Pauline

Le sang des Highlands : une enquête en bord de lac de Gilles Bornais

Écrit par Serge Bressan Catégorie : Polars Mis à jour : mardi 23 avril 2019 22:45 Affichages : 233

BornaisPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Ce siècle avait un an quand Gilles Bornais a publié son premier livre. On l’a connu nageur d’excellence, journaliste émérite. En 2001, il signe « Le Diable de Glasgow », un polar. C’est la première enquête de Joe Hackney, inspecteur à Scotland. Ce printemps, Bornais nous adresse « Le sang des Highlands », son douzième livre et la sixième enquête de Joe Hackney. Du polar comme on aime. Du polar « victorien », comme disent les spécialistes. Ainsi, après « Le Diable de Glasgow », « Le Bûcher de Saint-Enoch » (2005), « Le Mystère Millow » (2006), « Les Nuits rouges de Nerwood » (2011) et « Le Trésor de Graham » (2012), l’inspecteur reprend du service. Direction l’Ecosse, on est en 1892. Le samedi 13 février 1892, précisément. Une femme, un homme terminent leur lunch, dans leur dos « un ballon voltigeait, des pas vifs d’enfant martelaient la terre, des petites exclamations joyeuses retentissaient. La femme coiffa sa capeline et inspira profondément ». La femme dit : « Ce paysage est aussi inquiétant que magnifique »… Plus tard, deux corps ont été retrouvés sur une plage du Loch Ness- ceux d’une paléontologue (Bornais s’est inspiré de Mary Anning [1799- 1847], figure incontournable de cette science) et son mari photographe. On va apprendre qu’ils sont Anglais et que leur jeune fils a, lui, disparu. Une enquête est rapidement lancée, sous la responsabilité de Garteh Thaur. Un sacré personnage que ce chef de la police d’Inverness et ancien colonel… Très tôt dans l’enquête, on apprend que les deux victimes sont des personnalités d’importance. Donc, Scotland Yard diligente en renfort Joe Hackney, cet ancien malfrat devenu inspecteur et qui, au fil du temps, s’est taillé une belle réputation, pas seulement parce qu’il mène ses enquêtes de façon peu conventionnelle mais aussi pour son cynisme, son génie et sa perspicacité. 

Evidemment, et on s’en doute par avance, les deux enquêteurs, Thaur et Hackney, n’éprouvent guère de sympathie l’un pour l’autre. Mais, et ça aussi on le devine vite, les deux n’ont d’autre solution que de bosser ensemble, de marcher dans le froid et sous la pluie sur les berges du Loch Ness, ce lac d’eau douce dans les Highlands au sud-ouest d'Inverness et au nord-est de Fort Augustus. D’autant que, et c’est ce qui fait tout le piquant et le charme de ce « Sang des Highlands », les deux flics vont devoir faire face à plusieurs éléments inattendus et contrariants : les pensionnaires enragés d’un asile psychiatrique, un bossu qui trimballe son lot de mystères, une femme aux allures de sorcière (ce qu’elle est peut-être réellement…), un environnement peu avenant (bois, marais et brume) autour du Loch, les tempêtes de la Mer du Nord… sans oublier les secrets de la jolie pianiste et ce garçon des environs qui a disparu- faut-il y envisager, y voir un lien avec le meurtre de la paléontologue et de son mari ? L’enquête va révéler que les deux corps ont été mutilés et démembrés par des hommes et des bêtes… et l’ennemi que doivent affronter Hackney et Thaur est autrement plus terrifiant que le monstre du Loch Ness ! Une fois encore, Gilles Bornais mène l’enquête avec brio, dans les pas de ce satané Joe Hackney. Un vrai plaisir…

Le sang des Highlands
Auteur : Gilles Bornais
Editions : City
Parution : 14 mars 2019
Prix : 18,50 €