Pauline

RACED SAISON 3.5 : une romance simpliste et grossière

Écrit par Nelly Bonnet Catégorie : Romances & New Adult Mis à jour : mercredi 29 juin 2016 12:18 Affichages : 1499

DrivenPar Nelly Bonnet - Lagrandeparade.fr/ Accroche ou sentence… : «Cette rencontre le conduira à la course la plus importante de sa vie » .
RACED, relecture du point de vue du héros masculin de la trilogie DRIVEN, a été construit d’après les scènes favorites de ses lectrices. Dans l’avant-propos l’auteure justifie sa démarche, des arguments plus que recevables par des fans conquis d’avance, comme ont du l’être ceux de TWILIGHT lors de l’apparition de MIDNIGHT SUN ou ceux de 50 NUANCES lors de la sortie de GREY.
Et puisque l’on parle du loup… fort à parier que les amateurs de DRIVEN ont à l’origine été séduits par Monsieur Grey en personne. Comme pour l’ensemble des récits désignés par l’appellation « New Romance », on note de nombreux points communs entre le roman de E.L.James et tous ses bébés.
Un certain niveau de vocabulaire (quelque part entre les cours préparatoire et élémentaire) dont l’assemblage répétitif et ultra sommaire a pour conséquence dérangeante d’avoir l’impression que Oui-Oui ou Dora vous racontent un porno. Des personnages profonds comme ceux des Feux de l’Amour avec des noms qui leur donnent l’air intelligent (Le héros de DRIVEN se nomme Colton Donavan. Interdit de rire). Ils ont des tirades profondes aussi « Sous l’intensité de mon regard, elle baissa la tête », « Comment as-tu pu me faire ça… » ( quand il avait dit qu’il ne la tromperait pas et qu’ensuite... il la trompe !!! Interdit de rire on a dit). L’héroïne a la classe, des yeux violets, des gros seins et une « chatte magique » (je cite, je ne commente pas), et Lui, sauvage, arrogant, blessé, orgueilleux, grossier, rebelle, égocentrique, ensorcelé, cabossé, imprudent avec une « bite en béton » (là aussi je cite évidemment) c’est sûr, il donne envie. Permission de rire, c’est bon.
Simpliste, cliché, attendu, ennuyeux, heureusement on rit beaucoup aux dépens d’un récit dont le but premier n’est pas de déclencher l’hilarité lorsqu’il nous dit « Putain, heureusement que je pilote comme un dieu, parce qu’on va filer droit vers le soleil couchant du bonheur éternel. » Mais des comme celle-là, il en y en a à chaque page ! De quoi être, interminablement, à l’infini  (une petite dernière…) « Stimulés par le désir, percutés par l’amour ». FIN. Ouf.

RACED SAISON 3.5 - DRIVEN
Un livre de Kristy Bromberg
Editions : Hugo Roman
Parution : Avril 2016    
Prix : 12€50