l'artiste » initié par le groupe politique United We Can. Ce statut cherche à analyser la spécificité du travail culturel et cherche des réformes dans les domaines de la fiscalité, de la protection du travail et de la retraite. Nous verrons si cela ira de l'avant.

You ask me if there is any help for people who are dedicated to art? The answer is simple: no. In Spain, the international crisis managed by years by a policy at the service of the powerful and corrupt has resulted in a country where inequalities are growing: garbage contracts, shameful salaries, the drama of people evicted from their homes by banks, families that can not afford electricity in order to warm up in winter, a very high unemployment rate and every day more children living on the threshold of poverty. That is the reality we live in Spain. You can imagine the situation of the artists with this panorama.

Et si vous deviez citer le travail d'artistes contemporains dont vous appréciez le travail, qui serait-ce ... et pourquoi?

Il y a tellement d'artistes que j'admire. Et je le fais aussi avec une passion incroyable. C’est très difficile pour moi de répondre à une telle question; les artistes que j’admire sont nombreux et je les admire tous pour des raisons très différentes bien que la plupart d’entre elles soient difficiles à expliquer car elles doivent être liées plus à la partie émotionnelle et aux sentiments.
Si je devais en nommer un, ce serait Dino Valls, pourquoi? Parce que c'est merveilleux, génial, incroyable. J'aime tout chez lui, tout. C’est un maître. Je pourrais passer des heures à regarder ses peintures : la technique, les détails, la délicatesse ...
Pour en nommer quelques autres: Dilka Bear, Jennybird Alcantara, Stephen Mackey, Jeffrey Chong Wang, Robi Dwi Antono, Nikolay Tolmachev, Yoshimasa Tsuchiya, Mark Ryden, Peca, Marion Peck, etc., comme je vous l'ai déjà dit, ils sont innombrables…..

If I had to name one would be Dino Valls, why? Because it's wonderful, great, incredible. I love everything about him, everything. Is a master. I could spend hours looking at his paintings, the technique, the details, the delicacy ...

the uglyAvec quels outils et quels matériaux travaillez-vous Olga?

En ce moment, je peins à l'huile et toujours sur du bois. Avant, je peignais sur toile mais depuis que j'ai essayé de peindre sur une table, je n’ai pas pu la quitter. J'adore l'aquarelle, cela me semble une technique précieuse et j'aimerais aussi faire de la sculpture, mais j'ai peu de temps pour m’y consacrer vraiment.

Le dernier thème sur lequel vous avez plongé …c’est les princesses? Quelle a été la genèse de ce projet?

Oui, dernièrement, je suis concentrée sur mes princesses qui ne veulent pas être des princesses. Mes princesses remettent en question les critères que nous imposons aux femmes en matière de genre, à travers les symboles et l'esthétique des récits de princesse qu’on leur a raconté dans leur enfance.
Je peins des princesses qui ne veulent pas être des princesses. J'ai utilisé le récit et la symbologie des contes de fées et des princesses pour faire une critique de la société patriarcale. Mes peintures parlent de féminisme. Je critique les spécificités de genre qui oppriment les femmes.
La construction de notre identité repose sur la réalisation de certains critères, de rôles à tenir où interviennent la question de la beauté, la soumission, la maternité ou de prendre soin des autres.
Selon les mots de l'anthropologue mexicaine Marcela Lagarde, l'identité de la femme est "d'être pour les autres", c'est d'être un corps pour les autres: corps érotique pour le plaisir des autres, corps esthétique pour le plaisir des autres; corps nutritif pour la vie des autres, corps procréateur pour la vie des autres.
La beauté en tant que captivité, la critique de l'amour romantique ou l'attente du prince charmant sont des thèmes récurrents dans mes peintures.

Yes, lately I'm focused on my princesses who do not want to be princesses. My princesses question the gender mandates that we impose on women and they do so through the symbols and aesthetics of the princess stories they told us as children. I paint princesses who do not want to be princesses. I used the narrative and the symbology of fairy tales and princesses to make a critique of patriarchal society. My paintings talk about feminism. I criticize the gender mandates that oppress women. The construction of our identity is based on fulfilling certain mandates, roles such as beauty, submission, motherhood or caring for others. In the words of the Mexican anthropologist Marcela Lagarde, the basis of the identity of women is "to be for others" is to be a body for others: erotic body for the pleasure of others, aesthetic body for the enjoyment of others; nutritious body for the life of others, procreative body for the life of others. Beauty as captivity, criticism of romantic love or the expectation of Prince Charming are recurrent themes in my paintings.

negritaVos princesses voyagent dans le temps et dans l'espace ... chaque princesse est le fruit d'une histoire que vous vous racontez? Pourriez-vous nous raconter l'histoire d'une personne en particulier?

Oui, elles le sont toujours. Chaque princesse que je peins a sa propre histoire, parfois je ne la cherche pas, je ne la planifie pas, ça vient juste.
Laissez-moi penser, par exemple, à mon hommage à la peinture de Juana I de Castille (Juana I de Castille), également appelée Juana La Loca (Joanna, la folle).
Née le 6 novembre 1479, Joanna de Castille a été l’une des femmes les plus injustement traitées de l’histoire écrite principalement par des hommes et généralement d’hommes. Enfant, elle est promise à Philippe de Flandre avec lequel elle s'est mariée à l'âge de 20 ans. Apparemment, elle était follement amoureuse de "Philippe Le Beau » , comme il était surnommé. Les nombreuses infidélités de son mari, et probablement des dépressions post-accouchements (elle a donné naissance à six bébés en neuf ans), ont été à l'origine des rumeurs de sa folie.
Après la mort de ses frères et sœurs et de sa mère, elle devint l'héritière du trône de Castille, son père Ferdinand régnant sur l’Aragon. Ce dernier pourrait devenir roi seulement si Juana était diagnostiquée comme incapable de l’être.

la princesaÀ son retour en Espagne, Juana se retrouve (sans le savoir) coincée entre la volonté de son père d’être roi et les souhaits de son mari de ne pas être que King Consort et de gouverner l’Espagne. Tous deux ont donc conclu un traité, reconnaissant que Juana était mentalement instable, et promettant de l'exclure du gouvernement.
Mais Philip ne put pas profiter des avantages de ce traité car il mourut en 1506, laissant Juana dévastée. Son père, Ferdinand, a utilisé sa douleur pour l'enfermer dans une pièce du château de Tordesillas en 1509 pendant près de 50 ans.
Le jour où elle abdiqua, son fils Charles, qui s’était lié à son grand-père pour accuser Juana de démence, lui rendit la liberté. Elle se retira dans un monastère et mourut trois ans plus tard.
J'ai choisi, en l'honneur de la Castille, le pays où elle est née et morte, la terre et les couleurs ocres de ses champs. Accusée de folle et d’instable, Juana est représentée avec une camisole de force et des oiseaux sur la tête, symbole de sa folie.
La flèche dans son cœur qui saigne fait référence à l'amour fort et douloureux qu’elle a souffert pour son mari, Philip le Beau . Ses infidélités et sa mort prématurée ont brisé le cœur de la reine. Et enfin, les corbeaux symbolisent son père, Fernando II d'Aragon (Ferdinand II d'Aragon) et son fils, Charles Ier d'Espagne (Charles Ier d'Espagne), qui lui ont arraché le pouvoir et l'ont maintenue sous clé jusqu'à la mort du premier.

Voir ici le portrait évoqué 

Beaucoup de vos oeuvres, en effet, présentent une brèche dans laquelle perce un cœur qui bat ... un coeur serré ... un oeil de pirate ... des mains liées ... ils sont à la fois beaux, forts, fragiles et secrets ces enfants ...

