Elisabeth Larbre : l’explosion d’effluves du fleuve rouge

Écrit par Valérie Morice Catégorie : Romans français Mis à jour : mardi 19 mars 2019 21:40 Affichages : 1170

les embrunsPar Valérie Morice - Lagrandeparade.com/ « Il faut sonder le désespoir, frapper où l’homme sonne creux ». C’est avec ce poème de Louis Aragon que Léon Le Glaouneg, « Hercule au poil roux », débarque dans le port de Haiphong au Vietnam après avoir quitté sa Bretagne natale. Il n’y a jamais mis les pieds, mais cette terre, celle de ses ancêtres, lui apparaît dès lors comme familière et comme une évidence. Est-ce le fleuve rouge qui lui rappelle l’océan, l’odeur des poissons ou l’air iodé ?


Quelques mois plus tôt, une jeune fille d’une vingtaine d’année prénommée Yannie, est venue frapper à sa porte, lui révélant ainsi ses origines et le secret enfoui de cette famille découverte sur le tard.
Léon, vieux loup de mer bourru ayant quitté la pêche pour la terre ferme, amoureux de la nature et du terroir, va dans un premier temps se méfier de cette femme-enfant à la « beauté sauvage et à la fragilité désarmante » sortie de nulle part. Qui est-elle ? Que (ou qui) cherche-t-elle à fuir ? Ce que va lui apprendre la jeune Vietnamienne, par la suite, va totalement changer le cours de sa vie.  Comment réagir lorsqu’on se découvre du jour au lendemain, un demi-frère bourreau et incestueux ? Comment faire face au dégoût, à la honte et l’incompréhension ? Comment se reconstruire quand on perd simultanément deux êtres chers ?
Le roman d’Elisabeth Larbre est un roman sur la résilience et le pardon, sur l’empathie et sur la reconstruction de soi. Elle aborde de manière lyrique, un nouveau chapitre de la vie d’un homme solitaire en décrivant avec finesse et délicatesse son arrivée dans ce pays qu’il va faire sien. Plus qu’un message d’espoir, c’est avant tout un voyage initiatique. Il faut lire ce roman d’une traite pour se laisser embarquer au-delà de la confusion et effusion des sentiments, ne pas juger les personnages, mais les comprendre.

Après une petite vingtaine d'années dans le Morbihan, Elisabeth LARBRE demeure fidèle à la Bretagne et, bien que parisienne, habite depuis maintenant dix ans dans les Côtes-d’Armor. En parallèle d’une carrière d'ingénieur biochimiste, elle a toujours cultivé une passion pour l’art, que ce soit par la pratique de la musique, du théâtre ou de l’écriture. 

"Les Embruns du fleuve Rouge" est son premier roman. 

Ce premier opus, remarqué à l'état de manuscrit sur la plateforme numérique d'autoédition Monbestseller (2500 ouvrages) par le Comité de Lecture, puis par le Jury d'éditeurs (La Martinière, Michel Lafon, et Incartades) a reçu le Prix du Livre Indépendant. Ce livre s'est révélé coup de cœur de Mr Renaud Delourme, directeur des éditions Carnets Nord (Paris 14ème) qui a décidé de l'éditer. 

Les Embruns du fleuve Rouge
Editions : Carnets Nord
176 pages
Prix : 13,50€
Parution: 28 septembre 2018