Pauline

Tumulte : Hans Magnus Enzensberger entre souvenirs et tribulations

Écrit par Serge Bressan Catégorie : (Auto)biographie Mis à jour : jeudi 26 juillet 2018 08:44 Affichages : 308

TumultePar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Au hasard des pages, ces mots : « J’ai été dans beaucoup d’aéroports au milieu de nulle part. Longues allées miroitantes le long de boutiques inutilement nombreuses, ailleurs des cabanes branlantes et ventées, des bus bondés, des queues interminables ». L’auteur a 88 ans, s’appelle Hans Magnus Enzensberger, est un des écrivains les plus illustres d’Allemagne et publie « Tumulte », un livre de souvenirs et de tribulations. Un temps (de 1947 à 1967) membre du Groupe 47 (avec d’autres écrivains allemands comme Heinrich Böll, Marcel Reich-Ranicki ou Günter Grass), il est l’auteur d’un texte indispensable, paru en VF en 2010 et déjà classique, « Hammerstein ou l’intransigeance » (sous-titre : « Une histoire allemande »). 

En quatrième de couverture, l’éditeur français de Tumulte nous annonce : « Lorsqu’on s’apprête à se retrouver soi-même après un demi-siècle, on doit s’attendre à des surprises. Hans Magnus Enzensberger s’est embarqué dans l’aventure… » A l’origine de ce « Tumulte », une découverte fortuite dans ses archives personnelles. L’auteur écrit : « J’ai environ 85 ans. Comment était-ce à l’époque ? Voilà ce dont s’enquièrent ma jeune épouse Katharina, mes filles, ou un journaliste,(…) Pour ce genre d’information, il ne faut pas trop compter sur moi. Ma mémoire ressemble à une passoire qui ne retient pas grand-chose… mon intérêt pour l’autobiographie laisse à désirer. Je ne tiens pas du tout à retenir tout ce qui me concerne. Je feuillette à contrecœur les Mémoires de mes contemporains. Je ne leur fais aucune confiance… » Mieux : d’une lucidité étourdissante, Enzensberger assure qu’« il n’est pas besoin d’être spécialiste de criminologie ou de gnoséologie pour savoir que les témoignages ne sont pas fiables s’agissant de soi-même »… Mais voilà, entre casiers à bouteilles et boîtes à outils, quelques cartons chez l’auteur. Il y trouve lettres, carnets de notes, photos, coupures de journaux, manuscrits en plan… L’écrivain les regarde, les lit. Comprend que de ce matériau brut datant des années 1690-1970, pouvait surgir un « Tumulte » organisé. Il suffisait de le mettre en musique, de l’écrire.
Ne voulant donc pas dérouler son autobiographie de manière conventionnelle, il a opté pour le dialogue entre l’Enzensberger d’aujourd’hui, octogénaire, et le jeune homme qu’il fut dans ces années 1960-1970. Et s’en explique : « J’ai appliqué dans « Tumulte » la technique du « dialogue des morts », venue de l’Antiquité, de Lucien [IIe siècle], reprise par Fontenelle au XVIIIe siècle. La méthode me plaît. Je converse avec moi-même, jeune et vieux. Ces procédés amusants sont destinés à évacuer le pathos de la confession à la Rousseau ». Se retrouver soi-même, au milieu du tumulte… Retrouver toutes et tous croisés au fil des jours, des mois, des années. Se souvenir des belles choses- et des moins belles, aussi. Se laisser porter, emporter par les tribulations aussi improbables qu’incertaines… Et Hans Magnus Enzensberger de raconter l’URSS et Cuba des années 1960, l’Allemagne des années 1970… Avec ses chapitres entrecoupés de poèmes, réflexions et actualisation de documents, « Tumulte » n’est pas seulement la leçon de vie d’un grand intellectuel mais aussi la remise en cause permanente de l’autorité, quelle qu’elle soit. Et c’est ainsi que « Tumulte » est un grand livre !

Allende, Castro et d’autres…

Dans « Tumulte », livre de souvenirs et de tribulations, Hans Magnus Enzensberger convoque toutes les personnes, connues, méconnues ou inconnues qu’il a croisées. On y croise, entre autres, Salvador Allende, Fidel Castro,… Extraits.

Je me présente à ce monsieur et il me tend sa carte de visite. Il s’appelle Salvador Allende et il est sénateur. A l’extérieur du Chili, personne ou presque n’a entendu parler de lui. Ses protégés sont les derniers survivants de l’expédition du Che Guevara en Bolivie. Le lendemain matin, il me ramène dans la capitale, où il doit téléphoner…

Allende, Salvador (1908-1973). Médecin et président du Chili (1970-1973).

Il dut beaucoup de succès et beaucoup de revers honteux à sa grande gueule… Il faut reconnaître une chose au Comandante : il n’était pas enclin à se soumettre sans condition à l’allié moscovite. Il n’avait certes rien contre les livraisons de pétrole russe, mais les tendances révisionnistes des successeurs de Staline lui déplurent…

Castro, Fidel (1926- 2016). Premier ministre de Cuba (1959-1976) puis président du Conseil d'État et président du Conseil des ministres (1976-2008).

Rudi était un personnage non seulement très allemand, mais tel qu’il eut été impensable dans l’ouest du pays. Il fut absolument le seul leader politique qu’a produit l’opposition au système. Travailleur et inflexible, il était en même temps dépourvu de ce cynisme sans lequel ni un Trotski ni un Lénine n’auraient pu ne fut-ce que se rapprocher leur leurs objectifs. C’était son côté le plus vulnérable…

Dutschke, Rudi (1940-1979). Sociologue, figure de proue de la contestation estudiantine en Allemagne fédérale en 1967-1968.


La parole de Khrouchtchev n’est pas enthousiasmante ; ce qu’elle donne à penser, c’est son common sense et sa roublardise, son courage et son flair pour ce qui est possible. Son langage tend à ramener l’inconnu au connu. Voix égale, vocabulaire restreint, syntaxe minimale. Les attaques rhétoriques lui restent dans la gorge et ne font pas plausible… Son indignation non plus n’a pas l’air toute fraîche, elle s’exprime comme si elle lui venait à l’esprit pour la centième fois…

Khrouchtchev, Nikita S. (1874-1971). Premier secrétaire du Parti communiste de l’URSS (1953-1964) et président du conseil des ministres (1958-1964).

Sartre, qui siégeait à la place d’honneur, semblait n’être pas de taille dans ce combat contre l’alcool. Au milieu de la longue série des plats, il dut s’avouer vaincu. Un discret garde du corps l’emmena pour le mettre en sûreté. Le bruit courut plus tard qu’on avait appelé un médecin urgentiste, mais on n’est pas obligé de croire tout ce qui se chuchote dans les couloirs.

Sartre, Jean-Paul (1905- 1980). Ecrivain et philosophe français. Lors d’un dîner de l’Union des écrivains à Moscou.

Tumulte
Auteur : Hans Magnus Enzensberger
Editions : Gallimard
Parution : 3 mai 2018
Prix : 22 €