Pauline

Jacopozzi : le magicien des lumières

Écrit par Guillaume Chérel Catégorie : Beaux-Livres Mis à jour : samedi 2 décembre 2017 15:16 Affichages : 775

JacoppoziPar Guillaume Chérel - Lagrandeparade.fr/ Comment ne pas être enchanté par les illuminations, pendant les Fêtes, surtout au gris mois de novembre. Les éditions Douin ont eu l’heureuse idée de rendre hommage à  Jacopozzi (Fernand, de son prénom), un Italien arrivé en France en 1900, dont le nom s’est éteint, alors que nous lui devons les illuminations de Noël. Ce magicien des lumières a beau s’être inspiré des américains, « Paris ville-lumière », la Tour Eiffel illuminée, c’est à Jacopozzi qu’on le doit ! Fabien Sabatès, l’auteur de ce livre, a travaillé trente ans sur ce projet. Il était effectivement temps de lui rendre hommage.
Installateur de guirlandes lumineuses, électricien autodidacte de génie, Fernand Jacopozzi invente les illuminations animées sur le principe des boîtes à musique. Ces installations où les lampes s’allument et s’éteignent selon un rythme bien précis, font fureur auprès des boutiquiers, dont les motifs lumineux animés attirent la clientèle. Le succès est foudroyant. En 1913 et pendant la guerre, il crée des cinémas clés en main. En 1917, il invente un incroyable faux-Paris pour tromper les aviateurs ennemis, ce qui lui vaudra une Légion d’Honneur secrète. Après-guerre, il devient le « roi de l’enseigne lumineuse » et chaque Noël sera pour lui et son équipe l'occasion de créer des fééries animées et colorées extraordinaires, majestueuses, immenses, sur les façades de tous les grands magasins.
 En 1925, pour les Arts Décoratifs, il illumine la Tour Eiffel pour Citroën, changeant de motif chaque année. En 1928, toujours avec l’argent d’André Citroën, il illumine tous les monuments parisiens pour le 10e anniversaire de l’armistice quand Paris était chaque soir dans le noir. Des illuminations inédites toujours en place aujourd’hui.
 En 1930 il offre à Paris l’illumination de Notre-Dame… et tant d’autres choses encore qu’il fait émerger des nuits noires, jusqu’à sa mort prématurée en 1932. C’est son histoire que nous raconte Fabien Sabatés, épaulée des archives conservées et retrouvées par sa petite-fille, Véronique Tessier Huort. 


Jacopozzi (1000 photos et illustrations)
Editions : Douin
Auteur: Fabien Sabatés
448 pages
Prix : 45 euros

Le blog de Guillaume Chérel