Dans les poches : James Baldwin, Jonathan Franzen, Carole Geneix et le goût de la nuit

Écrit par Serge Bressan Catégorie : Dans les poches Mis à jour : samedi 23 mars 2019 08:38 Affichages : 757

baldwinPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Une série de poches à emporter partout...pour célèbrer la Nuit!

 « Un autre pays » de James Baldwin

Il fut héros, saint et martyr. Dans les années 1950- 1970, James Baldwin (1924- 1987) fut aussi l’un des porte-paroles les plus brillants de la minorité noire américaine, telle qu’on l’appelait avant le qualificatif politiquement correct « afro-américain ». En 1962, il publiait « Un autre pays »- un de ses chefs-d’œuvre. Un texte essentiel dont le héros, un batteur de jazz nommé Rufus Scott, ne supporte plus de vivre dans le Greenwich Village des années 1950, dans le monde cruel et implacable des Blancs, ce monde où il est en permanence humilié, rejeté par tous. Dans la froidure d’une nuit de novembre, il s’enfonce dans l’eau glacé du fleuve- à jamais. C’est le début étorudissant d’« Un autre pays », un roman où se mêlent, se bousculent émotion, violence et passion. Un roman dans lequel les personnages, à la recherche d’eux-mêmes et du bonheur, tentent désespérément de renverser les barrières de la ségrégation raciale et des conventions bourgeoises. Un livre éternellement bouleversant…

« Un autre pays » de James Baldwin. Folio / Gallimard. Parution : 28 février 2019. Prix : 9 €.

franzen« Phénomènes naturels » de Jonathan Franzen

Le deuxième roman de Jonathan Franzen, le « great american novelist » selon le magazine « Time ». Paru originellement en 1992, « Phénomènes naturels » rapporte l’histoire de Louis Holland. Sa sœur Eileen, depuis l’école, a honte de lui : tête à claques, il est passionné par la radio. Il vient d’arriver dans la région de Boston. Sa vie n’a rien de formidable- il enchaîne les petits jobs, est engagé par une radio FM, ses relations avec sa famille sont pour le moins compliquées,… Un jour, ça se bouscule dans sa vie- un séisme frappe Boston et sa région. Un petit séisme puisque les autorités ne feront état que d’une seule victime. Mais attention ! la victime n’est pas n’importe qui, on apprend que c’est la grand-mère de Louis. C’était une sacrée bonne femme, la grand-mère qui avait viré « papesse new age », laissant une fortune estimée à 22 millions de dollars ! Evidemment, dans le clan Holland, ça va se déchirer, se bagarrer fort pour récupérer le magot de la grand-mère. Du grand Franzen !

« Phénomènes naturels » de Jonathan Franzen. Points / Seuil. Parution : 7 mars 2019. Prix : 9 €.

geneix« La Mille et Deuxième Nuit » de Carole Geneix

Y’a du polar dans l’air- et du bon. Aussi enlevé que décapant et décadent avec « La Mille et Deuxième Nuit » de Carole Geneix, Française expatriée à Washington depuis près de vingt ans. Elle signe là son premier roman qu’elle a placé dans le décor de la Belle Epoque- ces années qui précédèrent la Première Guerre mondiale. On est dans un Paris alors cosmopolite et endiablé. On s’apprête à fêter le voyage inaugural du Titanic et le couturier Paul Poiret donne une fête somptueuse et orientale : c’est « la Mille et Deuxième Nuit ». Parmi les invités, la comtesse russe Slavskaïa, haute figure du Tout-Paris, accompagnée de son secrétaire particulier, un jeune Juif qui a fui les pogroms et les bolcheviks. La comtesse est retrouvée morte étranglée. Le magnifique collier de diamants qu'elle portait pour la soirée a disparu. Selon l’enquête de la police menée par l’inspecteur Bertholet, aucun doute : le coupable est le jeune secrétaire Dimitri Ostrov… Evident, forcément trop évident…

« La Mille et Deuxième Nuit » de Carole Geneix. Rivages / Noir. Parution : 13 mars 2019. Prix : 7,50 €.

goût« Le goût de la nuit ». Collectif

Dans la délicieuse collection « Le goût de… », d’un livre à l’autre, on déambule allègrement de l’Abyssinie au voyage en passant par les cités impériales du Maroc, les lacs italiens, le cinéma, le football, la révolte ou encore la poésie amoureuse. La nouvelle livraison, c’est « Le goût de la nuit », avec des textes choisis et présentés par Maud Simonnot, auteure de « La Nuit pour adresse » (2017). Avec « Le goût de la nuit », voilà un petit livre rythmé en trois temps : « La nuit étoilée », « Nuit rêvée » et « Le monde de la nuit ». Trois temps, trois thématiques pour rappeler que la nuit est liée à tous les courants littéraires et à tous les modes d’expression. Oui, la nuit peut être initiatique, contemplative, aventureuse, surnaturelle, même intérieure… Du monde des ténèbres à la littérature érotique, elle peut être bleu nuit, nuit d’encre ou nuit blanche. Et au fil de la nuit- et des pages de ce « Goût de la nuit », on suit et on lit Rilke, F. Scott Fitzgerald, Maupassant ou encore Patrick Modiano…

« Le goût de la nuit ». Collectif. Le Petit Mercure / Mercure de France. Parution : 7 mars 2019. Prix : 8 €.