Dans les poches : François-Henri Désérable, Eric Holder, Brigitte Kernel, Henry Jean-Marie Levet

Écrit par Serge Bressan Catégorie : Dans les poches Mis à jour : vendredi 22 février 2019 11:52 Affichages : 395

deserablePar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Des poches à lire et à emporter partout! 

"Un certain M. Piekielny" de François-Henri Désérable

Pour décor, Vilnius, la capitale de la Lituanie. Hier et aujourd’hui… Un auteur se lance sur les traces de Romain Gary, c’est « Un certain M. Piekielny » de François-Henri Désérable qui, à 30 ans, signait là en 2017 son troisième roman. Et nous voilà, lecteurs, avec Roman Kacew, un gamin à qui son voisin, M. Piekielny, dit : « Quand tu rencontreras de grands personnages, des hommes importants, promets-moi de leur dire : au n° 16 de la rue Grande-Pohulanka, à Wilmo, habitait M. Piekielny ». Adulte, Roman Kacew devenu Romain Gary sera résistant, diplomate, écrivain et évoquera toujours ce voisin. Les grands écrivains russes ne sont jamais bien loin, tout comme Raymond Aron et Jean Seberg. Se glissant dans le costume d’un Rouletabille du 21ème siècle, François-Henri Désérable a fait le voyage en Lituanie- et ainsi, rendu hommage à tous les Piekielny du monde, les humbles, les persécutés. En y ajoutant, au fil de belles pages, un hymne vibrant à la littérature.

Un certain M. Piekielny  de François-Henri Désérable. Folio / Gallimard. Parution : 14 février 2019. Prix : 7,40 €.

 

holder"La belle n’a pas sommeil" d’Eric Holder

Il est parti à jamais le 23 janvier 2019. Eric Holder avait 58 ans et signait des romans certes brefs mais toujours délicatement ouvragés. Avec cet auteur, c’était une ode permanente à la belle langue. Ce fut le cas avec, entre autres, « Mademoiselle Chambon » (1996) ou « Bienvenue parmi nous » (1998), ce l’était encore avec « La belle n’a pas sommeil », quatrième roman avec le Sud-ouest français pour décor. Un texte tout en sensibilité, avec Antoine- il a la soixantaine, a décidé de vivre à la campagne et d’y ouvrir une boutique. Une « bouquinerie » - « Les livres m’ont sauvé la vie, depuis je sauve la leur », dit-il. Mais il n’avait pas prévu qu’il n’aurait pas de clients. Des clients qu’il attend tout au long de la journée, en vain… Un jour, surgit Lorraine, la trentaine. Elle est sa nouvelle voisine. Elle est conteuse professionnelle, belle et n’a pas sommeil alors qu’Antoine se couche tôt... Avec une élégance rare, Eric Holder racontait les vies solitaires.

La belle n’a pas sommeil  d’Eric Holder. Points / Seuil. Parution : 21 février 2019. Prix : 6,50 €.

 

kernel"Jours brûlants à Key West" de Brigitte Kernel

En avril 1955, Françoise Sagan, tout juste 19 ans, est invitée par le grand Tennessee Williams dans sa villa en Floride. Pendant deux semaines, ça va être torride. C’est « Jours brûlants à Key West », l’impeccable roman de Brigitte Kernel. Immédiatement, on est prévenu : « Cette histoire est vraie sauf ce que j’ai inventé ». Et voilà, en avril 1955, c’est parti pour quinze jours brûlants et tumultueux dans Key West, Floride. On se glisse dans le sillage de Françoise Sagan, forte d’un succès mondial avec son premier roman, Bonjour tristesse. « Adorable petit monstre » de 19 ans, elle est en promotion outre-Atlantique, fait étape à New York où elle s’ennuie (c’est peu dire !). Elle déclare sa passion littéraire pour Tennessee Williams, l’auteur de « La Chatte sur un toit brûlant ». Il l’invite dans sa villa. Il y a aussi Frank Merlo, son amant, et Carson McCullers, l’auteure du roman « Le Cœur est un chasseur solitaire »… C’est très chaud, formidablement envoûtant…

Jours brûlants à Key West  de Brigitte Kernel. J’ai Lu. Parution : 13 février 2019. Prix : 7,10 €.

 

levet"Cartes postales" de Henry Jean-Marie Levet

Dans une belle préface à « Cartes postales », Michel Bulteau rappelle qu’Henry Jean-Marie Levet est né le 13 janvier 1874, à Montbrison, « sous-préfecture de la Loire, au pied des monts de Forez ». Il y grandit « dans la plus grosse maison ». Jeune homme, il va à Paris, y mène une vie de dandy avant de devenir diplomate. Il vit en Inde, en Indochine, aux Philippines, aux Canaries… Il écrit aussi. Des poèmes- une douzaine de textes écrites entre 1900 et 1902 pour ce recueil publié en 1920, tout autant cartes postales que photos littéraires de « son » monde. C’est délicieusement empli de comtesses et de plaisirs. Ça a ébloui Valéry Larbaud, Léon-Paul Fargue ou encore Jean Cocteau. Sûrement parce qu’Henry Jean-Marie Levet ne s’est jamais contenté d’évoquer les paysages de « cartes postales »- il y glissait encore et toujours l’humain. « Cartes postales », c’est un recueil où flottent de délicats nuages d’opium mais surtout la douceur et la solitude des hommes…

Cartes postales de Henry Jean-Marie Levet. La Petite Vermillon / La Table Ronde. Parution : 14 février 2019. Prix : 6,10 €.