BLACKKKLANSMAN : une comédie policière afro-jubilatoire !

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Cinéma Mis à jour : lundi 20 août 2018 23:03 Affichages : 526

klu klu klanPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Début des années 70. Ron Stallworth devient le premier officier Noir américain du Colorado Springs Police Department. Nous sommes alors au plus fort de la lutte pour les droits civiques, des émeutes raciales éclatent dans les grandes villes des États-Unis et l’arrivée de Ron n’est pas accueillie avec bienveillance et satisfaction par tous les agents du commissariat.

Stallworth, doté d’une grande détermination, espère faire bouger les lignes. Il vise un objectif aussi périlleux qu’a priori impossible pour un homme noir : infiltrer le Ku Klux Klan pour en dénoncer les exactions. Il se fait donc passer pour un extrémiste et contacte par téléphone « l’Organisation ». Très vite, il séduit Walter Breachway et on lui imagine déjà des fonctions de "chef de file". Il entretient même des conversations privilégiées avec le Grand Sorcier du Klan, David Duke, qui est sensible à l’investissement de Ron en faveur d’une Amérique blanche. C’est Flip Zimmerman, un collègue de Stallworth, qui endosse l’identité de Ron lors des rendez-vous avec les membres du groupuscule. Tandis que l’enquête progresse, il découvre que se fomente une opération meurtrière au sein du groupe qui se déclare pourtant comme «  non violent » - une stratégie politique redoutable développée par David Duke qui a des ambitions gouvernementales : aseptiser le discours violent pour séduire le plus grand nombre d’américains…
BlackSpike Lee signe ici un film aussi brillant et drôle que redoutable et émouvant - les dernières images du film, qui quittent la fiction pour laisser place à des séquences réelles filmées en 2017 lors de manifestations qui ont dégénéré en Amérique, prouve - s’il faut encore le prouver - que le combat pour l’égalité et la tolérance reste terriblement d’actualité et que nous devons rester vigilants aux discours politiques qui ont appris à manipuler la bien pensance et à lisser leurs arguments et exemples pour arriver à leurs fins. Dé-Trump-ez-vous ! tonne le long-métrage par le truchement d’une histoire basée sur des faits réels ; la bonhomie des visages et des discours n’est gage de rien du tout! BLACKKKLANSMAN se veut une histoire qui rassemble et conforte dans l’idée que l’intelligence, l’ouverture à l’autre et l’humour sont des armes de choc contre la bêtise et la méchanceté humaine qui continuent de sévir. Ainsi on ne compte pas les nombreuses scènes délicieuses de cette « comédie » aux situations désopilantes : dialogues ciselés et distribution de haute qualité accusent l’entière responsabilité des fous-rires que déclenchent certains échanges téléphoniques entre Ron et David Duke, l’apprentissage de Flip pour imiter les inflexions de Ron ou encore une séquence polaroïd improvisée… Les séquences qui réunissent les étudiants engagés dans le combat pour la cause noire, parfois progressant en parallèle avec celles des réunions du Klan, sont terriblement percutantes ; les discours et échanges entre les membres du Klan ( éprouvantes scènes entre Félix et Connie - couple uni dans la haine raciale et qui fait frisonner d'horreur!) sont autant de coups de poignard dans l'espoir en l'humanité... Usant d’effets de montages vintage efficaces qui siéent à cette enquête policière, le film est également à saluer pour la qualité photographique de ses images, jouant avec la lumière - tantôt floutant l’espace comme un rayon de soleil qui perce ou comme autant de stroboscopes troublant les couleurs qui se mêlent et constituent des tableaux impressionnistes - et usant avec génie du portrait et des gros plans.
BLACKKKLANSMAN, c'est un p...... de bon film qui fait du bien! C’est dit! Foncez!

BLACKKKLANSMAN - J'AI INFILTRÉ LE KU KLUX KLAN
Date de sortie : 22 août 2018 
Durée : 2h 16min
De Spike Lee
Avec John David Washington, Adam Driver, Topher Grace, Laura Harrier, Ryan Eggold, Jasper Pääkkönen, Corey Hawkins, Paul Walter Hauser, Ashlie Atkinson, Alec Baldwin, Harry Bellafonte

Découvert en avant-première le 20 août 2018 au Cinéma Diagonal - Montpellier