Seule à mon mariage : un portrait de femme libre, subtil hommage à la culture rom, porté par une belle générosité

Écrit par Sylvie Gagnère Catégorie : Cinéma Mis à jour : dimanche 31 mars 2019 19:41 Affichages : 1959

mariagePar Sylvie Gagnère - Lagrandeparade.com/ Pamela, jeune Rom insolente, spontanée et drôle, veut quitter la vie rude de son village enneigé de Roumanie. Elle s’inscrit dans une agence matrimoniale et armée de sa détermination et de sa volonté d’offrir un avenir à sa petite fille, elle s’embarque vers l’inconnu, rompant avec les traditions qui l’étouffent. Elle atterrit en Belgique, chez Bruno, célibataire un peu timide et mal dans sa peau, rencontré grâce à l’agence. Elle va devoir s’adapter au plus vite à un mode de vie inconnu, aux règles si différentes de sa culture d’origine.

Porté par une énergie bouleversante, le film bouscule les idées reçues, en suivant cette héroïne qui veut changer de cadre, mais va surtout l’ébranler, en déborder, avec toute sa fougue et son appétit de vivre.

Marta Bergman, que l’on connaît pour ses documentaires, signe ici son premier long-métrage, fait de paysages sauvages, de ville grise, d’élans de rire ou de musique et d’une sourde mélancolie, lorsque se heurtent des mondes qui s’ignorent et se redoutent.

Alina Serban, actrice incandescente, compose une Pamela complexe, déchirée entre ses aspirations personnelles, les traditions de son peuple, son amour pour sa petite fille et un désir fou de liberté. Face à elle, Tom Vermeir est un Bruno timide, attachant, qui ne parvient pas tout à fait à comprendre cette femme qui l’attire et lui fait peur en même temps.

La réalisatrice évite l’écueil d’un exotisme facile, ou celui de la seule confrontation de classes sociales, en proposant un itinéraire d’apprentissage, où chacun cherche, dans la souffrance parfois, mais dans la joie aussi, sa propre voix/voie.

Le récit baigne dans un classicisme magnifié par une superbe photographie, mais sa générosité, l’élan de vie qui le soutient, touche le spectateur et l’emporte au-delà des chemins programmés, pour chanter la conquête de la liberté. Chaque personnage possède en lui des fêlures, sublimées par le regard plein de tendresse porté sur lui, de la grand-mère rude, mais qui offre son amour sans réserve, à Marian, l’amoureux transi acceptant le cadeau que représente Bébé, la petite fille de Pamela.

Hommage à la culture rom, portrait d’une femme indépendante, audacieuse, portée par une insatiable soif d’apprendre et de dépasser l’horizon fixé pour elle, Seule à mon mariage est un film attachant, qui bouscule les idées reçues avec une empathie et une délicatesse remarquables.

Seule à mon mariage 
Date de sortie : 17 avril 2019
Durée : 2h01
Réalisatrice : Marta Bergman
Avec : Alina Serban, Tom Vermeir, Rebeca Anghel, Marian Samu, Viorica Tudor