La cigale, le corbeau et les poulets : une fable cocasse et une belle leçon de résistance

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Cinéma Mis à jour : dimanche 15 janvier 2017 22:54 Affichages : 1871

AffichePar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ "La cigale, le corbeau et les poulets" est un documentaire d'Olivier Azam. Il revient sur la fameuse "Cellule 34" qui menaçait de mort le président alors en place, Nicolas Sarkozy, et qui provoqua, un jour, le débarquement de 150 policiers - dont la brigade antiterroriste - à Saint-Pons de Thomières, un petit village de l'hérault.

Etrange équipage. Que peuvent avoir en commun un architecte, un notaire, un buraliste (ancien légionnaire), un chirurgien-dentiste et un plombier ? Les policiers pourraient les soupçonner d’être les auteurs d’une quinzaine de missives menaçantes adressées à des personnalités, accompagnées d’une munition et signées des «combattants de la cellule 34». En tout, onze personnes aux profils divers ont été interpellées jeudi dans l’Hérault, dans les villages de Saint-Chinian et Saint-Pons-de-Thomières, situés dans la région de Béziers. Et, vendredi soir, ils étaient toujours dix à être auditionnés, selon le parquet. Le buraliste serait le rédacteur d’une feuille militante d’extrême gauche, alors que plusieurs interpellés militeraient contre l’installation d’éoliennes. D’ailleurs, la première lettre menaçante a été adressée, en 2007, à Marcel Roques, maire Nouveau Centre de Lamalou-les-Bains. Sur cette commune se trouve un important parc éolien. Enfin, plusieurs des suspects seraient qui amateur de stand de tir, qui chasseurs. L’histoire est farfelue, mais elle ne mobilise pas moins de trois services de police : la brigade criminelle de Paris, la direction centrale de la police judiciaire et la direction centrale de la police judiciaire de Montpellier.

Gaël Cogné — 5 septembre 2009 - Libération

La première partie revient sur les faits et le déroulement de cette journée d'arrestation en compagnie des concernés : l'occasion de rencontrer - notamment - les truculents Pierre Blondeau ( buraliste, écrivain public et ancien parachutiste), Marcel Caron ( principal du collège à la retraite), Bernard Blaiseau ( ouvrier à la retraite ), Jean Oréglia ( l'impayable Suisse, surnommé par la police "Le Renard Argenté"), Maax ( le barde de la troupe) ou encore Alain Baret ( le boucher-charcutier et ses cartouches de chevrotine). Un moment de rire délicieux. Ceux qui ont lu "Les vieux fourneaux" retrouveront l'esprit de ces pépés à la retraite bien décidés à ne pas se laisser impressionner. "Pas de tabac, pas de discussion" annonce Bernard Blaiseau à ses géôliers. "Si vous entrez, vous perquisitionnez tout! N'ayez pas de remords parce qu'après vous ne reviendrez plus!" clame Alain Baret aux flics qui débarquent au matin chez lui. De cette mise en examen où ils furent relâchés 48 heures après, faute de preuves tangibles, ils nous expliquent qu'ils ne recevront ni explication, ni excuse. Alors, puisqu'ils sont à nouveau en liberté, ces joyeux drilles continuent à faire grincer des dents les pouvoirs politiques locaux, départementaux, régionaux et nationaux...Ils défendent avec conviction tout ce en quoi ils croient.

Dans une deuxième partie, Olivier Azam les filme dans leurs actions du quotidien. Leur positionnement contre le parc d'éoliennes industrielles du Parc Naturel Régional du Haut Languedoc,leur mobilisation au Col de Fontfroide, leur lutte contre les 1200 camions qui traversent Saint-Pons tous les jours pour ne pas payer le péage d'autoroute et provoquent un exode de la population locale et tuent le commerce, le travail auprès des plus défavorisés de Pierre Blondeau dont le bureau de tabac, "La Cigale", est devenu le siège du Secours Populaire, les coups de gueule contre le maire de Saint-Pons d'alors, Kléber Mesquida...En compagnie de ces Don Quichotte héraultais qui se battent sur tous les fronts et défendent " un communisme rural", on vit aussi des fêtes chaleureuses accompagnées des chants engagés du barde et l'on réalise à quoi ressemble une réelle implication citoyenne...Dans cette petite ville où se succèdent la fête du poulet ( en septembre!), du cochon et de la châtaigne, "on cultive des idées pour faire pousser la liberté."

Dans une troisième partie,enfin, on découvre notre bande bien décidée à participer aux élections communales. Et puisqu'il est question ici de politique, ce sera l'occasion de souligner que ce qu'il y a de formidable dans ce long-métrage, c'est de voir la solidarité et l'amitié d'êtres aux sensibilités politiques différentes : ce qui les réunit c'est un art d'être et de vivre.

Comme l'expliquait Olivier Azam à l'avant-première du cinéma Diagonal montpelliérain, l'épisode de la Cellule 34 n'est pas vraiment le sujet de "La cigale, le corbeau et les poulets", qui demanderait un travail d'investigation approfondie. Ce documentaire est surtout l'occasion de brosser le portrait de "personnages" comme on en croise peu, de ceux "qui s'battent à hauteur d'homme" et qui nous rappellent ce que le mot "Résistance" veut dire. A voir!

La cigale, le corbeau et les poulets
Un film de Olivier Azam 
réalisé avec la complicité de Laure Guillot
 - Produit et distribué par Les Mutins de Pangée
SORTIE NATIONALE AU CINEMA : LE 18 JANVIER 2017

Le site du film

On est d'une opiniâtreté exceptionnelle.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer