Woodstock. 3 jours de paix et de musique : bien plus qu’un concert de rock…

Écrit par Serge Bressan Catégorie : Beaux-Livres Mis à jour : lundi 6 mai 2019 21:04 Affichages : 259

woodstockPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Nous voici rassurés ! Après une journée d’affolement suite au retrait de son principal sponsor, l’événement musical de l’année 2019 aura bien lieu du 16 au 18 août à Watkins Glen dans l’Etat de New York. Pendant trois jours là où se disputait chaque année de 1961 à 1975 le Grand Prix des Etats-Unis de Formule1 automobile, ce sera musique non stop avec, parmi les têtes d’affiche, Jay-Z, Dead & Company (qui compte des membres du Grateful Dead), Miley Cyrus, The Killers et aussi… Santana. Oui, avec son « band », Carlos Santana- 71 ans, chanteur et guitariste latino, sera l’une des têtes d’affiche de ce Woodstock 50, à la mi-août prochaine. Oui, le même Carlos Santana qui, du 15 au 18 août 1969 devant plus de 500 000 personnes, avait participé à ce Festival de Woodstock qui, en fait, était organisé à Bethel dans l’Etat de New York et qui demeure comme l’événement culturel le plus marquant de la culture hippie des années 1960-70.

Et ces temps-ci, revient le temps du « peace and love » avec la parution d’un livre aussi incontournable qu’indispensable : « Woodstock. 3 jours de paix et de musique » de Mike Evans et Paul Kingsbury. Dans une belle préface, le réalisateur et producteur Martin Scorsese se souvient. Ces trois jours d’août 1969, il était assistant au réalisateur Michael Wadleigh qui mettait en images le film « Woodstock » (sortie en juin 1970) : « Woodstock a laissé des traces dans les façons que je vois ma vie et le monde que nous partageons tous. J’imagine que c’est le cas de presque tous ceux qui étaient à Woodstock. J’espère que ce livre permettra de goûter ce que nous avons goûté, de revivre ce « happening » devenu l’un des plus grands événements culturels et historiques de son temps ». Certes, l’année précédente, les 31 août et 1er septembre, en Grande-Bretagne avait été organisé le premier grand festival pop-rock sur l’ile de Wight avec Jefferson Airplane, T Rex ou encore The Pretty Things mais seulement une dizaine de milliers de personnes étaient venues…
En trois jours, avec Woodstock, le monde est devenu « peace and love ». Paix et amour. Le symbole de la liberté d'expression et de la contre-culture. Sur la scène installée sur le terrain d’une petite ferme à Bethel (Etat de New York), se sont succédés des monstres de la musique d’alors : Crosby, Stills & Nash, Canned Heat, Richie Heavens scandant l’éternelle « Freedom », Joan Baez, The Who, Joe Cocker, Arlo Guthrie, Ten Years After, Country Joe McDonald, Sly and the Family Stone, Janis Joplin, Ravi Shankar, Jimi Hendrix magnifique avec « Voodoo Child » ou encore Santana tétanisant la foule avec « Soul Sacrifice », moment d’anthologie avec le solo immense de batterie de Michael Shrieve, alors le plus jeune musicien du festival à tout juste 20 ans… Respectivement musicien rock puis journaliste et consultant dans l’édition, Mike Evans et Paul Kingsbury déroulent, avec « Woodstock. 3 jours de paix et de musique », la chronique d’un festival devenu, au fil des années, mythique. Ils ont dévoré les coupures de presse, mené des entretiens exclusifs avec nombre d’acteurs de l’événement, eu accès aux archives du Musée de Bethel Woods.
« Dès le concert du vendredi soir, nous avons commencé à comprendre que nous participions à quelque chose qui dépassait le simple concert de rock, qu’il s’agissait peut-être d’un événement véritablement historique », écrit aussi Martin Scorsese. Chanteur et guitariste, John Sebastian a interprété cinq chansons (dont « Darlin’ Be Home Soon ») sur la scène le 16 août 1969- cinquante ans plus tard, il confie : « Woodstock, c’étaient des perles, des couleurs, des fleurs, du soleil et des gens merveilleux ». Peace and love for ever…

Woodstock. 3 jours de paix et de musique
Auteur : Mike Evans et Paul Kingsbury (Préface de Martin Scorsese)
Editions : La Martinière
Parution : 14 mars 2019
Prix : 25 €

Extrait

« L’histoire de la musique populaire est marquée par un très petit nombre d’événements majeurs- le premier enregistrement d’Elvis Presley, l’arrivée des Beatles en Amérique, le Dylan électrique-, considérés comme des moments fondateurs, des repères culturels et des catalyseurs du développement tumultueux du rock. Le festival de Woodstock est le plus important de ces moments. A la fin des années 1960, c’est l’événement déterminant de la contre-culture animée par le rock, avec l’invasion d’une petite ferme de l’Etat de New York par un demi-million de jeunes ».