Eloge de la voiture : Thomas Morales, auto-passion…

Écrit par Serge Bressan Catégorie : Coup d’plume Mis à jour : samedi 6 octobre 2018 07:41 Affichages : 148

moralesPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / La bagnole, la bousine, la caisse, la chiotte, le clou, le tacot, la tire… en voilà des synonymes à l’objet de tant de sujets de grogne, cette voiture qui serait donc la cause de tant et tant de tracas et qui alimente tant et tant de discours alarmistes. La voiture, coupable de tous les maux… En plein Mondial de l’auto parisien, est arrivé un petit livre qui prend plaisir du contre-courant : « Eloge de la voiture ». Le sous-titre, suffisamment explicite : « Défense d’une espèce en voie de disparition ». L’auteur ? Thomas Morales. Il est journaliste français, avoue une passion pour le cinéma des années 1960- 1970 et les Hussards (mouvement littéraire en France dans les années 1950- 1960 avec, entre autres, Roger Nimier, Antoine et Michel Déon), et a écrit quelques essais et créé un personnage de fiction, le détective privé Joss B. il ne cache pas, non plus, son attrait pour la voiture à laquelle il a déjà consacré deux ouvrages : « Mythologies automobiles » (2011) et « Dictionnaire élégant de l’automobile » (2013).

D’emblée, il précise : « L’automobile, une espèce en voie de disparition ? C’est ce qu’on lit dans les gazettes ou qu’on entend un peu partout dans les hémicycles et les assemblées d’experts… Chacun, de notre côté, on résiste à notre façon contre ce rouleau compresseur idéologique, qui veut faire disparaitre la bagnole des routes et mettre aux fantasmes au garage des souvenirs… » Plus loin, il ajoute : « Comment en sommes-nous arrivés là ? A un tel point de dénigrement et d’ignorance. Il suffit d’avouer aimer ce moyen de locomotion pour être catalogué ennemi de l’humanité alors que, jadis, nous étions les porte-drapeaux de la liberté et de l’émancipation ».
Avec Thomas Morales, on est dans le souvenir et l’esthétisme. On est en compagnie de personnes sensibles aux formes, aux courbes, à l’élégance d’une voiture. Non pas avant tout pour ses performances sur route (en ville ou sur circuit) mais pour ce qu’elle porte avec elle de souvenirs, de fantasmes. Morales : « Pour nous, l’automobile ne se résume pas à une tonne d’acier et à un moteur à explosion. Il y a de la féérie dans cet objet, de l’irréel et du désir le plus souvent contrarié. L’auto, c’est de l’histoire, de la culture, du mouvement, pire, de la vitesse et de l’émancipation »… « Eloge de la voiture », en cinq chapitres (« Notre part d’identité », « La résistance aux idées reçues », « Les légendes ne meurent jamais », « Un certain snobisme », « Une machine à rêver »), c’est un essai jubilatoire à contre-courant de la pensée dominante. Morales ne craint pas de rouler à contre-sens, pour raconter la voiture. Pour raconter son amour pour cet objet roulant, passant des jolies Françaises aux belles étrangères. Les souvenirs d’enfance reviennent avec les modèles réduits. Il y a aussi les sportives, les berlines, les « vintage » et les futuristes, celles qu’on nomme les voitures autonomes…
Il faut l’admettre, si la voiture ce n’est pas la vie, n’empêche ! elle y tient une grande place. Oui, la voiture- que ce soit la mythique Ford Mustang, la légendaire Mercedes 300SL, la cultissime Renault 4L, la Citroën CX Prestige ou encore la Peugeot 504 aux allures de paradis perdu, c’est « de l’histoire, de la culture, du mouvement, de la vitesse et de l’introspection », selon les mots de Thomas Morales. Et on peut appeler tout ça l’auto-passion… A aucun moment, Thomas Morales n’a envisagé faire avancer le débat sur le sujet de la voiture- avec « Eloge de la voiture », à coup de souvenirs et de passion, il a juste simplement souhaité faire une déclaration d’amour. C’est réussi !

Eloge de la voiture
Auteur : Thomas Morales
Editions : Le Rocher
Parution : 19 septembre 2018
Prix : 18,90 €