Eh bien, oui, chacun de ces symboles est là pour raconter une histoire. J'aime les métaphores, je joue avec les significations. Parfois, le même travail présente des messages différents, certains plus évidents, d'autres moins. J'utilise des pansements oculaires, non seulement parce qu'ils nous rappellent les pirates et qu'ils parlent de rébellion et de liberté, mais aussi parce qu'un pansement oculaire nous parle de la beauté non normative, comme des crochets ou des prothèses. Je revendique la diversité et l'inclusion.

AstronomaVotre travail mêle une esthétique à la fois classique et pop-surréaliste ... un mélange d'influences qui vous convient?

Eh bien, je ne sais pas. J'admire la peinture classique, j'aime la peinture néerlandaise et j'aime aussi le lowbrow. Je suppose que cela se reflète dans mon travail, mais je n'ai pas consciemment cherché une certaine esthétique.

Travaillez-vous à partir de modèles?

Oui, je le fais toujours. Toutes mes princesses sont de vraies filles, de même que les costumes qu'elles portent et les environnements dans lesquels je les peins. Pareil pour les animaux. Je prends des photos pour faire les croquis. Je passe beaucoup de temps dans cette partie du processus. Le croquis me prend presque aussi longtemps que le tableau lui-même. J'enquête, je cherche, je change ... petit à petit, ces vraies filles deviennent mes princesses rebelles.

All my princesses are real girls, as the costumes they wear and the environments in which I paint them. Also the animals. I take photographs to make the sketches. I spend a lot of time in this part of the process. The sketch takes me almost as long as the painting itself.

Qu'est-ce qui fait un bon portrait pour Olga Esther? Pourriez-vous nommer un ou deux portraits célèbres qui vous semblent parfaits ... et expliquer pourquoi?

Je ne saurais vous dire ce qui fait qu'un portrait est bon pour moi. Comme je l'ai déjà dit, les émotions me touchent plus que tout. Il y a des portraits qui me prennent, qui remuent mes entrailles, qui m'excitent ... mais je n'ai pas de discours théorique ni de listes de critères pour l’expliquer.
Je ne sais pas si vous connaissez Golucho, mais il a des portraits incroyables et bouleversants. Ou les autoportraits de Frida Kahlo, qui déchirent votre âme.

DiosaEnfin ... pouvez-vous nous parler de vos prochaines expositions? Vous étiez à New York cet été, c'est ça? Et après?

Eh bien, la vérité est que je suis totalement heureuse et reconnaissante et en même temps accablée de travail. Mon calendrier est plein pour les trois prochaines années et c’est quelque chose que je trouve merveilleux mais qui m’effraie aussi un peu car je suis une personne qui ne sait pas ce qui va se passer la semaine prochaine.
En ce moment, je prépare ma première exposition en solo aux Etats-Unis qui aura lieu fin juin à la Haven Gallery. Je vais participer à deux expositions collectives qui me rendent très enthousiastes. Une à la Dorothy Circus Gallery avec de grands artistes, y compris mon cher et admiré Mark Ryden. Un rêve devenu réalité. L'autre exposition se trouve au Urban Nation Museum de Berlin, organisée par The Beautiful Bizarre Magazine, une exposition sur un sujet très intéressant: Gaia Reborn. L'année prochaine, j'exposerai en Australie et à Miami, et la prochaine à Taiwan et aux États-Unis….ainsi que de nombreux autres très beaux projets.

Right now I am preparing my first solo exhibition in the USA that will take place at the end of June at the Haven Gallery. I am going to participate in two collective exhibitions that make me very excited. One at the Dorothy Circus Gallery with great artists including my beloved and admired Mark Ryden. A dream come true. And the other exhibition is at the Urban Nation Museum in Berlin, curated by The Beautiful Bizarre Magazine, an exhibition on a very interesting subject: Gaia Reborn.

Le site d'Olga Esther 

Olga Esther : Instagram 

The sacred heart