Orpheline : un thriller aux héroïnes aussi sensuelles qu'émouvantes

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Cinéma Mis à jour : mardi 7 février 2017 22:09 Affichages : 2456

OrphelinePar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ "Orpheline" résulte de l'expérience réussie de mélanger la fiction et le documentaire. Le film s'inspire en effet d'une partie de la biographie de sa co-scénariste, Christelle Berthevas. Il crée de très belles descriptions de femmes au travers d'histoires enchâssées les unes aux autres. C'est un film à trous, très lacunaire qu'il faut remplir soi-même de ce qu'il n'est pas dit et il suppose en cela un spectateur intelligent et sensible. Il dresse, au moyen d'une chronologie bouleversée et d'un récit éclaté, le portrait d’une femme à quatre âges de sa vie. D'abord petite fille vivant à la campagne, vivant aux côtés d'une mère bientôt disparue sans laisser d'adresse et d'un père aussi impulsif que désespéré (Nicolas Duvauchelle), qui se retrouve prise dans une tragique partie de cache-cache. On la croise aussi adolescente, ne cessant de fuguer, de passer d’homme en homme, pour échapper à la réalité terrible du foyer familial. On la découvre en jeune provinciale qui monte à Paris, se pique de mauvaises fréquentations, croise l'ensorcelante Tara...jusqu'au point de non-retour. Le film débute lorsqu'elle est une femme accomplie enfin, professeur des écoles, en couple avec un homme aimant avec lequel elle essaie de concevoir un enfant, se croyant à l’abri de son passé... Quatre actrices différentes incarnent une seule et même héroïne.

Ce film raconte la reconquête d'une femme sur soi-même, subissant des épreuves initiatiques éprouvantes. Passionnante réflexion sur l'identité - Qui sommes-nous toute une vie durant si ce n'est de multiples personnages qui rivalisent les uns avec les autres, tentent de s'intercepter, d'effacer le précédent? - il raconte la Femme de manière bouleversante. Rivalités, séductions, saphisme, maternité, relations amoureuses, autant de sujets abordés au moyen d'une photographie de qualité. Il se dégage de ce film une sensualité troublante. Le duo Adèle Exarchopoulos/ Gemma Arterton ( étourdissante de superficialité, de froideur calculatrice et de luxure) vampirise l'écran tant s'y mêle la dangerosité latente de l'une, la fragilité de l'autre, et le désir maître de tout. L'oeil reste fasciné par les colliers qui roulent sur la peau, les plans qui, toujours, donnent à voir des femmes magnifiques. Solène Rigot campe avec talent l'adolescence paumée, lolita troquant son corps contre un peu de répit, oiseau blessé et sacrifié sur l'autel du désir des hommes de passage. Adèle Haenel brille tout autant dans le rôle de celle qui est rattrapée par son passé, bouleversante de réalisme...des bancs de l'école à la prison, du vidage du compte bancaire commun à l'accouchement prématuré...

Un film poignant qui donne à voir par le truchement d'images superbes une femme aussi multiple que désirable, victime de sa beauté et de ses aspirations dans un monde où rien n'est gratuit. Vibrante d'émotions contradictoires, bouleversante dans son désespoir à ce que ne s'accomplisse enfin le jour de la rédemption...et ployant toujours sous le poids d'une culpabilité aussi organique que psychologique, effrayée de reproduire un schéma familial comme une hérédité inévitable . En contrepoint, Tara, n'est qu'allégorie, posée sur le chemin de l'héroïne comme un ressort narratif, un fil tragique indéfectible : d'abord modèle à suivre, puis objet de désir, promesse d'un avenir meilleur, tentation au délit et enfin vengeance à laquelle on ne peut échapper....

Orpheline
Drame ‧ 1h 51m

Date de sortie : 29 mars 2017 (France)
Réalisateur : Arnaud des Pallières
Directrices de casting : Sarah Teper, Leila Fournier
Scénario : Arnaud des Pallières, Christelle Berthevas
Producteurs : Serge Lalou, Michel Klein
Distributeur : Le Pacte
Avec Adèle Haenel, Adèle Exarchopoulos, Solène Rigot, Gemma Arterton, Jalil Lespert, Nicolas Duvauchelle, Karim Leklou, Sergi Lopez...

Enregistrer

Enregistrer