Pauline

Le malheur du bas : Inès Bayard, un roman suffoquant…

Écrit par Serge Bressan Catégorie : Romans français Mis à jour : samedi 25 août 2018 15:35 Affichages : 418

BayardPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Le livre sensation de cette rentrée estivale 2018. Avant même sa parution, on parlait d’une bombe, d’un scud… C’est donc « Le malheur du bas » d’Inès Bayard, jeune femme de 26 ans, originaire de Toulouse et qui vit actuellement à Berlin. Ce livre, c’est simplement une déflagration dans le petit monde feutré des lettres françaises où, d’une vaguelette, on fait un scandale… Là, avec Inès Bayard, c’est un livre-maelström, un livre-tsunami qui est arrivé dans les librairies. En ouverture, le drame, le crime : « trois corps livides et figés autour de la table ». Marie a tué son petit garçon Thomas et son mari Laurent, et s’est supprimée. « Il n'avait existé qu'un seul drame dans la vie de Marie, suffisamment fort pour passer à l'acte », lit-on. Marie n’a jamais pu surmonter l’horreur qu’elle a subie quelques mois auparavant : employée d’une banque, elle quitte son travail un soir. Son vélo est hors service, son directeur lui propose de la ramener. Tout s’accélère, voiture, parking, souterrain. Viol. Elle rentre chez elle, décide de ne rien dire. Vivre encore et encore avec l’horreur chevillée en bas de son corps d’abord, diffusée partout dans son corps et son esprit ensuite. « Au cœur de la nuit, face au mur qu’elle regardait autrefois, bousculée par le plaisir, le malheur du bas lui apparaît telle la revanche du destin sur les vies jugées trop simples ». Elle avait rêvé le bonheur avec son mari, d’un enfant avec lui- elle sera enceinte mais l’enfant qu’elle attendra sera celui du violeur, elle en est persuadée. Elle a voulu, pour de multiples raisons n’y est pas parvenue. Retour au début du « Malheur du bas » : le drame, le crime. « Ce livre est aussi destiné à faire comprendre la manière dont fonctionne le corps de la femme. C'est un thème peu abordé dans la littérature française. On peut retrouver ces questions dans la littérature allemande ou autrichienne, comme chez Elfriede Jelinek, par exemple. Cette écrivaine (Prix Nobel de littérature 2004, NDLR) est entrée dans cette zone, celle de la perception par l'homme du corps de la femme », a commenté Inès Bayard. Qui a écrit un roman sans concession, furieusement suffoquant…

Le malheur du bas
Auteur : Inès Bayard
Editions : Albin Michel
Parution : 23 août 2018
Prix : 18,50 €