Guznag : " j'étais celui qui dessinait bien les tortues."

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Illustration Mis à jour : dimanche 8 avril 2018 21:16 Affichages : 2379

GuznagPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Julien Schmidt alias Guznag est un jeune illustrateur jurassien dont nous avons été fortement séduits par les portraits d'animaux anthropomorphes aux personnalités aussi amusantes que singulières et les mises en scène du quotidien urbain ou encore de matchs de boxe...que vous pouvez découvrir ici sur son compte Instagram. Comment résister à l'envie d'interroger cet animal gribouilleur talentueux sur l'origine de sa vocation, ses matières et outils de prédilection, son intérêt pour nos amies les bêtes et ses projets d'artiste? 

 

Vous souvenez-vous de ce qui a déclenché votre vocation pour le dessin?

Comme tous les illustrateurs ou dessinateurs, j'ai commencé à dessiner dès que j'ai su tenir mes feutres dans le bon sens. J'ai d'abord dessiné énormément d'animaux, surtout les batraciens et les oiseaux qui me fascinent toujours. Et ensuite, j'ai recopié les Tortues Ninja et les personnages de Dragon Ball. D'abord pour les offrir à mes copains et aux personnes de ma famille, certainement parce qu'on me disait que c'était bien. Clairement en tant que gosse, ce que je souhaitais c'était faire plaisir aux gens que j'aimais en leur offrant mes dessins de merde et c'est ainsi devenu ma façon d'exister. Dans ma classe, il y avait le doué en football, le fort aux échecs, le fort en maths et moi, pour le plus grand plaisir de mes parents, j'étais celui qui dessinait bien les tortues. Un avenir radieux s'offrait donc à moi !

Dans ma classe, il y avait le doué en football, le fort aux échecs, le fort en maths et moi, pour le plus grand plaisir de mes parents, j'étais celui qui dessinait bien les tortues. Un avenir radieux s'offrait donc à moi !

travier On a pu croiser au gré de nos pérégrinations internautiques quelques-uns de vos 100 portraits…D’où était né ce projet ? De quand date-t-il?

J'ai réalisé ces petits portraits au printemps 2015, par plaisir, simplement pour m'amuser, car je venais de faire beaucoup de travaux de commandes, pas tous très amusants, mais il faut bien payer ses factures, et ensuite pour une petite exposition. Je les ai tous faits en deux mois. Je bosse souvent comme ça, de manière un peu frénétique quand j'ai un truc en tête. Si je cogite trop longtemps, je passe à autre chose parce que je me rends compte que c'est finalement pas génial... Mais là, j'y suis allé sans réfléchir et je me suis vraiment amusé. J'en ferai certainement d'autres quand j'aurai le temps et pourquoi pas, les rassembler un jour dans une publication style sketchbook, j'aimerais bien.


On a découvert votre travail au travers d’une galerie de portraits sur Instagram où ce sont les animaux, là, qui ont la vedette…des animaux à l’anthropomorphisme attrayant…Un pavé dans la mare, évidemment mais avez-vous des modèles, des mentors en matière de dessins d’animaux anthropomorphes qui vous inspirent?
Depuis très jeune, mes dessins sont très influencés par la nature et surtout les petis animaux (batraciens, reptiles, oiseaux..) Evidemment aussi les univers de Disney, Pixar, et les mangas animés des années 80-90, les livres "Contes du Joli Bois" d'Antonio Lupatelli, connu sous le pseudonyme de Tony Wolf,  le Vent dans les Saules, Beattrix Potter... et à présent, très fortement par le travail de Juanjo Guarnido. C'est une période comme ça. J'ai plus de plaisir à dessiner des personnages avec des gueules d'animaux. Un jour, je ferai certainement autre chose.

tritonQu’est-ce qui vous a donné envie de vous concentrer sur le bestiaire animalier en particulier?
J'y ai un peu répondu au-dessus. Mais c'est vraiment ça, je suis fasciné par les animaux, surtout par leur aspect et leurs couleurs, pas dans un esprit scientifique ou de biologiste. Je trouve ça beau, tout simplement.
 
On croise une mante-religieuse élégante, un triton amoureux, un caméléon trop gourmand, un ara chanteur de karaoké, une chauve-souris renversante, une vieille guenon apprêtée…comment naissent ces dessins? Imaginez-vous d’abord une personnalité et ensuite trouvez-vous l’animal qui lui correspondra le mieux..ou le contraire?
J'y vais vraiment selon l'inspiration du moment. Un jour j'ai envie de dessiner telle ou telle bestiole parce que son aspect me donne envie de la dessiner et ensuite je cherche une idée pour la mettre en situation. C'est parfois l'inverse où j'ai une idée précise et je cherche l'animal qui s'y associerait le mieux. Les idées arrivent parfois malgré moi, en gribouillant des personnages sans but précis, en regardant un reportage ou un film et souvent, juste avant de m'endormir. Mais dans ces cas-là, les idées me semblent souvent mieux le soir-même que le lendemain matin...

On adore cette grenouille en train d’écouter de la musique sur un banc entouré de poissons volants…ou encore le cerf baby-sitter dépassé…Et vous, quand êtes-vous pleinement satisfait d’un dessin?

