Patrice Franceschi : une très belle illustration cynique de l'absurde et aveugle asservissement humain

Écrit par Catherine Verne Catégorie : Romans français Mis à jour : mardi 26 janvier 2016 19:59 Affichages : 1727

Il est minuit Par Catherine Verne - Lagrandeparade.fr/ Mr K et Mr O se trouvent dans un bateau. Une galère, pour être clair. Mr K tombe. Ou est en train, aux mains de Mr O qui l'a enfin pincé après vingt ans de filature pour espionnage. Mais voilà, Mr K a encore un pied dans le bateau, et il s'accroche, le bougre. On n'y voit queue dale, c'est la nuit. On navigue au large d'une côte africaine, autrement dit en pleine fournaise moite, heureusement avec du scotch en fond de cale pour étancher les soifs. Parce que ça cause, entre les deux Messieurs, ça négocie, ça manipule, ça se gausse, ça se jauge, à celui qui pissera le plus loin comme deux ados se disputant une fille en colo. Pas de fille en l'occurrence mais un document top secret, caché par Mr K et sur lequel Mr O rêve de mettre la main. Et, en guise de bateau, nos héros sont assis peinards dans un bouge désert qui pourrait bien se situer à Casablanca, en hommage à un certain film au duel culte. Les heures s'égrennent depuis minuit. Les deux hommes s'affronteront jusqu'à la mort au petit matin.

 

Superbe roman qui ravira les adeptes de décor minimaliste, de dialogues dignes de répliques théâtrales, pour la forme, et pour le fond les friands de messages engagés empreints de cynisme et de tension psychologique intense. Mais ne perdons pas notre cap: Mr K et Mr O sont dans le même bateau, Mr K tombe. Alors qui reste à bord? Mr O? Mais, attention, comme le raconte la farce, il s'agit du même bateau, quel qu'on en considère le bord. Et aucun sauvetage en vue quand on s'aventure sur cet océan de mensonges qu'est la vie, où les prétendus phares sont des mirages, les destinations toujours différées, à croire qu'elles vous narguent exprès, et la vigilance sans répit si on tient à sa peau. Tout ça sans vraiment larguer les amarres, quoi qu'on se soit abandonné à croire, parce qu'il n'est de bateau ivre que dans l'extrème liberté du poète: ici bas en revanche, tout est compromission et aliénation des consciences. Merci au romancier pour cette très belle illustration cynique de l'absurde et aveugle asservissement humain.

Il est minuit, Monsieur K
Auteur: Patrice Franceschi
Editeur: Points
Parution: 14 janvier 2016
Prix:12 euros