Pauline

Le chien rouge : …comment rompre ses chaînes !

Écrit par Félix Brun Catégorie : Romans français Mis à jour : vendredi 21 décembre 2018 09:27 Affichages : 345

Le chien rouge Par Félix Brun - Lagrandeparade.com/ La cinquantaine, professeur de droit à l’université, Peter Seurg mène une confortable existence ; après avoir quitté la mère de ses trois enfants, il est follement amoureux de Neith sa nouvelle compagne , et vit aisément et bourgeoisement…il a « une bonne situation mais, "Chaque jour, je constatais que des bracelets de fer supplémentaires se refermaient autour de mes chevilles et que des chaînes aux maillons plus épais me reliaient à une énorme ventouse numérique, à des machines vampires qui, depuis la Silicon Valley, consommaient mon existence en me laissant croire qu’elle m’appartenait." Et puis « je ne voulais plus jamais me sentir possesseur ni possédé par personne ». Peu à peu, il renonce à ce confort, s’isole pour écrire, se sépare de bon nombre d’objets devenus inutiles ou superflus, s’enferme dans l’ascétisme, glisse dans la déprime, se délite dans l’alcool, les médocs, la drogue…Sa personnalité devient "celle d’un Chien Rouge à la patte ensanglantée, d’une bête domestiquée qui avait rongé ses liens et battait la campagne, rôdait dans les villes, méfiante vis-à-vis de la pitance donnée par les hommes, hargneuse contre leur malignité, ivre de liberté, de soleil et des joies simples d’une course sans fin sous les étoiles." Quelle force, quelle ardeur pourrait redonner à Peter l’envie de vivre, de réaliser ses rêves, de briser ses servitudes ?... "l’histoire d’un homme qui ne voulait pas officiellement mourir, mais faisait tout pour y parvenir sans avoir l’air de l’avoir voulu." Un roman sombre, terriblement tourmenté qui entraîne le lecteur dans l’abîme psychologique de cet homme confronté à son malaise existentiel et au télescopage de ses propres antilogies ; des passages forts et saisissants, douloureux, de ces « voyages’, de ces « défonces »pharmacologiques et toxicologiques. Philippe Ségur écrit un livre étonnant, marquant dans le style particulier de Michel Houellebecq, et aux accents » camusiens ». Un ouvrage qui témoigne de l’inconfort d’une société stéréotypée, connectée à outrance, aux idées conventionnelles, figées, toxiques…, « Le seul moyen d’en finir avec la souffrance, c’est de cesser de la chercher. »

Le chien rouge
Auteur : Philippe Ségur
Editions : Buchet.Chastel
Date de parution : 23 août 2018
Prix : 17€