Pauline

La vraie vie : Adeline Dieudonné, en attendant le Goncourt…

Écrit par Serge Bressan Catégorie : Romans français Mis à jour : dimanche 23 septembre 2018 18:11 Affichages : 308

DieudonnéPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Dans le flot des livres parus en cette rentrée littéraire été- automne 2018, il y en a pour tous les goûts. Près de six cents livres, tant et tant sont noyés dans l’océan des mots. Et puis, on remarque cette promesse d’un éditeur- entre autres, « un roman initiatique drôle et acide. Le manuel de survie d'une guerrière en milieu hostile. La fureur de vivre ».

Premier réflexe : se méfier, ça ressemble à un très bon argument publicitaire. N’empêche ! on se laisse tenter. Parce que c’est un premier roman ? Parce que le titre accroche bien ? Parce que l’auteure est joliment photographiée ? ou parce que ce livre nous arrive, déjà auréolé de trois récompenses- les prix FNAC, Première Plume et Filigranes, et qu’il figure sur les listes Goncourt et Renaudot ? Oui, on se laisse tenter par « La Vraie Vie », un premier roman signé Adeline Dieudonné.

On apprend qu’elle est Belge et âgée de 35 ans, qu’elle a présenté un one-woman-show (« Bonobo Moussaka ») et aussi en 2017 écrit une nouvelle, « Amarula », qui a été distinguée par le Grand Prix du concours de la Fédération Wallonie- Bruxelles. On a vu aussi Adeline Dieudonné dans une émission littéraire à la télé française avec, entre autres, Amélie Nothomb… Voilà, à présent, « La Vraie Vie » est un des premiers romans qui fait le plus parler et écrire dans la presse, à la radio et à la télé. Mieux : quelques observateurs affutés vont jusqu’à promettre à Adeline Dieudonné le prix Goncourt 2018, après une critique enthousiaste dans un journal dominical de Bernard Pivot, président du jury du Goncourt… et d’autres vont jusqu’à lui prédire une carrière « à la Amélie Nothomb »…
Alors, pourquoi donc un tel engouement ? Doit-on aller jusqu’à dire et écrire qu’avec Adeline Dieudonné, on a là un phénomène littéraire ? La nouvelle merveille de la chose littéraire ? Tout cela fait sourire la jeune femme qui explique écrire en écoutant du hard rock, du heavy metal d’une violence sonique étourdissante… Au hasard des pages de « La Vraie Vie », on tombe sur ces mots : « La vie est une grande soupe dans un mixer au milieu de laquelle il faut essayer de ne pas finir déchiqueté par les lames qui vous attirent vers le fond ». Résumé, « La Vraie Vie », c’est très simple. Une maison ordinaire dans un lotissement, quatre chambres. Une pour les parents, une pour le frère, une pour la narratrice- une gamine qui bouge pas mal,… et puis la quatrième chambre, celle des cadavres. Vite, on sait que le père est chasseur de gros gibier, rien moins qu’un prédateur en puissance, et que la mère est transparente, quelque chose comme une amibe craintive, soumise à ses humeurs. Voilà pour le contexte, pour le décor… Certains diraient : « Ça craint », la gamine narratrice tente, avec son frère Gilles, de simplement s’accommoder de cette vie qui va, de ce quotidien sans saveur. Alors, ils jouent dans des carcasses de bagnoles et attendent la musiquette qui annonce le passage du marchand de glaces.
Mais la vie qui va n’est pas toujours un long fleuve tranquille- surtout chez Adeline Dieudonné. Ainsi, un jour, survient un terrible accident et plus rien ne sera comme hier… Une hyène va s’immiscer dans le corps du frère de la narratrice : « Le vide de ses yeux s’était peu à peu rempli d’un truc incandescent, pointu et tranchant. Ce qui vivait à l’intérieur de la hyène avait progressivement migré vers la tête de mon petit frère ». Bienvenue en cet enfer domestique- et consommons sans modération « La Vraie Vie », aussi directe et cinglante qu’un uppercut du droit !

La Vraie Vie
Auteur : Adeline Dieudonné
Editions : L’Iconoclaste
Parution : 29 août 2018
Prix : 17 €