Pauline

Grand père : un voyage au bout de la folie du monde

Écrit par Nicolas Bodou Catégorie : Romans français Mis à jour : vendredi 11 octobre 2019 22:56 Affichages : 198

grand-pèrePar Nicolas Bodou - Lagrandeparade.com/ Né en 1900 en Arménie, l’histoire de Garnick Sarkissian commence en 1917, au moment de la révolution russe, son village et sa famille sont massacrés par les cosaques au nom de la révolution bolchévique, le voilà victime mais pour peu de temps.

 

L’enfer est un opéra où tout est vrai. Rien n’est joué, donc tout est parfait.

Il partira avec les cosaques blancs (au service du tsar), pour à son tour maculer la steppe de sang, pour se venger, pour tuer, pour un voyage sans retour chez les damnés… Et c’est le monde que Garnick va brûler, des plaines de la Steppe à l’Afrique du Nord, la Guyane et l’Hexagone bien sûr.
Cosaque, légionnaire, bagnard, collabo… toujours accompagné de la mort qui lui colle à la peau, il tue, il tuera, car c’est la seule chose qu’il sait faire le mieux, un simple artisan des horreurs de ce monde durant quelques décennies, pour finir avec comme seule médaille, une télévision allumé toute la journée dans un HLM de banlieue, étrange retraite pour un cosaque, elle reste sordide malgré tout et sans espoir….Puis plus rien, un dernier souffle de violence et plus rien.

Tuer. Soi-disant pour se venger du pogrom. En vrai : tuer pour se venger de la vie. La vie qui fait chier, qui faisait déjà chier bien avant le pogrom. La vie qui me fait souffrir et que j’ai toujours eu envie de torturer. Mais avant j’avais pas de prétexte. Le pogrom me l’a donné. Le but sans but. Tuer pour tuer. Tout venger et se venger de tout.

Paru pour la première fois en 2006, le roman Grand père est réédité aux éditions « la mécanique générale » dans une version non censurée. Incroyablement trash, puissant, c’est une violence ininterrompu qui s’étale le long de ce récit, dans un style percutant et écrit de main de maître.

…la steppe brûlée par les cosaques blancs a repoussé plus verte que jamais. Aujourd’hui, elle est à nouveau pleine de poussettes forêtes et de virginettes jeunettes… Mais combien comprennent, parmi ces Ukrainiens Russes Arméniens, moujiks à walkman, et bons beaufs français, que c’est grâce à Bon-Papa et à ses potes qui brûlèrent le vieux monde que nous pouvons jouir à nouveau ? Ils ont brûlé le vieux monde pour que pousse le nouveau, et pour que nous le brûlions à notre tour.

Ce roman vous happe littéralement, le galop meurtrier du grand père nous entraîne dans une danse frénétique au milieu des ténèbres, on sort de cette lecture vidé et euphorique de la prose de Costes, qui au milieu de son parcours d’artiste underground, livre sur le papier une œuvre incroyable.
On en sort rincé, les yeux qui saignent, un voyage au bout de la folie du monde, de tout ce qui suinte de haine et de crasse. Une réédition qui n’est pas de trop, et qui fait redécouvrir un grand auteur.

Grand père (ultime édition non censurée)- Une danse frénétique au milieu des ténèbres
Auteur : Jean-Louis Costes
Editions : La mécanique générale
280 pages
Prix : 9,90euros
Parution : 13 juin 2019 

Le site des éditions Ring 

 

JEU CONCOURS : DU 12 au 19 octobre! Tentez votre chance! 

 jeuconcours