Jamais ! C'est toujours une affaire de "lâcher-prise". Il faut savoir se dire stop, passons au suivant et on tentera de faire mieux. Ce n'est pas de la fausse modestie mais je pense qu'on n'est très rarement ou alors pendant un très court laps de temps, content de ce qu'on a fait. Ils sont merveilleux ces petits moments de grâce, durant lesquels on se dit qu'on a vraiment fait un truc bien. Mais après quelques temps, on ne voit que ce qui est bancal et qu'il aurait fallu faire autrement. Le plus important est qu'il ne faut pas que tout le monde s'en rende également compte (sourire).

guenon

Ils sont merveilleux ces petits moments de grâce, durant lesquels on se dit qu'on a vraiment fait un truc bien.


On découvre plusieurs travaux autour du métro, de la boxe, de « scènes de ville »…pour une exposition future à la Galerie Maghen, c’est bien ça? Ou sont-ce des commandes régulières pour la galerie?

En 2016, un pote s'est rendu chez Maghen et a montré mes dessins à Olivier (Souillé), qui m'a ensuite contacté. Un vrai coup de chance pour moi.
 Olivier a vu un dessin que j'avais fait en 2015, d'un crabe qui boit un verre, accoudé à un bar. Il souhaitait donc savoir si je pouvais réaliser ce genre d'illustrations, avec des scènes de rue, de bar, de lieux connus ou imaginaires, dans lesquels je mettrais en scènes ces personnages anthropomorphiques. Parfois, il me suggère un thème large que je peux traiter très librement. Il voulait par exemple que je fasse un dessin en rapport avec la boxe et j'en ai donc fait 4 avec plusieurs aspects. Il me laisse vraiment une immense liberté.


Quand on regarde votre travail, il semble que vous aimiez particulièrement jouer avec des angles et des points de vue originaux…on se trompe? Est-ce une constante dans votre travail? Est-ce lié à une série spécifique de dessins?
mante religieseOui,  j'ai tenté de présenter ces scènes de boxe avec des points de vues assez particuliers. Olivier a apprécié je crois mais il m'a suggéré d'y aller un peu moins fort sur cet aspect et de traiter mes sujets avec des angles un peu plus classiques. C'est parfois moins fatiguant à regarder à la longue. J'avais certainement envie d'en mettre plein la vue avec mes premières illus pour lui. Mais c'est parfois plus efficace lorsque c'est plus simple. Il est de très bon conseil.

A propos...avec quels outils et matières travaillez-vous?
Je bosse avec des outils très classiques. Crayonné, traçage de mes traits à l'encre de Chine avec un pinceau ou une plume, et mise en couleurs aux encres acryliques que je dilue dans l'eau et qui s'appliquent donc comme de l'aquarelle. L'avantage de ces encres réside dans le fait que les couches successives sont indélébiles et qu'on peut couvrir de grandes surfaces rapidement. Je fixe mes feuilles d'aquarelle sur une planche et je réalise toutes les étapes sur la même feuille.


Si l’on prend un dessin en particulier, mettons « Beerstorming », pourriez-vous nous expliquer en quelques mots comment vous avez composé cette image, par quelle(s) étape(s) vous êtes passé?
Il s'agit de la première illustration que j'ai faite pour Olivier. J'ai d'abord eu l'idée du poulpe serveur. J'ai commencé par mettre en place le décor, le sol, les murs, le bar et les chaises. Ensuite, je place mes personnages "mannequins neutres" que j'habille ensuite et auxquels je donne des attitudes. Cette partie est ma préférée car j'improvise beaucoup et c'est la partie la plus créative du processus. Comme je travaille sur une seule feuille, j'encre mes traits par plan par plan afin de m'éviter une surcharge de traits au crayon dans lesquels je ne m'y retrouverais plus trop. Une fois les traits encrés, j'applique une première teinte sur toute la feuille. Afin de donner une ambiance générale au dessin et obtenir une sorte d'unité entre les couleurs que je placerai sur les différents éléments et personnages.

AraigneeEnfin, avez-vous déjà édité vos dessins? Quelles sont vos actualités pour les mois à venir?

J'ai rassemblé les illustrations d'une exposition de 2012, intitulée "Ma Zone",  dans lesquelles j'avais représenté des coins de ma ville (Porrentruy, en Suisse) et intégré des personnages hybrides et mutants. C'est un  genre de sketchbook qui est sorti en 2015 à 1000 ex. Donc un tout petit tirage. Et j'ai illustré un recueil d'anecdotes satiriques, sorti également en 2015. Depuis début 2017, je réalise des illustrations pour la galerie Maghen et c'est Olivier qui me dira quand il y en aura suffisamment pour une exposition. Et l'idée est également de les rassembler dans un artbook. Probablement aux éditions Caurette avec qui il collabore beaucoup. Mais rien n'est encore fixé à ce niveau-là donc peut-être qu'on en reparlera lorsque ça sera plus clair. Voilà, c'est à moi de fournir assez de matos pour que tout ça se concrétise.

 

 

 

Beerstorming en quelques étapes de travail: Etape 1

>Etape 2

Etape 3

Etape 4

Etape 5

Etape 6

Guznag