Gare à Lou : bienvenue dans le petit monde délirant de Jean Teulé !

Écrit par Valérie Morice Catégorie : Romans français Mis à jour : jeudi 25 avril 2019 17:05 Affichages : 1371

Gare à LouPar Valérie Morice - Lagrandeparade.com/ A quoi carbure donc Jean Teulé ? C’est la question qu’il est légitime de se poser à la lecture de « Gare à Lou ! » aux Editions Julliard. Car Lou, du haut de ses douze ans, possède un pouvoir que n’importe quel dirigeant de n’importe quel pays rêverait d’avoir en sa possession, un don unique et diabolique. Lou « dents de lapin », comme on la surnomme à l’école, hérite du jour au lendemain du pouvoir de faire du mal à quelqu’un quand elle le souhaite, par le simple fait de l’exprimer oralement.

Elle vit au 276 ème étage d’une tour prénommée la tour de l’Incendie, au pied de la rue du Bonheur. Sa mère Roberte, fait dans la poterie. Son animal de compagnie est un Periophtalmus barbarus qui fait la gueule. De ce pays sans nom, ancré (on le devine rapidement) dans un monde futuriste, on sait seulement qu’il est dirigé par un chef d’état hypocondriaque, officiant dans un palais rose fluo appelé « La Boule à Neige ». Rapidement démasquée et dénoncée par un voisin, gardien de la paix et accessoirement client régulier du Bar des Sanglots, Lou va être prise en filature, enlevée et utilisée comme arme de guerre afin de nuire aux pays ennemis. Le chef d’Etat et les trois militaires en charge de la formater et de la dompter (en vain) pouvaient-ils cependant prévoir que Lou serait aussi dotée d’une aptitude à semer la zizanie partout sur son passage, galvanisée de surcroît par sa crise d’adolescence, faisant d’elle une créature ingérable ?
Au même titre qu’au cours des romans précédents, « Gare à Lou ! » amène le lecteur à renouer avec le Jean Teulé habituellement facétieux et cynique, jamais avare de situations ubuesques, burlesques ou loufoques. En maniant de main de maître un vocabulaire Jean Teuléen, opposant des mots qui n’existent pas (encore) à ceux tombés en désuétude (anachronisme dont il se délecte souvent dans ses romans), l’auteur nous plonge dans un monde haut en couleurs, à mi-chemin entre Inspecteur Gadget et Alice au Pays des Merveilles, laissant le soin à son lecteur d’en tirer la morale qui lui plaira.
Après plusieurs romans dits « historiques », l’auteur offre ici au public un récit de fiction complètement déjanté, faisant volontairement l’impasse sur des sujets qui pourtant lui tiennent habituellement à cœur tels que la politique, la religion ou le sexe. Il renoue ainsi avec le genre fantastique qui avait contribué au succès de son roman « Le magasin des suicides ». Le bougre use même de subterfuges et de pirouettes stylistiques pour éviter un seul gros mot dans le récit, tout en le suggérant.
Reconnaissant sans vergogne aux journalistes que la lecture n’est pas son truc, pas plus que de fréquenter les librairies sauf cas de force majeure pour rencontrer son public, il a récemment déclaré : « Ne sachant pas ce qu’écrivent les autres, j’écris à ma façon ». Il est là le ton Teulé.

Gare à Lou
Éditeur : Julliard
Parution : 07 mars 2019
Prix éditeur : 19.00€
Nombre de pages : 192 pages