Pauline

Microfilm : "Physique quelconque, visage commun" ou l’absurde destinée d’un figurant.

Écrit par Félix Brun Catégorie : Romans français Mis à jour : samedi 3 mars 2018 16:42 Affichages : 527

microfilmPar Félix Brun - Lagrandeparade.fr/ « Physique quelconque, visage commun », telle est la fiche de casting d’un figurant de cinéma qui va d’échecs en échecs. Inscrit à Pôle Emploi, par la plus illogique et insensée sélection son profil est retenu pour un travail dans l’énigmatique "Fondation pour la paix continentale". Ce recrutement est le fruit d’une analyse extravagante des fichiers qui le propulse spécialiste en microfilm…? « Or en acceptant ce poste à la fondation, le premier qui s’est offert à lui, il craint d’être de nouveau assigné au rôle qu’il a toujours occupé et qui l’a conduit à renoncer à ses rêves d’acteur : celui de figurant. A lui désormais de faire ses preuves s’il ne veut pas finir, une fois de plus, coupé au montage. »

Mais quelles sont les activités de cet organisme obscur, qui compte un personnel restreint, insaisissable, sibyllin ? Notre jeune recrue s’installe dans son nouvel environnement de travail ; « Moquette grise, murs crème, faux-plafonds blancs, éclairage au néon diffusant une lumière de commissariat : tout indique qu’il vient de pénétrer dans des bureaux tout ce qu’il y a de plus normal et d’effrayant. » Mais quelle est sa mission, quels sont les objectifs qui lui sont dévolus ? Un classement, une lecture de microfilms à l’aide d’un vieux lecteur en panne d’une ampoule qui n’est jamais livrée ? Porter des documents anodins vers une destination inexpliquée au Portugal ? « Très vite, il a tout loisir d’explorer les innombrables possibilités que la vie de bureau offre à un employé de procrastiner, buller, baguenauder, lambiner, glander. Bref il n’en fout pas une rame. » Dans un cheminement inepte il va vite sombrer dans l’absurdité de sa situation, emporté par l’extravagance et l’inconséquence de la Fondation, dans un contexte kafkaïen.
Emmanuel Villin , dans ce roman narquois et persifleur explore l’absurde, celui qui viole les règles de la logique, celui de l’existence qui n’est justifiée par aucune finalité, celui de la subordination et de l’asservissement stupide. L’écriture est sobre, dans un style railleur et sarcastique, enrichie de nombreuses références au cinéma et d’une visite de Paris à travers les stations de métro. Une lecture très agréable d’un ouvrage abouti au réalisme décapant.

Microfilm
Auteur : Emmanuel Villin
Editions : Asphalte
Parution : 11 janvier 2018
Prix : 16€